Salmson S4 sport, un passé d’avant garde

Salmson S4 sport du producteur de champagne Alain Demets

Alain et Pierre Demets / Champagne Marie Demets

Les cyclecars comme la Salmson S4 sport de 1930 patiemment restaurée par ce vigneron étaient à la fois ultra légers et rapides en course. Grâce à leur moteur de conception très moderne pour l’époque.

« C’est très physique, mais j’adore ça ! » A son volant, cheveux au vent et dans le tintamarre sous le capot, Alain Demets adore les sensations fortes. Celles que lui procure la conduite très spartiate et virile de sa Salmson S4 sport de 1930 sur les petites routes sillonnant son vignoble de la Champagne auboise au tour de Gyé. Mais attention aux apparences trompeuses. Malgré leur consonance anglaise et leur conduite à droite, les autos de la marque Salmson ont été fabriquées à Boulogne Billancourt de 1919 à 1957.

Salmson S4 sport de l'arrière
Saute vent devant le volant et arrière profilé en pointe, l’aérodynamisme des années 20-30.

Emile Salmson, descendant d’un sculpteur suédois installé à Paris, avait créé un atelier de fabrication de pompes hydrauliques industrielles dans le 11ème arrondissement avant de se lancer dans la fabrication de moteurs d’avions et de biplans. Des usines de Boulogne-Billancourt qui emploieront en 14-18 jusqu’à 6000 ouvriers vont sortir 3200 avions de combat. Mais une fois la guerre terminée, l’entreprise va se diversifier dans les voitures de course, puis à partir de 1929 dans les modèles tourisme de luxe.

Salmson S4 sport -moteur
La fausse anglaise Salmson ne cachait pas ses origines avec l’inscription Billancourt sur la culasse.

Comme le firent à la même époque des grands noms de l’aéronautique à la manière d’Hispano-Suiza ou de  Voisin. Et très vite les cyclecars Salmson raflent les victoires en course grâce à leur avance technique. « Leurs moteurs 1100 cm3 puis 1300 cm3 sont les premiers, sur des voitures de série, à avoir été équipés de double arbres à cames en tête qui offrent davantage de performances par rapport aux moteurs culbutés traditionnels » témoigne Alain Demets sur sa Salmson S4 sport. D’autant que la légèreté des Salmson à la carrosserie montée sur une armature en bois leur procurait un rapport poids-puissance imbattable.

Salmson S4 sport vu de l'avant
La calandre des Salmson sport arborait l’emblème de la marque, la croix de St André.

Avec moins de 500 kg  sur la balance pour 30 ch et une vitesse max de 120 km/h, voire près de 190 km/h sur les versions de course à compresseur des Salmson S4 sport . Une folie à bord de laquelle il fallait avoir le cœur bien accroché pour ne pas partir dans le décor ! De 1921 à 1930, près de 8000 cyclecars sortiront des usines Salmson avec leur calandre frappée du X de la croix de Saint André, clin d’œil à André Lombard l’ingénieur et pilote de la firme.

Salmson S4 sport :l e bouchon de radiateur
Il fallait avoir une bonne vue pour lire température d’eau sur le thermomètre au bout du capot !

Mais après la seconde guerre mondiale, dans la reconstruction douloureuse de l’industrie automobile soumise au rationnement, les marques de luxe seront délaissées par les aides du gouvernement. Priorité est donnée  aux voitures populaires où chaque constructeur a droit à un créneau de modèle. Salmson tente en vain de s’en sortir avec des modèles d’avant guerre recarrossés, mais dépassés techniquement.

Salmson S4 sport , tableau de bord
Plancher en bois et tableau de bord bouchonné réduit à sa plus simple expression.

Quant aux performants coupés sport Salmson 2300 S lancés en 1953, ils seront le chant du cygne de la marque. Victimes de leur prix trop élevé et des faibles ventes à seulement 236 exemplaires. En 1957, acculé à la faillite, Salmson rejoindra au cimetière des grandes marques automobiles d’avant guerre les Delage, Delahaye, Hispano et autres Bugatti…après avoir vendu seulement 29 029 exemplaires au total de ses voitures durant son existence.  Mais le nom de Salmson n’a pas disparu pour autant : aujourd’hui encore, les pompes continuent d’être fabriquées dans une usine Salmson à Laval !

