La Daimler DS420 de la Reine marche au cognac

La Daimler DS420 de la Reine marche au cognac

Asseyez vous à la place de la reine d’Angleterre derrière le chauffeur ! Avec cette proposition alléchante, Jacques Denis, le plus british des vignerons du cognac  remporte un franc succès auprès de ses clients.

Marie et Jacques Denis, Cognac Jacques Denis

Les touristes de passage dans le petit village de Saint-Preuil près de Cognac ne s’y attendent pas du tout. Et surtout les Anglais ! Oui, c’est bien à bord de la voiture de « The Queen Elizabeth », une Daimler DS 420, que jacques Denis vous balade au milieu des vignobles vallonnés de la Grande Champagne. Unique en son genre, ce n’est pas un hasard si cette imposante  limousine de 2 m de large (à 3cm près) et 5,74 m de long, avec son extravagant arrière galbé surmonté d’une malle d’un autre âge, ressemble génétiquement à un croisement d’automobile et de carrosse.

La Daimler DS420 de la Reine marche au cognac
Des galbes extravagants pour une auto majestueuse digne d’un carrosse royal .

Car à sa sortie en 1968, elle avait été conçue pour la famille royale comme moyen de transport d’apparat par le constructeur britannique Daimler, racheté par Jaguar en 1960. Une forme de revanche pour Daimler fournisseur attitré de la couronne depuis 1902, qui avait été évincé par Rolls en 1950 à l’issue d’un appel d’offre. Cette fois, pour mettre toutes les chances de son côté, Jaguar va jouer à l’économie en proposant une luxueuse limousine plus courte,  et moitié moins chère qu’une Rolls-Royce Silver Shadow ! Avec un moteur certes un tiers moins gros que le 8 cylindres de l’emblématique Rolls Phantom VI.

La Daimler DS420 de la Reine marche au cognac
Un salon arrière de 4 à 7 places avec les strapontins dépliés.

On a beau être reine, on en est pas moins regardant sur sa cassette : l’argument économique a fait mouche ! La famille royale en commandera en tout sept au fil des ans, dont trois toujours en service dans les grandes occasions officielles. Pour parvenir à cette équation gagnante, Jaguar avait bâti sa Daimler en rallongeant de 53 cm le chassis de la déjà grande Jaguar MKX-420, et en réutilisant son 6 cylindres en ligne 4,2 l de 245 ch issu des fameux cabriolets XK.  « D’où son, son nom de Daimler DS 420 qui correspond à sa cylindrée », explique Jacques Denis à son volant tout en roulant tranquillement au milieu de ses 37 hectares de vignes classées Premier Cru dans le prestigieux terroir de la Grande Champagne.

La Daimler DS420 de la Reine marche au cognac
A son lancement en 1968 ce paquebot de 5,74 m de long pouvait voguer jusqu’à 200 km/h !

Une vraie croisière au milieu d’un océan verdoyant où ce paquebot grand confort de 2,1 tonnes oscille voluptueusement  sur son parcours, propulsé par le feulement discret du moteur. Et dans chaque aile arrière, deux réservoirs de 45 l l’alimentent à tour de rôle, quand, à la vue de la jauge qui dégringole, le conducteur actionne un commutateur au tableau de bord pour basculer sur le second !  « J’ai toujours adoré la classe des anglaises, confie jacques Denis qui a aussi dans son garage une Jaguar MK II . Et pour faire de l‘oenotourisme avec mes clients, j’ai déniché cette Daimler d’occasion, car pour transporter 8 personnes, c’est plus chic qu’un minibus ! »

La Daimler DS420 de la Reine marche au cognac
Un canapé cuir avec sur les accoudoirs, cendrier, allume cigare, mollette de réglage pour la clim.

Et effectivement, à bord de sa Daimler DS 420 de 1969 avec seulement 43 000 km au compteur,  on nage dans le luxe au milieu d’un décor garni de cuir Connoly et de boiseries raffinées en ronce de noyer. Et encore, n’y figurent pas les options proposées aux clients à l’époque : armoire bar avec service de verres en cristal (tarif : 64 500 frs), telex, interphone avec le chauffeur, télévision, épais tapis arrière en agneau…Dans ce vaste salon climatisé, l’immense banquette arrière ressemble davantage à un moelleux canapé trois places (le trône de la reine en déplacement) avec à l’extrémité des deux généreux accoudoirs en cuir et ronce de noyer.

