Une 404 cabriolet dans un cellier de moines

Une 404 cabriolet dans un cellier de moines

Cette Peugeot 404 cabriolet coule des jours tranquilles sur le vignoble bourguignon de Givry  dans les Cotes Chalonnaises. Une belle retraite en famille pour cette superbe beauté franco-italienne de 1967.

Domaine du Cellier aux Moines / Philippe et Catherine Pascal

Jeune marié, il parcourait dans les années 70 en Afrique les pistes défoncées de Guinée-Bissau avec sa femme Catherine à bord d’une indestructible 404 pick up pour sillonner des plantations d’arachide. Cinquante ans plus tard, c’est encore à bord d’une Peugeot qu’il sillonne les routes, mais au milieu de ses vignes bourguignonnes de Givry où il s’est définitivement installé en 2012 dans cet ancien cellier médiéval. Après un périple aux Etats-Unis dans le vin, puis pendant près de 20 ans dans le luxe chez LVMH comme bras droit de Bernard Arnault pour les champagnes et les montres.

Une 404 cabriolet dans un cellier de moines
Un profil d’une pureté stylistique signée Pininfarina

« Mais après mon retour en France, j’ai eu envie de retrouver mes racines avec une belle voiture de chez nous, et mes bons souvenirs en Peugeot m’ont inconsciemment dirigé en 2000 vers cette 404 cabriolet de 1967   qui incarne pour moi la grande époque automobile française des Trente glorieuses. » Ces années d’insouciance où le grand chic était de conduire cheveux au vent avec le bras à l’extérieur tapotant la portière. Ou comme le chantait le crooner yéyé Richard Anthony dans son titre Nouvelle vague , « une jambe ou deux par dessus la portière ! »

Une 404 cabriolet dans un cellier de moines
Un tableau de bord luxueux dans sa version sport en option avec compteurs Jaeger.

Seul bémol, cette 404 cabriolet est plus italienne que française ! Le résultat du coup de crayon magique de Baptista Pininfarina, le génie de la carrosserie qui a dessiné la plupart des Ferrari ! Mais aussi des voitures de tourisme pour d’autres marques qui cherchaient à affirmer un style européen élégant face à la vague des grosses américaines bardées de chromes. C’est le cas de Peugeot qui s’adresse à Pininfarina pour sa 403 lancée en 1955. Hélas, la même année une autre nouveauté lui vole la vedette au salon de l’auto : l’ovniesque DS Citroën dont l’audace fait vieillir d’un coup toutes les voitures à peine sorties du berceau.

Une 404 cabriolet dans un cellier de moines
Le galbe des ailes à l’arrière des portières affinait la ligne du cabriolet.

Comme il faut vite trouver une alternative pour faire face à ce cyclone, Pininfarina appelé à la rescousse va recycler en partie le dessin de la carrosserie des Fiat 1800-2000 et de l’Austin Cambridge A60. En 1960, avec un air de famille qui ne trompe pas, la berline 404, aux lignes tendues et saillantes avec ses ailerons arrières, remplace avec succès les rondeurs massives de la 403 (il s’en vendra  2,8 millions) . Et dans la foulée, un an et demi après, apparaît sa version cabriolet  qui est un clone, en plus volumineux, de la Fiat 1200-1500 décapotable.

Une 404 cabriolet dans un cellier de moines
Les phares anti-brouillard sont apparus dans la calandre en 1966.

Sacré Pininfarina, aussi bon pour dessiner que pour rentabiliser son coup de crayon ! Cette 404 cabriolet marquée de son blason sur les flancs arrières est d’autant plus italienne que toute la carrosserie, qui n’a aucune pièce commune avec la berline, est fabriquée dans l’usine de Pininfarina à San Giorgio Canavese près de Turin, avant d’être expédiée à Sochaux pour recevoir sa mécanique. Un 1618 cm3 carburateur de 65 ch din, monté ensuite à 70 puis 74 ch, et une version à injection, pour la première fois en France, de 80 ch.

Une 404 cabriolet dans un cellier de moines
Par esthétisme, la plaque d’immatriculation cachait le bouchon de réservoir.

Puis  viendra la version injection de 88  ch qui sera la plus vendue avec une vitesse max décoiffante pour l’époque de 167 km/h  et un 0 à 100 km/h en 7,8 secondes. Jolie, racée, élégante avec son petit décrochement galbé à l’arrière de la portière qui magnifie la silhouette de son aileron, cette 4 places au grand coffre a tout pour plaire : il s’en vendra 10 389 exemplaires entre 1961 et 1968, sans oublier les 6837 coupés encore plus élitiste par leur prix qui valait plus du double du prix de la berline 404.