OENOTOURISME

                                                                    MON VIN PRÉFÉRÉ

« Naguère dans l’Aube l’agriculture rapportait plus que le vignoble. Maintenant, c’est l’inverse, raconte Alain Demets ! J’ai commencé en plantant 2,5 ha et par vendre au kilo. Puis en 1985, j’ai revendu mes terres agricoles pour racheter des vignes tout en reprenant celles de mon beau-père. Et j’ai élaboré mon propre champagne. » Aujourd’hui, son fils Pierre prend la relève sur les 12 ha de vignes des coteaux de Gyé-sur-Seine.

Cette cuvée 19e siècle de Prestige dosée à 8 gr, est issue d’un coteau calcaire exposé sud-ouest. Un bel assemblage à 50-50, où après 6 ans d’élevage, le Chardonnay apporte toute sa complexité et sa finesse fruitée et le Pinot noir sa puissance et sa rondeur sur une finale tout en légèreté qui marie minéralité et arômes subtilement pétillants. Un trésor de délicatesse. (18,50€) Tel: 03 25 38 23 30/ champagnemariedemets@wanadoo.fr

                                                                PROFITEZ EN POUR VISITER…

L’abbaye cistercienne XII éme siècle du Val-des Choues, un endroit extraordinaire qui surgit, au détour d’un long chemin dans la forêt de Chatillon, au coeur d’un vallon verdoyant au milieu d’une clairière. Le bâtiment, avec son immense cour carrée est aujourd’hui un centre de chasse à cour avec une meute de 150 chiens, et un musée de la vénerie.

*Chaource, sa célèbre fromagerie, son musée du fromage, son église St Jean-Baptiste véritable musée de la sculpture médiévale et sa mise au tombeau en pierre polychrome joyau de l’art troyen du XVI ème

Vieilles maisons à pans de bois à Troyes
Vieilles maisons à pans de bois à Troyes

*Le Troyes ancien avec les plus importantes ruelles à maisons de bois en France, l’église Ste Madeleine et son célèbre jubé en dentelle de pierre gothique flamboyant, ses magasins d’usine à prix cassés Marques avenue et Mc Arthur Glen, l’Hôtel de Mauroy magnifique édifice médiéval abritant le musée des outils et du compagnonnage, l’Hôtel Vauluisant et ses deux tourelles, l’ex évêché du XVI ème aujourd’hui musée d’art moderne avec l’extraordinaire donation de 2000 tableaux par l’industriel troyen Pierre Levy (Lacoste), riche en Derain, Courbet, Dufy, Cezanne, Vlaminck, Braque…

*Tonnerre pour son hôtel Dieu médiéval et son immense salle des malades à voûte en bois, le lavoir circulaire autour de la source vauclusienne de la fosse Dionne

Fosse Dionne à Tonnerre
La fosse Dionne et son lavoir à Tonnerre

*L’abbaye cistercienne de Clairvaux fondée en 1115 par St Bernard

*Le lac de la forêt d’orient avec sa réserve ornithologique et les nombreux oiseaux migrateurs qui y font halte

* Essoyes et sa célébrité locale : le peintre Renoir. Conquis par la beauté du village de son épouse, il y acheta une maison (devenue un musée) et y installa son atelier où la campagne alentour lui inspira nombre de tableaux

*Les chateaux de Tanlay, et d’Ancy le Franc ex demeure de Louvois

Le château de Tanlay (Photo Emmanuelle Vignes)
Le château de Tanlay (Photo Emmanuelle Vignes)

*Chatillon sur Seine pour ses ruelles en escalier montant jusqu’à la terrasse de l’église Ste Vorles du XI ème, et le musée archéologique avec son fameux vase grec en bronze de Vix , d’une dimension hors du commun (1,64 m de haut), retrouvé dans une nécropole princière non loin de là datant de 500   ans av. JC

* Et pour les enfants, Nigloland à Dolancourt, le deuxième plus grand parc d’attraction en France après Disneyland avec plus de 500 000 entrées par an à 2 h de Paris

 

 

 

 

Une Hotchkiss coupé basque rescapée de l’Histoire

Une Hotchkiss coupé basque rescapée de l'Histoire

Michel et Nicolas Maillart/Champagne Nicolas Maillart

Il ne reste plus que 3 exemplaires au monde de cette superbe Hotchkiss de 1935  patiemment restaurée par ce vigneron de la Montagne de Reims. Un miracle. Car cette auto a échappé au pire : finir à la casse !

