BMW X7 M50 D, un colosse germano-américain

BMW X7 M50 D, un colosse germano-américain

Avec ce X7 imposant, BMW passe à la taille XXL dans la catégorie des SUV. Et dans le luxe à bord. Où silence se conjugue harmonieusement avec puissance et confort. Tout en sachant jouer au crapahuteur.

Bienvenue  en Amérique ! Avec tout ce que cela implique dans le gigantisme. Car même si BMW est une marque allemande, ce X7 M50 D est bel et bien fabriqué aux Etats-Unis en Caroline du sud dans l’usine de Spartanburg. Et les mensurations de ce 4X4 spécifiquement destiné au marché américain s’intègre effectivement très bien dans le flot des énormes pick up locaux. Mais avec 5,16 m de long , 2 m de large, et un rayon de braquage forcément pas très court, le BMW X7 est moins à son aise dans les petites rues européennes.

BMW X7 M50 D, un colosse germano-américain
La planche de bord avec écrans digitaux reprend le design de celle du X5.

Même s’il est pourvu du système de marche arrière automatique bluffant. Car le X7  M50 D fait preuve d’une mémoire étonnante :   dans un espace confiné, il refait en sens inverse les derniers 50 m parcourus sans que vous touchiez le volant ! Néanmoins, ce X7 a beau être bardé de capteurs et de caméras pour manœuvrer, l’image restituée à l’écran est tellement encombrée de traits de couleurs établissant la trajectoire qu’elle perd en précision et ne vous évite pas les risques de « frottement » sur les bords du parechoc dans un virage serré à l’intérieur d’un parking sous terrain. Expérience vécue !

BMW X7 M50 D, un colosse germano-américain
Avec 5,16 m de long, le X7 peut facilement loger 7 passagers.

Mais une fois passés ces mauvais moments, quel régal sur la route. Dans le silence ouaté du luxueux habitacle sur fond de feulement du 6 cylindres en ligne 3 l diesel 4 turbos de 400 ch qui distille discrètement sa puissance. Et dans l’impressionnant confort des « sièges-canapés » en cuir moelleux et de la suspension pneumatique pilotée qui se joue en douceur du franchissement des gendarmes couchés ou autres pavés berlinois. On ne roule pas, on navigue comme sur l’eau. Avec une direction un peu légère pour éviter à ce paquebot de légers louvoiements.

BMW X7 M50 D, un colosse germano-américain
Espace et confort sont au rendez vous à bord du X7.

Mais on n’est pas non plus à bord d’une voiture de sport.  Même si le 0 à 100 km/h est abattu en douceur en 5,4 secondes. Pas mal pour un mastodonte de 2,5 tonnes à la tenue de route sans surprise par ses 4 roues motrices, 4 roues directrices et son système Active Comfort Drive avec stabilisation active du roulis. Excellent routier, le X7 M50 D se montre aussi redoutable franchisseur avec une garde au sol rehaussable de 8 cm grâce à la suspension pneumatique modulable. Avec des réglages optimisés et axés sur la propulsion, le système de transmission intégrale intelligente BMW xDrive transmet la motricité aux roues aussi bien sur le bitume, les terrains glissants ou boueux.

BMW X7 M50 D, un colosse germano-américain
En rabattant les eux rangées de sièges, le coffre passe de 326 à 2120 l de capacité.

Le différentiel M Sport installé sur le train arrière assure un blocage à commande électronique des roues, assurant ainsi une maniabilité encore plus sportive.En revanche les multiples assistances à la conduite sont parfois un peu trop intrusives pour l’anti-franchissement de lignes et le maintien dans la voie : le violent coup de volant qui vous remet dans le droit chemin est très déstabilisant. Et contrarie parfois la conduite nécessitant un écart pour éviter un obstacle ou une voiture déboitant sans prévenir. Le désagrément est d’autant plus fort qu’il n’est pas évident en roulant de pouvoir désactiver le système nécessitant d’aller naviguer  dans les réglages sur la tablette.

BMW X7 M50 D, un colosse germano-américain
Avec une envergure de deux mètres de large, ce mastodonte est un peu à l’étroit dans nos rues.