Blason stylisé de Pininfarina
LA MÊME MARQUE AUJOURD’HUI

508 PSE, LA  PLUS PUISSANTE  VOITURE DE SÉRIE DANS L’HISTOIRE DE PEUGEOT

508 PSE,Inutile de rêver ! Contrairement aux 403, 404, 306, qui l’ont précédé, l’actuelle 508 ne sera pas déclinée en cabriolet. Ces belles autos ne sont soit disant plus rentables en raison de leurs faibles volumes. La tendance est aujourd’hui aux SUV, à l’électrique et à la montée en gamme pour faire plus de bénéfices. Pour aller titiller les marques allemandes haut de gamme aux gros moteurs plus puissants, le gaulois a donc  rusé  en sortant une 508 survoltée de 360 ch quasiment aussi chère qu’une BMW. Mais propulsée par un petit 1600 cm3 de 200 ch épaulé par deux moteurs électriques sur les essieux avant et arrière. Résultat : cette 508 PSE hybride échappe ainsi au malus malgré sa puissance décoiffante…lire la suite

OENOTOURISME

                                                                   MON VIN PRÉFÉRÉ

 « Mieux vaut se servir de la nature plutôt que de l’asservir ! » Fort de ce principe pour le bien être de son Premier cru Clos du Cellier aux Moines, Philippe Pascal a été le premier sur Givry à cultiver  ses 5 ha, entourés de leur muret de pierres depuis 9 siècles,  en biodynamie et à mettre fin au rognage des vignes pratiqué par habitude pour faciliter le passage des engins mécaniques entre les rangs . Intérêt : « On évite ainsi la repousse des entrecoeurs qui ne porteront pas de fruit, et épuisent le pied de vigne pour rien. » Résultat : ses vignes débordent de lianes tressées à 1,90 m de haut sur des fils de fer entre chaque pied. «Le but est d’augmenter la surface de feuilles, et donc la photosynthèse qui apportera davantage d’énergie en sucre à un même nombre de grappes. » Précautionneux de ses vignes sur leur coteau plein sud, il l’est aussi jusqu’à la bouteille depuis la construction en 2015 d’une cuverie en gravité sur 4 niveaux. « Du pressage du raisin au soutirage, à l’élevage et à la mise en bouteille, tout se fait sans pompage pour ne pas brusquer le vin en l’oxydant. » Et depuis 2014, le maître de chai Guillaume Marko, qui a fait ses classes à la prestigieuse Romanée-Conti, mène la vinification.

Résultat : Le Clos du Cellier aux Moines 2017 offre un pinot noir tout en finesse, soyeux, affuté et dense sur le fruit à dominante framboise.(38 €). Le second vin Le Petit Clos du Cellier (22€) ne démérite pas avec sa fraicheur fruitée sur une légère finale tannique. Mais la « Rolls » du domaine est le vin du Clos Pascal issu d’une parcelle très minérale de 27 ares disponible en quantité limitée sur 2017 au prix de 100€.

                                                         PROFITEZ EN POUR VISITER

*Russily, joli village perché au fond d’un vallon d’où l’on a un panorama superbe sur Givry, et par beau temps, le Mont Blanc !

*Couches et le château médiéval de Marguerite de Bourgogne, l’épouse répudiée de Louis X le Hutin qui aurait fini ses jours ici comme « prisonnière libre » après sa disparition de Château-Gaillard en Normandie où elle était incarcérée pour adultère. Site intéressant avec son donjon carré, ses tours, ses prisons, son pont levis, sa chapelle et son réseau de galeries souterraines.

Jour de marché à Chalon sur Saône sur la vieille place de la cathédrale St Vincent
Jour de marché à Chalon-sur-Saône sur la vieille place de la cathédrale St Vincent

*Chalon-sur-Saône, ancien port gallo-romain, ses vieilles rues charmantes aux maisons à colombages autour de la cathédrale Saint Vincent, son hôpital XVIII ème, son musée sur l’inventeur de la photo Nicéphore Niepce enfant du pays

*Le village de Nolay et ses vieilles halles à la superbe charpente couverte en dalles de pierre (800 kg au m2!)

