Une Mercedes 300 SL chez un grand du Médoc

Une Mercedes 300SL chez un grand du Médoc

Château Brane-Cantenac /Henri Lurton

Fin vigneron sur l’appellation Margaux, Henri Lurton est aussi un connaisseur esthète en automobiles anciennes. Mais c’est sur la fiabilité de cette Mercedes 300 SL de 1986 qu’il a préféré jeter son dévolu.

On n’échappe pas à son destin. Pour les 10 enfants de Lucien Lurton, c’est clair. En 1992 leur père leur a légué à chacun un château et la vigne qui va avec dans le Médoc. Mission : assurer la pérennité vinicole de la dynastie familiale. Et le jeune Henri, diplomé d’oenologie a ainsi repris à Margaux le domaine paternel de Brane-Cantenac. En le métamorphosant avec aujourd’hui 15 ha sur les 70 en biodynamie et un cuvier moderne à la place de l’ancien de 1865, mais équipé de cuves en bois. « Car les fermentations malolactiques en barriques donnent une micro-oxygénation précoce et davantage de composants phénoliques» dit-il en homme de l’art qui a la réputation de sortir des vins fins de longue garde.

Une Mercedes 300SL chez un grand du Médoc
Le long capot et son parebrise incliné lui donnaient un air dynamique avec la fluidité de sa ligne.

Mais de son père, Henri Lurton a aussi hérité l’amour des belles autos. Normal, après avoir été véhiculé dans sa jeunesse à bord de la plus longue Jaguar jamais produite avec 5,10 m de tôle et de chromes dans les années 70, la superbe MK X. « Avec des amis et le carrossier du village en Dordogne où elle a fini dans un hangar, on a beaucoup bricolé dessus quand on était jeune pour la retaper. Mais ça m’a vacciné des anglaises et de leurs pannes à répétition ! J’aime les anciennes, mais sans soucis. C’est pour cette raison qu’en 2011 j’ai fini par m’offrir cette Mercedes 300 SL de 1986 pour mes 50 ans.

Une Mercedes 300SL chez un grand du Médoc
La 300 SL abandonnait les phares verticaux de la Pagode mais pas les chromes.

Et depuis, sa fiabilité ne me fait pas défaut dans mes balades où je savoure les puissantes accélérations de velours des 180 chevaux de son 6 cylindres de 2962 cm3 qui était donné à l’époque pour 203 km/h. » Fabriquée de 1971 à 1989, la nouvelle Mercedes 300 SL (Sport Leicht= sportive légère) a eu la lourde tache de remplacer la fameuse 280 SL dessinée d’un coup de crayon génial par le styliste Paul Bracque.  Ce Français, exilé pendant 10 ans chez Mercedes, avant de passer chez BMW puis Peugeot, avait inventé dans sa version hard top ce toit relevé sur les bords qui lui valut son surnom de Pagode. La suivante allait abandonner cette silhouette originale et son caractère sportif chic.

Une Mercedes 300SL chez un grand du Médoc
Plus carrée, la 300 SL a perdu la fantaisie de la précédente Pagode.

Elle gardera une ligne de caisse très basse et un arrière ramassé avec une malle courte. Mais n’aura jamais l’aura de la Pagode qui mariait un peu d’élégance à la française avec sportivité et luxe germanique. Et cette 300 SL sera longtemps dénigrée par les collectionneurs d’anciennes. « Du coup sa côte en faisait une voiture beaucoup plus accessible pour moi qu’une Pagode » se réjouit Henri Lurton.  Ce modèle qui visait essentiellement la clientèle américaine est d’abord sorti dans sa version 500 SL avec le moteur basique aux USA, un V8 à boite automatique conçu pour faire du cruising tranquille à bord d’un confortable cabriolet de luxe.

Une Mercedes 300SL chez un grand du Médoc
Sobre, complet, efficace et beau à la fois, un tableau de bord digne de la tradition Mercedes.

Et très vite, la 500 SL incarna la réussite sociale dans l’American way of life.  Y compris à l’écran. Elle a été la voiture de Bobby Ewing dans la fameuse série Dallas, de Richard Gere dans American gigolo, de Jonathan Art à la TV dans l’Amour du risque et d’Eddy Murphy dans le Flic de Beverley Hills. En 1974, Mercedes se décidait à sortir une version 280 SL moins vorace, correspondant davantage aux standards européens avec un 6 cylindres 2746 cm » de 185 ch donné pour 203 km/h. Et en 1980, une nouvelle mouture, la 300 SL  comme celle d’Henri Lurton, passait à 2962 cm3 en offrant davantage de couple à bas régime.

Une Mercedes 300SL chez un grand du Médoc
Avec la capote ou le hard top la 300 SL offrait deux look différents tout en conservant une belle ligne.