La Daimler DS 420 de la Reine marche au cognace
Deux vitres coulissantes séparent le chauffeur des passagers du salon.

Si elle veut s’en griller une, ou refroidir l’atmosphère, la Reine a tout sous la main sur son accoudoir avec cendrier, allume cigare et mollette de réglage de sa clim personnelle . Et devant elle, deux énormes « strapontins » rabattus contre l’habitacle du chauffeur peuvent se déployer en se transformant en deuxième banquette pour accueillir deux à trois personnes de sa suite. Et en toute discrétion : car deux vitres coulissantes évitent que le chauffeur entende les conversations. De l’autre côté de « l’hygiaphone royal » changement de standing pour le personnel. Pas de clim !

La Daimler DS420 de la Reine marche au cognac
Un grand classique inégalé made in Jaguar : la planche bord en ronce de noyer.

Le chauffeur n’a droit qu’à une inconfortable banquette fixe au dossier vertical (seul le volant est réglable sur 7 cm).  Et détail mesquin : la banquette est en skaï ! Néanmoins, la place fait tout de même rêver : quel régal d’être au volant devant une œuvre d’art : cette splendide marqueterie en ronce de noyer constellé de cadrans chromés du tableau de bord  au style « so british » !Un art de vivre qui fera école dans les autres cours royales d’Europe. En Suède, au Danemark, au Luxembourg, les têtes couronnées rouleront aussi en Daimler DS 420.

La Daimler DS420 de la Reine marche au cognac
On ne lésinait pas sur les chromes pour la proue de ce superbe vaisseau amiral de sa majesté.

Elle sera la voiture de prestige de nombreuses ambassades. Des grands hôtels comme le fameux Peninsula et le Regent à Hong Kong en auront même des flottes entières pour leurs clients. Inévitablement, le plus célèbre espion de sa majesté, James Bond, l’utilisera en 1997 avec sa fidèle secrétaire Moneypenny dans Demain ne meurt jamais. Et sur les 4141 exemplaires fabriqués à la main de 1968 à 1992, beaucoup seront aussi livrées en version…corbillard de luxe ! Une façon de rester éternelle pour cette Daimler encore aujourd’hui très prisée pour cet usage…en plus des mariages !

La Daimler DS420 de la Reine marche au cognac
Un vrai bijou d’ébénisterie automobile au raffinement très british.
LA MÊME MARQUE AUJOURD’HUI

La Jaguar I-Pace met le félin sous tension

La jaguar I Pace joue l'anti TeslaLa reine d’Angleterre roulera –t- elle un jour dans une Jaguar électrique de prestige comme dans sa Daimler DS420 ? Peut être le jour où une version plus grande de la nouvelle Jaguar I-Pace sortira. Mais pour l’instant la première auto propulsée à l’électricité du royaume est une belle vitrine du savoir faire britannique. Et la première réplique européenne à l’américaine Tesla, grillant ainsi la politesse aux grandes marques allemandes. Avec 470 km d’autonomie et un 0 à 100 km/h en seulement 4,8 secondes, la I-Pace se veut à la fois sportive-routière et urbaine. Mais selon ses conditions d’utilisations, la réalité peut réserver d’autres surprises…lire la suite

OENOTOURISME

                                                                   MON VIN PRÉFÉRÉ

Les amateurs d’oenotourisme ne s’arrêtent pas chez Jacques Denis que pour sa voiture. Car il fait partie de cette minorité de producteurs qui ne fournissent pas tous leurs vins aux grandes maisons de négoce, et continuent de vendre en bouteilles de très vieux cognac aux extraordinaires arômes tout en rondeur. « Dans la classification en vigueur les XO sont des 15 ans d’âge. Les miens, des Premiers Crus, en ont 30.  Et je propose une « dégustation collection » avec des 50, 70 et 100 ans. Chez moi, on commence là où ça se termine chez les autres ! »

