L’ébouriffante Lamborghini Huracan Evo spider

L'ébouriffante Lamborghini Evo spider

Grand frisson garanti. Avec sa ligne aiguisée très aéronautique, il ne lui manque plus que des ailes. Mais elle reste scotchée au sol. Et comme le taureau de la marque, elle écume de rage quand on la provoque !

Ce diamant brut taillé aux multiples facettes, pourrait figurer dans la vitrine d’une bijouterie plutôt que celle d’un garage. Avec son look aussi racé que bestial à l’image du taureau emblème de la marque, cette Lamborghini Huracan Evo spider fait partie du top des supercars Ferrari, Mac Laren, Aston Martin,  Bugatti. Et ses 640 chevaux cachés sous un délirant capot arrière en tuyaux d’orgue ne demandent qu’à s’ébrouer. Trente de plus que l’Huracan V10 atmo de 5,2 l sortie en 2014. Et d’autres évolutions ont justifié son qualificatif d’Evo sur cette dernière version.

L'ébouriffante Lamborghini Evo spider
Un arrière qui respire la puissance…

Elle est 40% plus rigide avec des modifications structurelles carbone-aluminium : un nouveau bouclier avec prises d’air et spoiler arrière intégré (en remplacement de l’aileron proéminent) qui améliorent son aérodynamisme avec 5 fois plus d’appui au sol,  4 roues directrices qui changent tout, et un écran multimédia diminuant dans le cockpit le nombre hallucinant de boutons de commande qui donnaient une ambiance de tableau de bord d’avion. Mis à part, il est toujours là, l’emblématique gros loquet rouge « de sécurité » à soulever pour pouvoir appuyer sur le bouton start engine de mise à feu de la fusée ! Et déclencher le tonnerre de décibels digne d’un grondement du taureau Lamborghini en écusson sur le capot !

L'ébouriffante Lamborghini Evo spider
Une planche de bord à la technicité très sobre avec le gros loquet rouge de démarrage.

Une sonorité rauque et bestiale. A vous hérisser le poil durant l’hallucinante ruade de la bête écumante de rage arrachant le bitume dans son élan pour franchir le 100 km/h en 3,1 secondes et le 200 km/h en 9,3 secondes alors que l’aiguille du compte tours taquine la zone rouge à 8700 tours ! Très différent de l’impression ressentie avec une diva Ferrari V12 qui hurle davantage dans les aigus comme en Formule 1. Envie de goûter aux vocalises envoutantes de ce concerto en V10 ? Deux solutions. Une pour protéger le brushing de madame : en ouvrant simplement la lucarne vitrée arrière dans la capote.

L'ébouriffante Lamborghini Evo spider
Des tuyaux d’orgue d’où sortent une musique envoutante.

L’autre, beaucoup plus ébouriffante, pour écouter en intégrale après une pression sur le bouton d’ouverture de la capote électrique en 17 secondes jusqu’à 50 km/h sans tout arracher ! A très grande vitesse sur circuit, cette Lamborghini Huracan Evo spider se montre à la fois puissante et rapide, voire foudroyante, mais avec des accélérations tout en souplesse (sans la brutalité d’une Ferrari bi-turbo) dues à son gros moteur atmosphérique  V10 5,2 l au couple maxi de 600 Nm à 6500 trs. Et elle est surtout incroyablement rassurante dans son comportement. Ce qui incite à enfoncer encore davantage la pédale d’accélérateur ! Dans les courbes serrées, les roues arrières n’offrent plus aucune résistance ou aucune tendance au sous virage.

Un tableau de bord à la visibilité très claire.

Et l’on sent très bien l’action des roues directrices arrières imprimant la même trajectoire que les roues avant. Un régal de précision au volant de cette Huracan Evo plus joueuse, et sécurisante à la fois. Elle colle littéralement à la route. Grâce à une autre nouveauté invisible : le LDVI. Traduisez : Lamborghini Dynamica Vehiculo integrata. Derrière ce terme bizarroïde se cache un système hyper pointu de contrôle de trajectoire par centrale inertielle : un ordinateur relié à 7 gyroscopes , et non plus simplement à des capteurs sur les 4 roues, analyse le comportement de la voiture sur la route.

L'ébouriffante Lamborghini Evo spider
Un profil biseauté taillé à la serpe pour mieux pénétrer dans l’air.

Ce LDVI anticipe alors les actions du conducteur en envoyant en permanence des corrections aux 4 amortisseurs magnétiques de la suspension pilotée pour adapter au mieux l’équilibre et l’adhérence au sol. Et il fait aussi varier la répartition du couple. Non seulement entre l’avant et l’arrière. Mais également roue par roue entre la gauche et la droite ! Ajoutez à ce prodige d’électronique le Torque vectoring  qui fait tourner la roue intérieure moins vite, et voila comment cette bête furieuse est devenue plus docile sans perdre de sa nervosité. Tout en économisant ses forces en conduite tranquille où la moitié des 10 cylindres est alors désactivée, histoire de « modérer » sa voracité en carburant oscillant entre 15 et 20 l/100 km.  Selon le tempérament de son conducteur…

Cylindrée : V10 de 5,2 l

Puissance : 640 ch à 8000 trs / 50 cv

Couple maxi : 600 Nm à 6500 trs

0 à 100 km/h : 2,9 sec

Vitesse max : 325 km/h

Consommation mixte : 16 l/100 km

CO2 : 338 g/km

Malus : 20 000 €

Prix : 270 000 €

LES PLUS : design, sonorité, accélérations, tenue de route, suspension

LES MOINS : visibilité arrière, coffre symbolique,