Tandis que la 380 SL grimpait en puissance en se transformant en 420 SL  avec un 4192 cm3 de 204 ch qui filait à 213 km/h sur les autobahn d’Outre Rhin. La génération suivante de cabriolets tournera définitivement la page de l’héritage Paul Bracque avec des lignes beaucoup plus carrées qui leur feront perdre leur finesse si élégante des années 60-70. Et comme des vins bonifiant avec l’âge, le cabriolet Pagode et son successeur le 300 SL entreront dans la catégorie des Grands crus.

LA MÊME MARQUE AUJOURD’HUI

MERCEDES AMG GT 63 S, L’ANTI PORSCHE PANAMERA

AMG GT 63 S, l'anti Porsche PanameraDécapoté, le cabriolet 300 SL décoiffait gentiment. Mais si ce nouveau coupé Mercedes n’est pas décapotable, il décoiffe quand même méchamment ! Malgré son air de berline surbaissée, ce coupé 4 porte AMG GT 63 S est la plus puissante Mercedes de série jamais construite : les 639 ch de son V8 biturbo de 3982 cm3 catapulte littéralement cette brute du bitume de 0 à 100 km/h en 3,2 secondes ! Et tout est à l’avenant pour sécuriser au maximum ce missile qui vise directement son concurrent Porsche…lire la suite

OENOTOURISME

                                                                MON VIN PRÉFÉRÉ 

Sur l’appellation Margaux, Brane-Cantenac est un second cru classé qui donne des vins élégant au fruité intense tout en nuance sur des tanins fins et une finale de velours. Le 2016 au nez puissant et joliment charpenté en est un bel exemple (60 €). Le deuxième vin du domaine, Baron de Brane 2016 aux arômes très veloutés offre aussi une belle invitation à la dégustation (30 €)

 

                                                         PROFITEZ EN POUR VISITER

Le château de la Brède. C’est dans cette austère forteresse gothique entourée de douves que se ressourçait Montesquieu après ses voyages pour écrire les « Lettres persanes » et « De l’esprit des lois ». Dans le vestibule sont toujours alignées ses malles de voyage, et dans sa chambre restée meublée très simplement, la cheminée garde la trace de ses souliers quand il écrivait sur ses genoux devant le feu.

Le château de La Brède où vécut Montesquieu
Le château de La Brède où vécut Montesquieu

LE BORDEAUX ANCIEN

-vieilles portes Cailhau et de la Grosse Cloche

-la place de la Bourse emblème de l’essor de la ville au XVIII éme, autour de deux bâtiments à l’architecture en fer à cheval d’après les plans de l’architecte Gabriel   qui créa aussi la place de la Concorde à Paris

-le musée du vin et du négoce à Bordeaux installé dans de belles caves voutées du quartier des Chartrons, du nom d’un ancien couvent de chartreux transformé au 15 ème siècle en entrepôt de vins

*L’Hotel de Lalande, 1779, un des plus beaux exemples de bâtiments anciens construits par la noblesse parlementaire bordelaise. Par son superbe escalier d’honneur en fer forgé, on accède aux pièces du musée des Arts décoratifs

La place de la Bourse (Photo Thomas Samson)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-la tour Pey-Berland et sa vue panoramique sur la ville et ses clochers

-le Palais Rohan, ancien palais épiscopal du XVIIIème devenu l’Hotel de ville, avec, dans les jardins,  le musée des Beaux-Arts sur l’art en Europe du 15 ème  au 20ème siècle

-la place du Parlement et ses façades Louis XV autour d’une cour pavée

-l’Hotel particulier Frugès chef-d’oeuvre de l’art nouveau

-l’Abbatiale Ste Croix et sa façade de style roman saintongeais

La nouvelle Cité du vin (Anaka)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-la perspective XVIII ème du quai des Chartrons où les négociants en vin s’édifièrent de somptueuses demeures, et les anciens hangars portuaires devenus des commerces et des restaurants

-l’esplanade des Quinconces face à la Garonne

-l’ancienne base sous marine allemande devenue centre d’expositions

*La Cité du vin, le nouveau musée de verre qui vient de s’ouvrir 135-150 quai de Bacalan à Bordeaux. Un voyage étonnant  sur l’Histoire de nos ceps de vigne à travers le monde et l’élaboration de nos nectars avec dégustations sensorielles sous forme de devinettes.