L’énorme calandre très verticale donne à ce X7 M50 D un méchant look massif et un regard perçant par ses fines optiques. La BMW X7 est équipée du Pack Advanced Full LED, et peut également être équipée en option des phares BMW Laser, qui se distinguent par leur portée de 600 m en feux de route et par leurs éléments bleus en forme de x à l’intérieur des optiques. L’aspect massif du X7 profite à l’habitabilité intérieure et aux 7 passagers sur trois rangées de sièges. La rangée du milieu peut être remplacée par deux sièges confort individuels en option. Et la troisième rangée, repliable dans le coffre, n’a rien à voir avec des strapontins.

BMW X7 M50 D, un colosse germano-américain
Rare : les sièges rabattables dans le coffre sont aussi confortables que les autres.

Les deux sièges sont aussi confortables, voire plus que la place du milieu de la banquette arrière !  Tous les sièges sont réglables électriquement au moyen du bouton correspondant. En cas de besoin, le volume du coffre peut passer de 326 à 2 120 litres. Avec un accès facilité par un double hayon rabattable dont la partie basse peut servir de banquette pour un pique-nique. Tout en assistant à un concert grandiose de 1500 watts : celui des 20 hauts parleurs de la chaine hifi Bowers & Wilkins et son surround sound system qui vous transporte au septième ciel, à l’unisson avec le silence de ce X7 M50 D hors norme. Le rêve américain à la sauce germanique !

Cylindrée : 6 cylindres 3 litres diesel 4 turbos (2 haute pression, 2 basse pression)

Puissance : 400 ch/26 cv

Couple maxi : 760 Nm à 2000 trs

0 à 100 km/h : 5,4 secondes

Vitesse max : 250 km/h

Consommation moyenne : 10l/100 km

C02 : 185 g/km

Malus : 12 500 €

Prix : à partir de 125 450 €

LES PLUS : confort, suspension, puissance, silence, espace passagers, volume du coffre, autonomie du réservoir (83 l)

LES MOINS : ergonomie compliquée pour des opérations simples, prix des options jusqu’à un total de 30 000 $ en plus

 

 

 

 

La Jaguar i-Pace joue l’anti Tesla

La jaguar I Pace joue l'anti Tesla

Couronnée voiture de l’année 2019, la première Jaguar électrique n’est pas passée inaperçue en grillant la politesse aux marques allemandes pour concurrencer dans le haut de gamme l’américain Tesla.

Le célèbre félin sur la calandre ne rugit plus. Mais il ne perd pas pour autant de sa vélocité en bondissant de 0 à 100 km/h en 4,8 secondes sur cette nouvelle Jaguar I-Pace 100 % électrique. Mieux que le coupé Jaguar F-Type V6 3 litres de 380 ch ! Impressionnant pour une volumineuse auto de 2,2 tonnes, alourdie par les 605 kg de ses batteries lithium-ion de 90 kWh. Mais ses deux moteurs électriques sur chaque essieu dégagent une puissance de 400 ch et un couple maxi  de 696 Nm disponible immédiatement sur les 4 roues motrices.

La jaguar I Pace joue l'anti Tesla
Une ligne originale entre la berline et le SUV.

Avec des accélérations et des reprises foudroyantes, d’autant plus surprenantes qu’elles sont lisses, sans passages de rapports, et sans l’accompagnement d’un bruit de moteur qui monte dans les régimes en taquinant la zone rouge du compte tours. Seule indication dans le silence du très confortable habitacle hyperinsonorisé d’où un aucun bruit extérieur ne vient vous agresser : l’écrasement dans les sièges, un défilement plus rapide de la route, un compteur de vitesse qui s’affole dans un léger sifflement de l’auto comme un vent qui se lève, et… une baisse de l’autonomie indiquée au tableau de bord à côté d’un témoin de rechargement représenté par… une pompe à essence !

La jaguar I Pace joue l'anti Tesla
Confort, esthétique et luminosité en font un salon très cosy en plus du silence de l’électrique.

Mais le pistolet à l’extrémité du tuyau est remplacé par… une prise de courant ! Sauf qu’on trouve aujourd’hui plus facilement des pompes à essence que des bornes de rechargement, et libres de préférence. Mais en lançant sa I-Pace (à ne pas confondre dans la même marque avec le SUV E-pace qui pourrait faire penser à Electrique) Jaguar a voulu couper court aux critiques sur l’autonomie des voitures électriques. En étant le premier, avant les Allemands à rivaliser, en moins cher, avec la championne de la catégorie, la Tesla Model S. Sur le papier la I-Pace à charge maxi est donnée pour 470 km d’autonomie. Mais très vite en sortant de chez Jaguar la mienne affichait 400 km.