Vieille Réserve -50 ans d’âge- délicieusement parfumé avec ses arômes de cuir, de fruits cuits, de pruneaux, qui se développent avec persistance dans une allonge enivrante légèrement asséchée par le bois qui revient dans une belle harmonie entre les sensations du palais et du nez. Un plaisir rare à moitié prix des grands Hennessy en carafe ! (146 €)

www.cognacjacquesdenis.com

05 45 83 41 22 à Saint-Preuil

                                                                PROFITEZ EN POUR VISITER…

COGNAC

-Flanez sur les quais de la Charente jusqu’à la tour St Jacques splendide vestige des anciens remparts

-L’eglise St Lager de 1130 et sa splendide rosace gothique

-Le musée des Arts du Cognac dans l’ancien Hôtel Perrin de Boussac

-Le couvent des Récollets

La tour St Jacques sur les quais de Cognac (Destination-Cognac-EBrothier)

-la vieille maison de la lieutenance

-Les chais Remy Martin avec la visite en petit train du domaine et de la distillerie

-Les chais Martell avec leur bar panoramique avec vue unique sur la ville

– Maison de cognac Meukow, fondéeen 1862 par les frères Meukow chargés par le Tsar Alexandre II de l’approvisionnement de la cour de Russie en eau de vie de cognac. Le magnifique cadre architectural des anciens chais accueille des concerts classiques et peut être privatisé pour des séminaires ou des soirées.

-Croisière de 1h 30 en ancienne gabarre sur la Charente depuis St Simon à 20 minutes de Cognac (tel : 05 45 97 33 40)

Les anciens chais du cognac Meukow

CRAZANNES,et un des plus anciens chateaux de Charente-maritime du XIV ème bâti à l’emplacement d’une forteresse du XIème dont il reste le donjon et la chapelle

MATHA et sa bambouseraie à 15 km de Cognac qui regroupe une soixantaine de variétés qui font voyager autour du monde

BASSAC et son abbaye St Etienne fondée au XIème, un des plus beaux exemples de l’art  roman charentais

ROUILLAC et son théâtre gallo-romain à St Cybardeaux

Le portail roman de l’église St Pierre à Aulnay de Saintonge (photo C Garnier)

AULNAY DE SAINTONGE et son bijou roman de l’église St Pierre au portail extraordinaire de finesse

BARBEZIEUX et son château XVème-XIXème

PONS :

-Le château médiéval et son donjon avec vue sur la ville

-le grand escalier du XVIIème pour accéder à la ville sous les remparts

-l’église St Vivien du XII ème avec sa façade romane très bien conservée

-l’hôpital des pélerins de Compostelle du XIIème classé par l’Unesco

Le château de Jonzac

USSON et son château style Renaissance déplacé au XIXème et devenu un parc à thèmes, le « Château des énigmes » avec chasse au trésor pour les enfants autour des 3 mousquetaires

St JEAN D’ANGELY, vestiges grandioses avec sa façade à deux tours de l’église abbatiale XVème-XVIIIème jamais achevée

JONZAC et son château du XVème

Eglise romane St Vivien à Pons

SAINTES ex cité romaine importante comme en témoignent son Arc de triomphe sur les rives de la Charente à l’entrée du pont, son amphithéâtre pour 15 000 personnes sur une colline boisée dominant la ville

-l’église St Eutrope  du XIIème et sa crypte exceptionnelle qui était sur la route de Compostelle, site classé par l’Unesco

-le Logis du gouverneur

-le musée archéologique

L’arc de triomphe romain Germanicus à Saintes

-Maison à colombages place du synode

-L’abbaye aux Dames du XIème et le haras national non loin de là

LA ROCHE CORBON, au nord ouest de Saintes vers Rochefort (et sa célèbre corderie maritime), ne manquez pas son impressionnant château niché dans une forêt très ancienne, son musée de la préhistoire et ses petites grottes

TALMONT, village pittoresque connu pour son église du XIIème sur un promontoire au dessus de l’entrée de l’estuaire de la Gironde et ses habitations troglodytes dans les falaises

******************************************************************************************************PUBLICITE

                             POUR UNE HALTE UN CHOIX S’IMPOSE

Le grand bar jazz le 1838 des Chais Monnet (Albane-Photographe)

Du 19ème siècle à aujourd’hui

Les Chais Monnet rayonnent comme l’un des sites industriels les plus impressionnants de France. Créés en 1838 sur plus de deux hectares au cœur de la ville, ils constituent depuis une riche part de notre histoire.
De notre passé de maison de négoce à la renaissance de ce patrimoine majestueux, notre architecte Didier Poignant, œuvre à transformer ce site remarquable en un havre de quiétude et d’élégance.