Le musée de voitures à Château Carbonieux

*Château Carbonnieux pour son grand cru, et son étonnant musée de voitures anciennes dont des teuf teuf rarissimes comme des Donnet Zedel torpedo, Doriot-Flandrin-Parant, ou Wacheux Phaeton

*Chateau de Portets, arrivez dans ce château-jardin par bateau depuis Bordeaux 2 fois par semaine /05 56 67 12 30 www.chateaudeportets.fr

*Cave Leognan Magnum, un endroit à Leognan où l’on peut déguster presque tous les vins de Pessac-Leognan sans faire la tournée des châteaux qui sont parfois fermés

05 56 64 74 08www.leognanmagnum.com

******************************************************************************************************PUBLICITE

                             POUR UNE HALTE UN CHOIX S’IMPOSE

Bannière LGM PG

                                   MEMBRE DES RELAIS &CHÂTEAUX

Bernard Magrez & Pierre Gagnaire La Grande Maison Bordeaux 2016 par Artiste-Associé Photographes

Bernard Magrez & Pierre Gagnaire, les ambassadeurs de l’excellence.
Bernard Magrez, vous offre l’exclusivité d’une émotion pure à « La Grande Maison », restaurant gastronomique deux étoiles au guide Michelin et hôtel cinq étoiles.
Pour faire battre le cœur d’une maison bordelaise traditionnelle, la passion est impérieuse. Il faut savoir écouter l’aspiration des voyageurs, déceler la part de folie qui bouleverse un concept hôtelier, comprendre ce que chaque hôte vient y chercher pour savoir le lui offrir.
L’ambassadeur Mondial du goût, Pierre Gagnaire et le compositeur de vins rares, Bernard Magrez, unis pour le meilleur de la table française, vous invitent à vivre une expérience exceptionnelle dans cette magnifique demeure où le savoir-faire français et le raffinement sont les maîtres mots.
Bernard Magrez, propriétaire de quatre Grands Crus Classés dans le Bordelais, Château Pape Clément (Graves), Château La Tour Carnet (Haut Médoc), Château Fombrauge (Saint-Emilion) et Clos Haut Peyraguey (Sauternes), poursuit son intarissable désir d’excellence à travers les vins, les arts, la gastronomie et l’hôtellerie de prestige.

La Grande Maison de Bernard Magrez
10 rue Labottière, 33000 Bordeaux
T.+33(0)5 35 38 16 16
info@lgmbordeaux.com

 

 

 

 

 

 

 

Mercedes AMG CLA Shooting brake : ça dépote !

Mercedes AMG CLA Shooting Brake : ça dépote !

Cette beauté fatale cache bien son jeu sous ses airs de break stylé. Dans sa version AMG survitaminée de 306 ch, elle peut se déchainer comme une vraie voiture de sport ! Un régal à partager en famille…

Changement de nationalité pour Dr Jekyll et Mr Hyde ! D’anglais, voilà cette double personnalité réincarnée en Allemagne. Sous la ligne d’un break de chasse familial de 4 places au grand coffre. Mais quel break ! Le fameux Shooting Brake lancé dans le haut de gamme Mercedes de la Classe S en 2012. Décliné depuis 2015 avec sa ligne surbaissée vers un arrière effilé de coupé dans une version plus accessible en Classe C, l’heure du changement est arrivée avec le nouveau le CLA Shooting Brake au lignes encore plus fluides.

Mercedes AMG CLA Shooting Brake : ça dépote !
Un bel arrière incliné avec une ouverture de coffre élargie.

Mais sous sa silhouette de beauté tranquille, en essence 1332 cm3 163 ch ou diesel 1950 cm3 190 ch en diesel, ce « coupé » 4 portes cache bien son jeu. Quand trois lettres rajoutées font deviner son tempérament de feu qui dort sous la banquise : AMG. Le sorcier de la mécanique qui transforme les Mercedes en missiles ! Avec un 1991 cm3 turbo explosif qui lâche ici 306 chevaux dans un rugissement à faire frémir, et vous catapulte de 0 à 100 km/h juste en dessous de 5 secondes.

Mercedes AMG CLA Shooting Brake : ça dépote !
Un coupé sportif familial au gigantesque coffre de 505 l à 1370 l banquettes repliées.

Le break idéal pour père de famille frustré des sensations de la voiture de sport qu’il a du revendre pour caser femme et enfants dans une auto plus logeable. Et au coffre géant à l’ouverture (au pied en option) élargie à 87,1 cm contre 63,5 précédemment avec une capacité augmentée à 505 l, voire 1370 l banquette rabattue.Le CLA Shooting Brake new look bénéficie en fait de mensurations augmentées de 4,8 cm en longueur et 5,3 cm en largeur, avec une hauteur rabaissée de 2 mm.

Mercedes AMG CLA Shooting Brake : ça dépote !
Une nouvelle calandre en « nez de requin » qui plonge vers l’avant.

Des nouvelles dimensions aux proportions plus harmonieuses avec un arrière davantage musclé, des épaules plus larges et une calandre en nez de requin plongeant vers l’avant qui donne un profil dynamique à l’auto même à l’arrêt. A l’intérieur très cosy, les 4 passagers (pas 5, la place du milieu étant inconfortable) bénéficient donc de davantage d’espace aux épaules et même d’une garde au toit augmentée de 9 mm à l’avant et 8 mm à l’arrière malgré le profil rabaissé de l’auto vers le coffre.