*Sully et son château Renaissance entouré d’eau où naquit le maréchal Mac Mahon. Avec son grand parc aux essences rares, et ses dépendances harmonieusement alignées de chaque côté de la grande allée du château, madame de Sévigné surnommait l’endroit « Le Fontainebleau de Bourgogne » !

SAMSUNG DIGITAL CAMERA
Le château de Sully-sur-Loire surnommé le « Fontainebleau de Bourgogne »

*Le Creusot et son ancienne manufacture, son célèbre marteau pilon géant qu’on entendait à 10 km

* Saint Gengoux-le-National, charmant village médieval et son église romane construite par les moines de Cluny

*Le château de La Rochepot, spectaculairement dressé sur le piton de la Roche Nolay : ses toits en tuiles vernissées multicolores, sa cour Renaissance et le puits en fer forgé profond de 72 m, son armurerie et sa cuisine monumentale

Le château de Rully et son vignoble.
Le château de Rully et son vignoble.

*Le Mont Saint Vincent et sa vue panoramique époustouflante jusqu’au Mont Blanc

*Le chateau de Cormatin, ses fastueux salons Louis XIII, ses tapisseries, ses plafonds à caissons peints, son parc

*Rully pour son vin et sa forteresse médiévale au grand donjon carré à l’énorme cheminée intérieure


Publicité

                                         POUR UNE ÉTAPE UN CHOIX S’IMPOSE

Situé en Côte d’Or, Le Château de Cîteaux – La Cueillette se dresse au cœur de Meursault, l’un des plus beaux villages vignerons de la Côte de Beaune, cerné par les prestigieux vignobles de Bourgogne à la renommée internationale, dont une parcelle d’un hectare s’étend jusqu’aux pieds du Château. Construit au 19ème siècle par un négociant en vin, le château s’élève au-dessus de caves cisterciennes du 11ème siècle, propriété de la célèbre Abbaye de Cîteaux, qui a donné son nom au château…

Ses deux atouts majeurs : un spa unique et des caves millénaires 

L’actuel propriétaire, Jean Garnier, médecin spécialisé dans le bien-être, propose avec La Cueillette bien plus qu’un luxueux hôtel restaurant. Il a en effet bousculé les codes avec son concept très novateur du Spa de Fruitithérapie®. ‘’Unique en France, le vaste espace de 500 m² propose jacuzzi, sauna, hammam, solarium et salle de détente… mais surtout des soins, massages, enveloppements, gommages ou masques à base des petits fruits rouges de Bourgogne dont le cassis, aux multiples vertus pour la santé, vitamines, agents anti-âge, oligoéléments et antioxydants, précise Karine Opasinski, Responsable des Séjours Groupes. ‘’L’autre ‘’plus’’ du château, poursuit-elle, ce sont ses magnifiques caves voutées privatisables, de quoi surprendre vos convives avec des cocktails, dégustations et soirées œnologiques…ou sur demande, présentations des grands crus de Bourgogne par leurs producteurs, dans un cadre d’exception’’ !

Un hôtel**** pour des séjours détente et / ou professionnels

Les 19 chambres déclinées en 4 catégories, Classique, Supérieure, Deluxe avec terrasse privative et 2 junior Suites, ont été entièrement rénovées dans un style épuré très contemporain : spacieuses, entre 25 et 40 m², claires et lumineuses, elles offrent les prestations d’un 4 étoiles et tranchent avec le côté très 19ème siècle des autres parties du château. Le restaurant gastronomique, jusqu’à 30 couverts, accueille vos diners dans la belle salle restaurée avec dorures, boiseries, lustres et tapisseries, et propose une cuisine traditionnelle française de haut vol, élaborée à base de produits frais locaux et évolutive au fil des saisons. Au ‘’Potager’’, bistrot également privatisable pour une vingtaine de personnes et installé dans les anciennes cuisines du château avec cheminée d’époque, est servie une excellente cuisine bistronomique à base de produits du terroir, dans une ambiance cosy et feutrée.

Partez à la découverte des vignobles alentours et des prestigieux villages de Volnay, Puligny-Montrachet ou Pommard en vélo, en quad, en 2 CV, en trottinette électrique, ou même en montgolfière et en ULM. Les célèbres Hospices de Beaune sont à 8 km à peine, Dijon à moins d’une heure…et bien sûr les incontournables caves de la Route des Vins !

Pour plus d’informations :

www.lacueillette.com

contact@lacueillette.com

+33 3 80 20 62 80