La jaguar I Pace joue l'anti Tesla
La malle s’ouvre sur un très grand coffre de 656 l.

Et comme cet essai a eu lieu en pleine canicule, la mise en route de la climatisation a d’emblée pompé 40 km en moins. Plus contraignant encore sur longs trajets : à 130 km/h sur autoroute, l’autonomie descend à 250 km. Prudence donc sur l’accélérateur… Même si, on n’achète pas une Jaguar I-pace pour conduire tranquillement comme au volant d’une Renault Zoé. Sur une puissante borne de 100 kW DC (inexistante en France pour l’instant), la recharge à 80% peut être atteinte en 40 minutes. A domicile, une wallbox de 7 kW permet d’atteindre 100% de capacité après une recharge en 12heures. Et sur une simple prise de courant murale une heure a donné… 10 km de gagné. Faites le calcul : 40 heures pour recharger complètement !

La jaguar I Pace joue l'anti Tesla
Un vaste espace intérieur à l’avant et à l’arrière grâce au gain de place par l’électrique.

L’absence de l’encombrement d’un moteur thermique sous le capot a permis un design original avec poste de conduite avancé qui donne davantage d’espace intérieur que le grand SUV F-Pace plus long (4,73 m contre 4,68 m) avec un coffre de 656 l à 1453 l banquettes rabattues. Et l’absence d’un tunnel de transmission a permis l’intégration d’un espace de rangement central de 10,5 litres. Bref, à l’intérieur, un I-pace donne tout de suite l’impression de ne pas se sentir à l’étroit. Que ce soit le conducteur ou le passager avant, tous deux bénéficient d’une vue panoramique sur le vaste poste de pilotage. Son design relève presque de l’aéronautique moderne par ses affichages numériques et sa console centrale flottante à double arche sans levier de vitesse : à la place, des touches D, R et P !

La jaguar I Pace joue l'anti Tesla
Une planche de bord à la fois high tech digital et classique.

Avec ses trois grands écrans sur la planche de bord la I-pace s’est mise à la pointe de l’intelligence artificielle, des aides à la conduite et de l’interconnectivité ordinateur de bord-smartphone-internet pour utiliser ses applications favorites avec le service InControl Apps de Jaguar Land Rover. Quant aux cinq passagers de la Jaguar I-PACE, ils disposent d’une borne d’accès WiFi 4G et de prises USB pour recharger leurs accessoires mobiles.En roulant, même sur route bosselée, l’amortissement de base déjà assez confortable peut être encore augmenté avec l’option (à 2700 €) d’une suspension pneumatique pilotée. A mi chemin par son look entre SUV et berline avec une garde au sol plus basse qu’un F-pace, un élégant design très galbé, des poignées de portes affleurantes qui ne sortent qu’en appuyant sur la télécommande d’ouverture, la Jaguar I-Pace bénéficie d’un excellent  aérodynamisme au CX de 0,29.

La jaguar I Pace joue l'anti Tesla
Esthétique et fonctionnelle, la console centrale suspendue.

Et pour le préserver, des volets actifs dans la grille de calandre ne s’ouvrent qu’en cas de nécessité de refroidissement des batteries. Par temps froid, une pompe à chaleur permet de maintenir des conditions optimales de fonctionnement pour les cellules, et se charge aussi la chaleur de l’habitacle. Le système offre un bien meilleur rendement qu’un radiateur électrique classique, puisqu’il se sert des calories de l’air extérieur et de la chaleur récupérée auprès des onduleurs et de l’électronique de puissance pour réchauffer l’habitacle. Le fait de ne pas recourir uniquement à l’énergie de la batterie permet d’augmenter l’autonomie de près de 50 km – même dans les pires conditions hivernales.

La jaguar I Pace joue l'anti Tesla
Les batteries sont inclues dans le plancher.