Mercedes AMG CLA Shooting Brake : ça dépote !
Confortables, les places arrières ont une surface vitrée plus haute qu’avant.

Dés le démarrage, le vrombissement du moteur laisse augurer de joyeuses perspectives. Et le réglage de la suspension pilotée entre les positions confort (un peu raide malgré tout), sport, sport +joue à la fois sur la fermeté du comportement, la vitesse de passage des 7 rapports de la boite à double embrayage et la tonalité musicale de l’échappement. Le festival peut alors commencer ! Un régal sur petites routes sinueuses où cette version Shooting Brake AMG enroule les courbes à une vitesse hallucinante.

Mercedes AMG CLA Shooting Brake : ça dépote !
Un superbe profil surbaissé et dynamique unique en son genre.

Avec des reprises époustouflantes en sortie de courbe, sans jamais décrocher grâce à ses 4 roues motrices, un train avant incisif, un chassis très équilibré et toutes les dernières aides electroniques à la conduite sécurisantes. Résultat : elle vire à plat, sans roulis, et littéralement scotchée au bitume. Impressionnant et jouissif à la fois. Bien entendu, quand ce Shooting Brake AMG CLA 35 4 Matic se lâche sans modération, la consommation moyenne donnée pour 8,7 l grimpe très vite à 16 l…

Mercedes AMG CLA Shooting Brake : ça dépote !
La planche de bord reprend les dernières avancées high tech avec la grande dalle numérique.

Mais on n’a rien sans rien. Et le reste de la gamme CLA Shooting Brake se montre plus politiquement correct avec des nouveaux moteurs affichant des gains de puissance de 7 à 40 ch, mais des consommations en baisse dégageant 20 à 37 g de Co2 en moins. La nouvelle planche de bord reprend celle de la Classe A et du coupé avec sa grande dalle incluant instruments de bord digitaux et tablette avec GPS aux indications de fléchage reportées entre les deux compteurs, sur l’affichage tête haute et même, en approche de bifurcation, sur l’image de la camera video à l’écran.

Mercedes AMG CLA Shooting Brake : ça dépote !
Double GPS avec changement de direction en superposition sur l’image video de la bifurcation.

Rajoutez y la voix de « madame GPS », il faut être sourd ou aveugle pour se tromper de direction ! Sinon, « madame Mercedes » peut encore vous venir en aide :  si vous l’appelez d’un « Hey Mercedes » elle vous répond, mais oui,  d’un « que puis je pour vous ? »…Tels sont les bienfaits de l’ intelligence artificielle à bord appelée MBUX, pour Mercedes Benz User Experience. On n’arrête pas le progrès !

Cylindrée : 4 cylindres 1991 cm3 turbo

Puissance : 306 ch

Couple maxi : 400 Nm à 3000 trs

0 à 100 km/h : 4,9 sec

Vitesse max : 250 km/h

Consommation moyenne : de 11 à 16 l /100 km

Co2 : 169 g/km

Malus : 10 488 €

Prix : 56 100 €

LES PLUS : beauté du style, finitions intérieures, habitabilité, confort des sièges, insonorisation de l’habitacle, volume du coffre, couple et puissance, accélérations, tenue de route

LES MOINS : pas de roue de secours, visibilité du tableau de bord très encombrée, ergonomie complexe de la navigation dans la tablette au lieu d’un simple bouton pour la même fonction.

 

 

 

CLS 450, la Mercedes aux portes coupées

CLS 450, la Mercedes aux portes coupées

Précurseur dans les lignes de « coupés berlines » aux vitres très basses, la marque allemande persiste plus que jamais dans cette troisième version depuis 2004.  Dans un style très épuré et un look sport.

Les pionniers sont souvent copiés, mais rarement égalés. Mercedes en fait partie. La marque avait été la première en 2004 a lancé une nouvelle mode : celle des coupés à 4 portes. La voiture n’était plus coupée dans la longueur avec 2 portes en moins, mais en hauteur, avec une surface vitrée réduite et sans cadre quand on ouvre les portières. En 2018, Mercedes en ait à la troisième génération avec ce coupé CLS 450, et continue de se démarquer par rapport aux autres marques comme BMW ou Volkswagen qui l’ont imité.

CLS 450, la Mercedes aux portes coupées
Un « tableau de bord dalle » avec un éclairage d’ambiance LED qui court sur les portières.