Avant de produire des voitures de 1904 à 1954, la marque française Hotchkiss fabriquait des armes ! Et d’abord aux Etats-Unis.  Mais faute d’avoir réussi à persuader les militaires américains d’adopter son matériel, l’ingénieur Benjamin Berkeley Hotchkiss, originaire du Connecticut,  finit par s’exiler en France en 1867. Read more

Une MG TC « so british » chez un épicurien du vin

Une MG TC "so british" chez un épicurien du vin

Ce gourmand des bonnes choses de la vie rêvait d’avoir son vin et une belle anglaise. Il a aujourd’hui les deux.  En ayant pris le pari risqué de relancer dans le bordelais l’appellation oubliée Sainte-Foy.

Château Hostens-Picant /Yves et Nadine Picant

« C’est ma voiture chausse-pied ! » s’amuse Yves Picant qui ne manque pas d’humour. De fait, ce vigneron haut, et large, en couleur est un personnage gargantuesque, imposant par sa carrure et ses rugissements, gourmand de la vie, de bons vins et de belles voitures. Mais sa préférée est cette minuscule MG TC de 1947 dans laquelle il prend plaisir à se glisser malgré tout. Read more

Rarissime, la Fiat 500 Maggiolina vous salue bien !

Rarissime, la Fiat 500 maggiolina vous salue bien !

Château Réal Martin / Jean-Marie Paul

Ce vigneron du Var est ravi. D’avoir retrouvé l’exemplaire unique de cette Fiat 500 métamorphosée par un carrossier italien. Et de se promener avec en déclenchant sur son passage des élans de sympathie.

Par quel mystère s’est elle retrouvée là ? Juste à côté de chez Brad Pitt et Angelina Jolie dans leur vignoble de Miraval  ? Car cette belle italienne est une star aussi. Depuis sa révélation au salon de Turin en 1957. La Maggiolina, avait été fabriquée cette année là en un seul exemplaire pour accompagner le lancement de la nouvelle Fiat 500. Read more

Champagne pour une Ferrari 348 TS

Champagne pour la Ferrari 348 TS

Champagne Vincent Brochet

Ce vigneron champenois, aussi pilote à ses heures, aime taquiner l’accélérateur sur son bolide frappé du petit cheval cabré. Une belle italienne de 28 ans très envoutante qui l’a longtemps fait rêver!

L’image a fait le tour du monde. En voulant ouvrir une bouteille de champagne, le capitaine Haddock avale le bouchon qui lui saute dans le gosier ! Tonnerre de Brest ! C’était en 1953 à la sortie d’Objectif lune, page 53. Un épisode cocasse où le virulent capitaine recrachait le bouchon après une grande tape dans le dos par Tintin. Mais une séquence pas si anodine qu’elle en avait l’air : dans une famille près de Reims, un petit détail a tout de suite sauté aux yeux des Brochet vignerons à Ecueil. Read more

Lamborghini Espada, la splendeur en folie

Lamborghini Espada, la splendeur en folie

Champagne Marie Demets / Alain et Pierre Demets

Vestige d’une époque sans limitations de vitesse et avec essence bon marché, cet extravagant bolide à 4 places rivalisait avec les Ferrari. Et a longtemps subjugué ce vigneron aubois par sa ligne hallucinante.

Cinquante ans après sa sortie, cette fascinante Lamborghini Espada fait encore figure d’ovni futuriste. Sa ligne effilée et aiguisée comme une épée (Espada en espagnol, d’où son nom) est une folie automobile sans rivale comme a pu l’être avant elle la Lamborghini Miura, également dessinée par le génial styliste Marcello Gandini chez le carrossier Bertone.  Read more

La Daimler DS420 de la Reine marche au cognac

La Daimler DS420 de la Reine marche au cognac

Asseyez vous à la place de la reine d’Angleterre derrière le chauffeur ! Avec cette proposition alléchante, Jacques Denis, le plus british des vignerons du cognac  remporte un franc succès auprès de ses clients.