Son centre de gravité abaissé avec les batteries dans le plancher, son aérodynamisme et sa suspension à la fois ferme, souple et précise donnent à la voiture une tenue de cap sans problème et sans roulis malgré son poids dans les virages enchainés. Et au freinage, la Jaguar I-pace est impressionnante, même sans toucher la pédale de frein ! Car le conducteur peut choisir une mode de rechargement plus ou moins fort en décélération. Tout en tournant en roues libres, les moteurs électriques n’utilisent alors plus d’énergie pour avancer, mais se transforment en alternateurs pour en stocker dans les batteries. La puissance du frein moteur est alors telle que la voiture s’arrête très vite d’elle toute seule. Même en descente ! Gare aux conducteurs distraits derrière vous…

Puissance : 400 ch/4CV avec 2 moteurs électriques de 200 ch
Couple : 696 Nm
Transmission : aux quatre roues
Batterie: lithium-ion/90 kWh (84,7 kW utiles)
Temps de charge
39 h de 0 à 100 % sur prise standard
12 h de 0 à 100 % sur prise 7 kW
106 min 1 h 30 de 0 à 100 % sur borne publique 50 kW

0 à 100 km/h : 4,8 s
Vitesse maxi : 200 km/h

Consommation : jusqu’à 21,2 kWh/100 km*
Autonomie : 470 km*
(*) Valeurs d’homologation WLTP.

BONUS : 6000 €

PRIX : DE 78 7770 € À 102 570 €

 LES PLUS : ligne atypique, silence, confort, accélérations, tenue de route, frein moteur, places arrières et coffre spacieux, raffinement intérieur

LES MOINS : visibilité arrière,écran à navigation compliquée, affichage tête haute en option, pas de roue de secours, temps de recharge

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BMW X5 Génération 4

BMW X5 Génération 4

Pour la quatrième version de son gros 4X4 sorti en 1999, et vendu à 2,2 millions  d’exemplaires, BMW multiplie les innovations sur ce nouveau X5. En comptant bien garder sa place de leader .

Fini torticolis et contorsions douloureuses du dos en marche arrière pour se dégager d’une rue étroite ! Il suffisait d’y penser. BMW est le premier constructeur à l’avoir fait sur son nouveau X5 : la marche arrière automatique sans tourner la tête et sans les mains sur le volant ! Bluffant. A condition de ne pas avoir roulé auparavant à plus de 36 km/h, le système enregistre les mouvements du volant dans les 50 derniers mètres et les restitue à l’envers dans l’autre sens. De quoi rester perplexe au début quand la camera de recul vous montre le cheminement automatique de ce gros 4X4 qui évite les obstacles et prend même les tournants !

BMW X5 Génération 4
Ecologie oblige, les échappements se font de plus en plus discrets et esthétiques

Un progrès de plus pour les « sous doués  du volant » après le park assist qui vous gare automatiquement la voiture en créneau. Gadget cette assistance à la marche arrière ? Pas tant que ça vu le gabarit imposant de ce nouveau X5 au design plus sculptural et acéré avec sa calandre monumentale. Depuis la première version en 1999, il devient à chaque fois plus volumineux pour atteindre à la 4 ème génération 2 m de large avec 6 cm supplémentaires et 4,92 m de long. Cet allongement de 3,6 cm profite non pas au coffre, qui garde la même capacité (de 650 l à 1810 l avec une option 7 places de 2450 €), mais à l’espace pour les jambes pour des passagers arrières.

BMW X5 Génération 4
Les passagers arrières bénéficient de l’allongement de 3,6 cm du nouveau X5.

En revanche, le passager du milieu est toujours le sacrifié de service avec une assisse étroite beaucoup plus dure et instable. Vous avez dit une 5 places ? Dommage. Car BMW offre par ailleurs un confort remarquable avec sa suspension pneumatique pilotée ou ses barres stabilisatrices actives qui absorbent sans rechigner les chemins les plus cahotiques, et confèrent une tenue de route impeccable à grande vitesse à cette auto de 2,3 tonnes. Et grâce à ses 4 roues directrices en option,  elle vire à plat dans les enchainements de virages les plus diaboliques. Avec une garde au sol standard de 22 cm qui peut se lever ou s’abaisser de 4 cm selon la configuration du terrain ou la vitesse.

BMW X5 Génération 4
Une garde au sol de 22 cm qui peut remonter de 4 cm avec la suspension pneumatique.