A l’inverse de tous les constructeurs qui sortent des  autos body buildées, surchargées d’arrondis et d’échancrures prononcés par des nervurages de la tôle, les designers de Stuggart ont conçu un CLS à la carrosserie galbée complètement lisse comme une voiture de sport au style épuré. Et son profil cintré se terminant par un capot plongeant vers l’avant avec une calandre béante prête à avaler la route, lui donne une allure de fauve en mouvement même à l’arrêt ! Le design intérieur, lui, reprend le « mobilier » très haut de gamme de la Classe S, avec une planche de bord galbée, fluide comme l’extérieur. Du plus bel effet, elle est parée sur la moitié de sa largeur d’une gigantesque dalle numérique qui fait office de compteurs, de GPS et d’ordinateur de bord.

CLS 450, la Mercedes aux portes coupées
Une carrosserie lisse, et un profil très agressif rabaissé par une surface vitrée réduite.

Mais pragmatique, Mercedes n’a pas cédé à la mode des commandes tout écran en gardant des « boutons raccourcis ». Ils permettent d’accéder directement à une fonction comme la radio ou la clim, sans être obligés d’y parvenir sur l’écran cliquant en deux ou trois étapes  durant lesquelles on ne regarde plus la route ! Quand le progrès technique est en fait accidentogène… Dans la même logique sécuritaire, la voiture est pourvue d’un affichage tête haute avec les panneaux de vitesse reconnus par caméra, et des réglages d’indications du tableau de bord comme la consommation, l’autonomie restante, le limiteur ou le régulateur par une commande unique sur le volant. Un 10 sur 10 pour l’ergonomie.

CLS 450, la Mercedes aux portes coupées
Des portières luxueusement garnies comme des oeuvres d’art.

Reluisante de chromes et de cerclages en aluminium brossé, la planche de bord et les portières vous mettent dans une atmosphère à la fois sport et très cosy. Surtout la nuit quand l’éclairage d’ambiance dans une fibre LED aux 66 couleurs variables qui court tout le long vous entoure dans un discret cocon lumineux. Même les très esthétiques buses d’aération métalliques en forme de turbines d’avion sont éclairées de l’intérieur. Un vrai spectacle de son et lumière ! Très chic pour les uns, bling bling pour les autres, mais techniquement réussi.

CLS 450, la Mercedes aux portes coupées
Des buses d’aération très esthétiques, avec éclairage intérieur de nuit !

Et cette douce sensation d’univers cossu garni de cuir surpiqué  n’est pas contrariée par les élans fougueux des 367 chevaux du 6 cylindres en ligne turbo de 3 litres avec un 0 à 100 km/h en 4,8 secondes , grâce à son booster électrique de 22 ch supplémentaires qui s’enclenche instantanément pour combler le laps de temps de réponse du turbo actionné par les gaz d’échappement. Les accélérations onctueuses s’effectuent dans un délicieux feulement ouaté, qui peut néanmoins virer au rugissement puissant si on enfonce la pédale. Mais toujours dans un confort surprenant par l’action de la suspension pneumatique Air body control avec amortissement réglable par le sélecteur de programmes sur la console centrale. Et une tenue de route comme sur des rails, en particulier sur la version essayée en 4 roues motrices.

CLS 450, la Mercedes aux portes coupées
Le cintrage de la ligne de caisse plonge vers l’arrière comme sur un coupé.

En ville, le start and stop joue les passagers clandestins : pas la moindre vibration, ni à l’arrêt du moteur ni au redémarrage , bluffant ! Autre progrès notable : sur cette nouvelle version, un troisième passager du milieu peut enfin s’asseoir à l’arrière, et à l’avant, les sièges sont au choix chauffants, réfrigérants ou massant ! Tout le confort pour profiter des connectivités smartphone, internet, ou des possibilités de conférence téléphonique à bord.Et comme toutes les Mercedes, ce CLS 450 dispose des dernières assistances électroniques à la conduite, préludes à la conduite autonome : régulation de distance, anti franchissement de lignes, freinage d’urgence…Grace à la vision caméra, la vitesse s’adapte même automatiquement aux virages et avant les intersections ou les sens giratoires !

CLS 450, la Mercedes aux portes coupées

Cylindrée : 6 cyl en ligne 3l turbo

Puissance : 367 ch + 22 ch booster electrique/25 CV

0 à 100 km/h : 4,8 sec

Vitesse max : 250 km/h

Coffre : 520 L

Consommation moyenne réelle : entre 8,5 L et 12 L/ 100 km

CO 2 : 178 g/km

Malus : 8460 €

Prix : à partir de 70 906 €

 

 

Une étoile allemande en Bourgogne à Givry

Vincent Lumpp et son coupé Mercedes 280 CE à Givry

Catherine et Vincent Lumpp

Domaine Vincent Lumpp

A Givry, qui était le vin préféré d’Henri IV, ce vigneron bourguignon a une préférence, lui, pour les vieilles Citroën, et son coupé Mercedes CE 280 de 1973 : un vrai régal pour des longs cruising sur le bitume…