Marie et Jacques Denis, Cognac Jacques Denis

Les touristes de passage dans le petit village de Saint-Preuil près de Cognac ne s’y attendent pas du tout. Et surtout les Anglais ! Oui, c’est bien à bord de la voiture de « The Queen Elizabeth », une Daimler DS 420, que jacques Denis vous balade au milieu des vignobles vallonnés de la Grande Champagne. Unique en son genre, ce n’est pas un hasard si cette imposante  limousine de 2 m de large (à 3cm près) et 5,74 m de long, avec son extravagant arrière galbé surmonté d’une malle d’un autre âge Read more

Une Mercedes franco-allemande à Margaux

Une Mercedes 300 SEL franco-allemande à Margaux

Le propriétaire de ce domaine réputé de Margaux adore les voitures allemandes des années 60-70 en avance sur leur temps. Et en particulier cette Mercedes 300 SEL dessinée par un styliste français.

Chateau Siran / Edouard Miailhe

Chez lui ça n’est pas du snobisme, mais un réel plaisir d’être au volant : Edouard Miailhe adore rouler tous les jours dans sa superbe Mercedes. Néanmoins,  détrompez vous, il ne s’agit pas de la dernière énorme Classe S bourrée d’aides électroniques à la conduite. Non, plutôt d’une antiquité. Une vieille 300 SEL de 1970 encore vaillante pour ses artères où coule du super 98 pour alimenter un V8 injection de 3,5 l qui  peut dégager 200 chevaux. Read more

La Renault Vivastella des champagnes Gremillet

La Renault Vivastella des champagnes Gremillet

Jean-Michel Gremillet, et ses enfants Anne, Jean-Christophe

Le patron fondateur de cette grande marque de champagne dans l’Aube s’est passionné pour ce modèle prestigieux de Renault. A une période où la marque voulait rivaliser avec les luxueuses Delahaye.

C’était la grande époque ! Celle où la marque Renault incarnait en France le symbole de la voiture haut de gamme très prisée par les élites. Pour preuve : cette luxueuse limousine  Renault Vivastella de 1933, propriété du patron fondateur des champagnes Gremillet, n’a été fabriquée qu’à 192 exemplaires de 1929 à 1939. Read more

La classe de la DS dans un grand cru classé

La classe de la DS dans un grand cru classé

Tristan et Loïc Kressmann/ Château Latour-Martillac

Dans le bordelais, ce vignoble des Graves abrite des vins  sublimes et un grand millésime sorti en 1955 : la mythique DS Citroën qui a révolutionné l’automobile. Par son style et sa suspension de tapis volant.

Quand elle est sortie en 1955 au salon de l’auto sous la splendide verrière du Grand Palais à Paris, Tristan Kressmann avait 7 ans.  Et déjà un intérêt certain pour les voitures avec un père qui travaillait chez Peugeot tout en veillant au vignoble familial de Latour-Martillac  dans les Graves près de Bordeaux. Mais forcément, cette étrange DS Citroën sortie de nulle part qui montait toute seule sur ses roues au démarrage, avec sa suspension révolutionnaire, ne pouvait que le frapper dans sa mémoire. Read more

Un sacré millésime à Chinon, le BMW Z1

Un sacré millésime à Chinon, le BMW Z1

Sylvie et Arnaud de la Vigerie/ Domaine Olga Raffault

Ce roadster sorti en 1988 a relancé une tradition perdue chez BMW. Tout avait été fait pour frapper l’imagination. Et 30 ans plus tard, ce Z1 à la conception révolutionnaire reste unique en son genre.

Elle est la seule ! Vous en connaissez d’autres, des voitures où l’on n’ouvre pas la portière, mais où on la baisse pour s’installer au volant ? Comme un volet coulissant, disparaissant dans le bas de la carrosserie. Cette originalité a fait tout le charme de la BMW Z1 à 2 places quand elle est sortie en 1988. Pour une durée de vie très courte qui a contribué à sa légende avec seulement 8000 exemplaires produits en quatre ans. Read more

Une BMW 850 i sous le soleil provençal

Une BMW 850 i sous le soleil provençal

Marc Lépine / Château Bizard

Dans la course à la puissance des années 90, la star des BMW allait taquiner les Ferrari ou les Jaguar. Au grand plaisir de ce vigneron de la Drôme : 30 ans après son acquisition, il la garde précieusement. 