Au chapitre des astuces, outre la marche arrière à sensations ou le porte boisson chauffant et réfrigérant, les concepteurs de ce BMW X5 n’ont pas manqué d’ingéniosité comme ce cache bagages électrique qui se replie automatiquement, en suivant un rail, dans le plancher du coffre. Et le X5 devient presque la voiture anti PV excès de vitesse ! En régulateur, et même en limiteur, le « speed limit assist » vous prévient du passage dans une zone à vitesse limitée inférieure, et il suffit d’appuyer sur un bouton pour s’y conformer sans risques. Un prélude à la voiture entièrement autonome de niveau 3 prévue en 2021 où cet enregistrement s’effectuera automatiquement.

BMW X5 Génération 4
Le hayon s’ouvre automatiquement au pied en 2 avec une partie horizontale pour le chargement.

Les radars n’auront plus alors qu’à partir à la ferraille !  L’option « park assist + » à 650 € offre, en supplément  du créneau automatique, deux fonctions : l’affichage « bird view » de la voiture vue par dessus sur l’écran central pour ne rien heurter en manœuvre de stationnement, et la transmission sur votre smartphone du pourtour de la voiture filmé par les « caméras surround » comme si vous y étiez, pour vérifier que tout est normal. Et une autre application BMW permet de partager sa voiture avec quelqu’un d’autre, muni du code d’accès, pour l’ouvrir et la démarrer avec son téléphone sans avoir besoin de la clé.

BMW X5 Génération 4
Une planche de bord toujours plus luxueuse avec 2 écrans digitaux dont le combiné compteurs.

Une fois à bord, le chaleureux univers BMW vous berce avec ses finitions impeccables, ses matériaux doux au toucher  et le design de son « mobilier ». Sa classique planche de bord aux inserts en boiserie ou métal brossé est doté pour la première fois de deux écrans digitaux dont le combiné avec configurations modulables et report du GPS entre les deux compteurs. Le X5 offre bien évidemment toutes les désormais classiques assistances sécurité à la conduite, et l’éventail des connectivités smartphone permettant entre autre la lecture vocale des mails ou la dictée. En hiver, le confort se veut encore plus douillet avec chauffage du volant, de l’accoudoir central et des sièges ventilés l’été.

BMW X5 Génération 4
Une belle console centrale très fournie en commandes.

L’insonorisation impressionnante laisse heureusement passer le feulement onctueux du 6 cylindres diesel qui donne toute sa puissance dans des accélérations sidérantes pour déplacer une telle armoire à glace. Avec une précision au millimètre de la direction et du train avant qui accentue le plaisir de conduite. Aussi bien avec le 3 litres diesel turbo de 265 ch déjà impressionnant que le phénoménal 400 ch dopé par 4 turbos ! Avec des aides électroniques facilitant, au choix, les passages dans la boue, la neige, le sable…

BMW X5 Génération 4
Avec ses 2 m de large et sa calandre monumentale, le nouveau X5 ne passe pas inaperçu.

Et des consommations surprenantes, malgré le tonnage de la voiture et une sollicitation généreuse de l’accélérateur, oscillant entre 10 l pour le 30 D 265 ch et 12,5 pour le 50 D 400 ch. Mais le plus intéressant est à venir mi 2019 avec une version hybride rechargeable essence 6 cylindres de 394 ch donnée pour 80 km d’autonomie en électrique, 2,1 l de consommation, et seulement 49 g/km de CO2 évitant le malus. Reste que le X5 ne déroge pas à la règle de l’habituel « supplément » pour bénéficier de toutes les options, y compris, vive le luxe, le pommeau de vitesse en cristal taillé Swarovski ! Au prix de base se rajoute alors  30 000 euros. Le prix d’une voiture  !

Cylindrée/puissance : 3 litres diesel, 1 turbo 265 ch, 4 turbos 400 ch

Couple maxi : 620 à 760 Nm entre 2000 et 3000 trs/min

0 à 100 km/h : 6,5 sec et 5,2 sec

Vitesse maxi : 230 km/h et 250 km/h

Consommation moyenne réelle : de 10 l et 12,5 l /100

Co2 :  153 g/km et 175 g/km

Malus :  3000 € et 6700 €

Prix : à partir de 72 400 € ou 100 350 €

LES PLUS : confort, silence, finitions luxueuses, puissance, tenue de route, marche arrière mains libres

LES MOINS : prix des options, pas de roue de secours, place arrière du milieu inconfortable