« Le vin ça vit, la mécanique aussi ! » Passionné des deux depuis sa jeunesse, Vincent Lumpp est aussi intarissable sur les futs en chêne des Vosges, dont le grain plus fin que ceux de l’Allier donne un tannin plus rond et davantage d’ampleur à ses Givry 1er cru, que sur les caractéristiques techniques de ses voitures : deux 2 CV, deux Traction, et un coupé Mercedes 280 CE de 1973. « C’est le même plaisir de préserver un patrimoine , l’Histoire, celle du Givry vin préféré d’Henri IV comme celle de l’automobile. »

Sa 1ère voiture de collection à 18 ans : une Traction de 1952

Sa première auto à 18 ans fut une 2 cv : « A partir de quatre en ruine j’en avais reconstruit une ! Et avec des copains, on est parti avec au Jeux olympiques de Munich en 1972 ! » La même année il dénichait sa première voiture de collection, une Traction 11 légère de 1952.

Vincent Lumpp et son coupé Mercedes 280 CE à Givry
Une vraie 4 places avec vitres avant-arrière coulissantes et un coffre démesuré pour un coupé.

Son grand père et son oncle qui en avait eu une lui avait communiqué le virus aux chevrons : « J’étais fasciné par son look unique et ses trente ans d’avance technique quand elle était sortie en 1934. Si bien qu’elle se fond encore sans problème dans la circulation d’aujourd’hui, ce qui n’est pas le cas des voitures d’avant guerre. D’ailleurs, je m’en servais tous les jours pour aller à l’école ! »En 1976 à 23 ans il se lançait en replantant des vignes à Givry dans la propriété du grand père industriel à Lyon.

Vincent Lumpp et son coupé Mercedes 280 CE à Givry
La sobriété des intérieurs Mercedes des années 70 avec le volant au klaxon en anneau chromé .

Puis, peu à peu au gré de quelques rachat de parcelles, il a fini par exploiter 9 hectares, dont 2 en monopole sur le lieu dit clos St Paul, un terroir à part sur Givry, sous un cône de déjection constitué d’éboulis et d’assemblages de différents cailloux où des vignes de 30 ans y donnent un rouge charnu très minéral fumé.

Un terroir d’exception très minéral sur Givry

Plus encore que dans le clos du Cras Long, issu d’une faille calcaire protégée des vents du nord dont le micro climat donne des vins plus chauds. Et dans les blancs, le 1er cru Le Vigron 2013, long en bouche, a une allonge finale où les parfums très complexes éclatent littéralement sous le palais. Un joli domaine, donc, où travaille aussi son fils Baptiste qui se prépare à assurer la relève.

Vincent Lumpp et son coupé Mercedes 280 CE à Givry
Ne cherchez pas la trappe à essence : elle est invisible à droite de la plaque d’immatriculation !

L’assurance, pour Vincent Lumpp, de pouvoir partir tranquillement un jour dans des randonnées au volant de la plus confortable de ses voitures, une dévoreuse d’autoroute roulant aisément à 200 km/h à l’époque avec son 6 cylindres 2,8 l injection double arbres à cames en tête de 185 ch (55 ch de plus que la première version carburateur à un seul arbre à cames) : la Mercedes 280 CE de 1973 racheté en 1996 à un oncle. Un coupé à la ligne très caractéristique avec ses blocs-phares en verre verticaux. Et sa teinte assez curieuse, très années 70, qui fait un peu « Afrika Korps » !

Son rêve : la voiture du capitaine Haddock !

«Cette Mercedes est un vrai régal ! Entre le ronronnement ouaté du moteur, et la suspension moelleuse, on se croirait à bord d’un bateau » reconnaît son épouse Catherine qui garde le souvenir d’un mémorable tour de Suisse. A moins que ce soit un jour à bord d’une nouvelle acquisition : « Mon rêve, confie Vincent Lumpp, serait une Traction cabriolet. Ou alors, encore mieux, une Lincoln Zéphyr décapotable : celle du capitaine Haddock dans les Sept boules de cristal ! »

EPSON MFP image

LA MÊME MARQUE AUJOURD’HUI

 Coupé Mercedes Classe S 500

Coupé Mercedes Classe S 500

Son coupé vaisseau amiral aux 455 chevaux aussi puissants que discrets, la marque allemande en a fait à la fois une véritable vitrine technologique et un salon roulant d’un confort qui tutoie celui d’une Rolls…

Au volant, on se croirait dans une belle américaine des sixties au parebrise panoramique devant une vaste planche de bord galbée gainée de cuir et rehaussée de chromes. Le tout dans un confort moelleux où cette voiture de 5,03 m de long à la silhouette époustouflante oscille gentiment sur les routes bosselées comme un yacht sur l’eau…Stop ! Vous êtes à bord de la plus américaine des voitures européennes propulsée par un V8 4,6 l bi-turbo…lire la suite