Un patrimoine ancestral

Cultivant un certain art de vivre, les Chais Monnet s’appliquent à chaque instant à vous présenter un lieu d’excellence, alliant richesse patrimoniale et modernité. A proximité des plus belles maisons de cognac et du cœur historique de notre cité ancestrale, notre établissement cultive la promesse de vous offrir les futurs souvenirs de vos plus beaux instants de vie.

Un établissement d’exception

L’hôtel Chais Monnet propose un établissement de 92 clefs, un restaurant gastronomique, une brasserie de 120 Couverts et un Jazz bar. Un salon de thé vient compléter notre offre gourmande et ravira les « becs sucrés ». Un espace bien être comprenant un spa, une salle de fitness, un jacuzzi, un hammam et un sauna enchantera les voyageurs en recherche de détente et de quiétude. Pour vos événements privés ou professionnels, l’hôtel Chais Monnet vous propose 4 salles de séminaire et une salle de gala de 400 m 2.

LA DISTILLERIE Notre brasserie contemporaine

D’un petit déjeuner enchanté à un déjeuner épicurien jusqu’à un dîner de grande tradition française, la Distillerie vous fait partager à chaque moment de la journée, le plaisir de la gourmandise. Ouvert tous les jours de 6h30 à 22h30, la Distillerie est un lieu de partage et de convivialité où nos compagnons vous proposent une cuisine de tradition issue de leur savoir-faire culinaire. Le week-end, moment propice à la détente et aux agapes, poussez les portes de la Distillerie et venez découvrir notre brunch épicurien chaque dimanche.

LES FOUDRES Notre restaurant gastronomique

Des confins d’un ruisseau à la rive de l’estuaire, de notre Charente d’eau douce à celle maritime, notre territoire vit au fil de l’eau, une eau de vie. Des richesses de sa terre, du travail insatiable de nos anciens, notre terroir est une ode au voyage. Au sein de ce bâtiment chargé d’histoire, et sous ces foudres centenaires, nous vous invitons à rencontrer les hommes qui font notre terroir, le cultivent et le magnifient. Bien plus qu’un repas, notre chef Marc-Antoine Lepage présente ici les producteurs de notre région, la mémoire collective de leurs traditions et la transmission de leur savoir-faire ancestral. Comme des écluses au fil de la Charente, chaque plat est une pause ouvrant vers de nouveaux horizons, offrant de nouvelles découvertes vers ce patrimoine immatériel qu’est notre gastronomie…

Le 1838 Le paradis du Cognac

Bar Jazz, situé dans l’ancienne tonnellerie de la maison Monnet, «le 1838» offre quelques 400 références de cognac issues de plus de 40 maisons mais aussi une large carte de spiritueux et de champagne que notre sommelier, Grégory Mio, a sélectionné avec exigence et passion. Chaque soir, Adrien Charpentier, notre chef barman, vous fait découvrir ses dernières créations accompagnées par les notes jazzy de ce bar déjà intemporel. Tous les Jeudis soirs, «Le 1838» accompagne les artistes de notre région venant se produire sur notre scène.

ANGÉLIQUE CAFÉ Le café gourmand

L’angélique «l’herbe des anges» présente dans notre région depuis la nuit des temps donne son nom à notre bar à friandises. Véritable café gourmand, l’angélique café propose une sélection exclusive de bonbons anciens venant de tout l’hexagone. Chaque jour, notre Chef Pâtissier y présente ses gourmandises rehaussée par la suave douceur de nos thés dénichés par l’enseigne parisienne «le Parti du Thé» et une élégante sélection exclusive de cafés de notre torréfacteur rochelais, les cafés Merling. Si la gourmandise avait un royaume, elle ferait de l’Angélique café son paradis !

Hôtel Chais Monnet 50 Av Paul Firino Martell 16 100 Cognac

05 17 223 223 //contact@chaismonnethotel.com// www.chaismonnethotel.com