Quand elle est sortie à l’automne 1989, cette BMW 850 i se voulait la première super car de la marque bavaroise qui rejoignait l’élite automobile. Celle des coupés Ferrari, Jaguar, Mercedes et Lamborghini, les seuls propulsés par de fantastiques V12 à la sonorité noble. A Munich, l’heure de la riposte avait sonné chez le constructeur qui ne voulait plus laisser le champ libre à ses concurrents germaniques Porsche et Mercedes dans la course à la puissance. Read more

Une Ferrari Dino 308 GT 4 au vin jaune

Une Ferrari Dino 308 GT 4 au vin jaune

Dans ce haut lieu du vignoble jurassien, ce bolide de 1980 coule des jours tranquilles après une existence mouvementée dans l’histoire de la marque au petit cheval cabré et celle de son boss Enzo Ferrari.

Chateau d’Arlay, Alain de Laguiche

Furieux ! Ce jour-là de 1973, les murs tremblent dans son bureau de Maranello : Enzo Ferrari, bien connu pour son caractère rugueux, jure en tempêtant qu’on ne l’y reprendra pas deux fois. Plus jamais !  C’est la première, et la dernière fois qu’il aura confié la réalisation d’une de ses voitures à un autre designer que son styliste fétiche Sergio Pininfarina. Car on s’est payé sa tête ! L’objet de son courroux s’appelle Nuncio Bertone, l’autre grand carrossier de Turin qui lui avait créé cette Dino GT 4 Read more

Un fana de Jeepster sur Bourgueil

Un fana de Jeepster sur Bourgueil

Christophe Deschamps / Le Chêne Arrault

Unique en France, ce vigneron a une passion dévorante pour les Jeep : une fois qu’il en a restauré une, il passe à la suivante ! Et sa collection en compte une vingtaine. Dont cette superbe Jeepster de 1948.

Ah que la guerre était belle ! De 1941 à 1945, l’armée américaine avait acheté  637 770 jeeps. Mais la paix revenue, Willys-Overland le constructeur de ce tout terrain mythique a du se trouver une reconversion pour continuer de faire tourner ses usines. Et c’est ainsi qu’à partir de 1946 la Jeep militaire spartiate s’est muée en précurseur de nos SUV d’aujourd’hui à usage civil avec les Station wagon . Et parfois en jouant les pionniers dans des versions luxueuses, les Jeep Wagoneer Read more

Une Opel GT made in France dans les vins du Loir

Une Opel GT made in France dans les vins du Loir

Domaine Gigou/ Famille Gigou 

En 5 ans seulement d’existence, ce coupé a été un best seller avec plus de 100 000 exemplaires produits. Et encore aujourd’hui sa ligne originale fait rêver Joel Gigou sur l’appellation méconnue Jasnières.

Elle a failli ne jamais être fabriquée ! Car cette Opel GT à la ligne originale a d’abord eu une vie clandestine, et très incertaine.  Chez Opel,  personne ne connaissait son existence. Mis à part  le styliste Ehrard Schnell qui avait donné libre cours à son imagination pour créer la voiture de ses rêves dans le plus grand secret, sans que la direction d’Opel soit au courant. Jusqu’au jour où, avec le soutien de son responsable du bureau de style mis dans la confidence, ce coupé allait être dévoilé en 1965 au grand patron d’Opel et son équipe. Read more

Un bijou à Pessac-Léognan, la Jaguar Type E V 12

Un bijou à Pessac-Léognan, la Jaguar Type E V12

Château Haut-Bergey / Paul Garcin

Cette Type E passée de 6 à 12 cylindres était destinée au marché américain pour concurrencer les Corvette. Un superbe millésime 1972 conservé précieusement à côté des grands vins de ce domaine.

« Sa robe est d’un rouge grenat profond. Son allonge incroyable, et sa rondeur unique au monde.» Non, Paul Garcin n’est pas en train de vous décrire son sublime Pessac-Léognan Château Haut-Bergey 2012. Mais l’autre trésor millésimé 1972 du domaine : une Jaguar Type E V12 achetée par son père en 1987.  Et qu’il continue de bichonner. Car 57 ans après le lancement de cette incroyable auto longiligne qui avait fait sensation au salon de Genève de 1961, la magie opère plus que jamais. Read more