OENOTOURISME

                                                                          Mon vin préféré

Clos-du-CrasLong (1) - copie

 

Clos du Cras long 2012, un rouge charnu, fumé, très minéral, et aux arômes plus chauds que le Clos St Paul, compte tenu de son terroir caillouteux très particulier  dans une faille protégée des vents du Nord (17€). Dans les blancs 1er cru, Le Vigron s’impose royalement au palais avec son allonge finale où sa palette de parfums se transforme en feu d’artifice ! (15€)

 

                                                                   Profitez en pour visiter

*Russily, joli village perché au fond d’un vallon d’où l’on a un panorama superbe sur Givry, et par beau temps, le Mont Blanc !

*Couches et le château médiéval de Marguerite de Bourgogne, l’épouse répudiée de Louis X le Hutin qui aurait fini ses jours ici comme « prisonnière libre » après sa disparition de Château-Gaillard en Normandie où elle était incarcérée pour adultère. Site intéressant avec son donjon carré, ses tours, ses prisons, son pont levis, sa chapelle et son réseau de galeries souterraines.

Jour de marché à Chalon sur Saône sur la vieille place de la cathédrale St Vincent
Jour de marché à Chalon-sur-Saône sur la vieille place de la cathédrale St Vincent

*Chalon-sur-Saône, ancien port gallo-romain, ses vieilles rues charmantes aux maisons à colombages autour de la cathédrale Saint Vincent, son hôpital XVIII ème, son musée sur l’inventeur de la photo Nicéphore Niepce enfant du pays

*Le village de Nolay et ses vieilles halles à la superbe charpente couverte en dalles de pierre (800 kg au m2!)

*Sully et son château Renaissance entouré d’eau où naquit le maréchal Mac Mahon. Avec son grand parc aux essences rares, et ses dépendances harmonieusement alignées de chaque côté de la grande allée du château, madame de Sévigné surnommait l’endroit « Le Fontainebleau de Bourgogne » !

SAMSUNG DIGITAL CAMERA
Le château de Sully-sur-Loire surnommé le « Fontainebleau de Bourgogne »

*Le Creusot et son ancienne manufacture, son célèbre marteau pilon géant qu’on entendait à 10 km

* Saint Gengoux-le-National, charmant village médieval et son église romane construite par les moines de Cluny

*Le château de La Rochepot, spectaculairement dressé sur le piton de la Roche Nolay : ses toits en tuiles vernissées multicolores, sa cour Renaissance et le puits en fer forgé profond de 72 m, son armurerie et sa cuisine monumentale

Le château de Rully et son vignoble.
Le château de Rully et son vignoble.

*Le Mont Saint Vincent et sa vue panoramique époustouflante jusqu’au Mont Blanc

*Le chateau de Cormatin, ses fastueux salons Louis XIII, ses tapisseries, ses plafonds à caissons peints, son parc

*Rully pour son vin et sa forteresse médiévale au grand donjon carré à l’énorme cheminée intérieure


Publicité

                                         POUR UNE ÉTAPE UN CHOIX S’IMPOSE

Situé en Côte d’Or, Le Château de Cîteaux – La Cueillette se dresse au cœur de Meursault, l’un des plus beaux villages vignerons de la Côte de Beaune, cerné par les prestigieux vignobles de Bourgogne à la renommée internationale, dont une parcelle d’un hectare s’étend jusqu’aux pieds du Château. Construit au 19ème siècle par un négociant en vin, le château s’élève au-dessus de caves cisterciennes du 11ème siècle, propriété de la célèbre Abbaye de Cîteaux, qui a donné son nom au château…

Ses deux atouts majeurs : un spa unique et des caves millénaires 

L’actuel propriétaire, Jean Garnier, médecin spécialisé dans le bien-être, propose avec La Cueillette bien plus qu’un luxueux hôtel restaurant. Il a en effet bousculé les codes avec son concept très novateur du Spa de Fruitithérapie®. ‘’Unique en France, le vaste espace de 500 m² propose jacuzzi, sauna, hammam, solarium et salle de détente… mais surtout des soins, massages, enveloppements, gommages ou masques à base des petits fruits rouges de Bourgogne dont le cassis, aux multiples vertus pour la santé, vitamines, agents anti-âge, oligoéléments et antioxydants, précise Karine Opasinski, Responsable des Séjours Groupes. ‘’L’autre ‘’plus’’ du château, poursuit-elle, ce sont ses magnifiques caves voutées privatisables, de quoi surprendre vos convives avec des cocktails, dégustations et soirées œnologiques…ou sur demande, présentations des grands crus de Bourgogne par leurs producteurs, dans un cadre d’exception’’ !

Un hôtel**** pour des séjours détente et / ou professionnels

Les 19 chambres déclinées en 4 catégories, Classique, Supérieure, Deluxe avec terrasse privative et 2 junior Suites, ont été entièrement rénovées dans un style épuré très contemporain : spacieuses, entre 25 et 40 m², claires et lumineuses, elles offrent les prestations d’un 4 étoiles et tranchent avec le côté très 19ème siècle des autres parties du château. Le restaurant gastronomique, jusqu’à 30 couverts, accueille vos diners dans la belle salle restaurée avec dorures, boiseries, lustres et tapisseries, et propose une cuisine traditionnelle française de haut vol, élaborée à base de produits frais locaux et évolutive au fil des saisons. Au ‘’Potager’’, bistrot également privatisable pour une vingtaine de personnes et installé dans les anciennes cuisines du château avec cheminée d’époque, est servie une excellente cuisine bistronomique à base de produits du terroir, dans une ambiance cosy et feutrée.

Partez à la découverte des vignobles alentours et des prestigieux villages de Volnay, Puligny-Montrachet ou Pommard en vélo, en quad, en 2 CV, en trottinette électrique, ou même en montgolfière et en ULM. Les célèbres Hospices de Beaune sont à 8 km à peine, Dijon à moins d’une heure…et bien sûr les incontournables caves de la Route des Vins !

Pour plus d’informations :

www.lacueillette.com

contact@lacueillette.com

+33 3 80 20 62 80

 

 

Mercedes AMG-GTS, le missile anti-Porsche

Coupé Mercedes AMG GTS

Une montagne de muscles dans un écrin luxueux et confortable : avec ce coupé racé, catapulté par un V8 de 510 chevaux, Mercedes déclare la guerre à son grand rival de Stuggart !

Des voitures mythiques, chaque constructeur en a eu dans son histoire, et rêve aujourd’hui de reproduire le miracle. Nostalgique de sa célèbre 300 SL, c’est ce que fait Mercedes avec son coupé AMG-GTS à la ligne sublime, les portes papillons en moins. Mais avec, en clin d’œil au passé, les mêmes ouïes laterales et les mêmes nervures en relief sur l’interminable capot qui donne à ce fauve, ramassé sur l’arrière comme prêt à bondir, une ligne longiligne de Jaguar Type E à l’allemande.

coupé mercedes AMG GTS
Ramassée sur l’arrière avec son capot interminable : un profils de Jaguar Type E à l’allemande.

Une brute de l’asphalte, rappelant les muscle cars américaines, aux accélérations démoniaques sur les roues arrières, dosées selon les réglages actionnés sur une mollette, et un bouton qui modifie les clapets d’échappement pour donner une sonorité encore plus caverneuse ! En position sport, les deux turbo du V8 déclenchent une poussée de missile dans un grondement terrifiant. L’arme fatale de Mercedes pour faire la guerre à la Porsche 911.

Coupé Mercedes AMG GTS
De trois quart arrière l’AMG-GTS a un air de Porsche 911 : justement sa cible !

Sa carrosserie aluminium et son moteur central avant, derrière les roues (d’où la longueur du capot !), plus sa boite de vitesses à l’arrière (au détriment de la capacité du coffre) procurent un équilibre parfait et une excellente motricité malgré une conduite et un amortissement plus raides que la rivale de Stuttgart. Mais avec un argument massue pour faire pencher la balance : 20 000 euros de moins qu’une 911 Turbo de puissance équivalente ! Et pourtant, l’AMG-GTS n’en est pas moins cossue et richement équipée avec grand écran interactif, avertisseur de distance et ralentisseur anti collision.Coupé Mercedes AMG GTS

Son luxueux cockpit tapissé de cuir surpiqué et de carbone dégage une ambiance sport high-tech sur la planche de bord et l’imposante console centrale en métal brossé avec ses gros boutons de commandes de chaque côté du petit levier de vitesses plat au design recourbé, très ergonomique dans la main si on ne se sert pas des palettes au volant. Plaqué dans son siège baquet, quel spectacle de voir défiler à toute allure le paysage devant ce magnifique capot  qui vous emmène dans des chevauchées walkyriennes inoubliables pour les oreilles !

LES PLUS : splendide cockpit cuir –carbone-chromes, tenue de route, performances et facilité de conduite

LES MOINS : Mini coffre, énormes retro latéraux masquant la vision, amortissement rude, prix des options

Cylindrée : V8 biturbo 4l

Puissance : 510 ch/41 cv

0 à 100 km/h : 3,8 s

Vitesse maxi : 310 km/h

Consommation : 13 l /100 km

CO 2 : 285 g /km

Malus : 8000 €

Prix : 144 000 €