Une Panhard Dyna X au Morgon

Une Panhard Dyna X au Morgon

Domaine Pierre Savoye

Cette curieuse auto de 1950 était son rêve d’enfance. L’ancien maire de Villié-Morgon a fini par le réaliser. Et adore rouler à bord de ce poids plume tout en aluminium qui était révolutionnaire à sa sortie.

On n’imagine pas toujours l’influence que peuvent avoir les souvenirs de la petite enfance sur des décisions prises longtemps après à l’âge adulte… Prenez l’exemple de Pierre Savoye, 74 ans et maire pendant 12 ans de Villié-Morgon où il est aussi vigneron sur cette grande appellation du Beaujolais. «Je n’avais que 5 ans à l’époque, raconte -t- il, mais j’ai toujours gardé le souvenir d’être monté dans une étrange voiture pour moi, la Panhard Dyna X d’un oncle qui m’avait emmené faire un tour. »

Une Panhard Dyna X au Morgon
Un festival de rondeurs baroques qui lui ont valu à la Dyna X le surnom de « louis XV ».

« Et le bruit particulier du crépitement de son bicylindre refroidi par air, avec cette impression de voiture de course, m’avait marqué à tout jamais. Depuis, j’en ai toujours rêvé.» Quarante ans plus tard, il livre du vin à un restaurateur de Fontainebleau situé non loin de la salle des ventes Osenat spécialisée dans les voitures anciennes. « Par curiosité, j’en ai profité pour jeter un œil sur l’exposition de la prochaine vente et je tombe sur quoi : une splendide…Panhard Dyna X de 1950 !

Une Panhard Dyna X au Morgon
La roue de secours carénée était accessible de l’extérieur mais pas le coffre !

« Hélas, la vente n’avait pas lieu ce jour là et il fallait que je retourne à Villié-Morgon m’occuper de mes vignes. Heureusement, mon restaurateur a bien voulu aller l’acheter à ma place et réaliser mon rêve ! » Depuis, Pierre Savoye garde ses yeux d’enfants quand il vous détaille sa Panhard X : son fin volant en corne ambrée, son filet-vide poche au dessus de la tête des passagers à l’avant, sa poignée de frein à main au milieu du tableau de bord, son coffre accessible qu’en basculant le dossier arrière, son coupe circuit de série…

Une Panhard Dyna X au Morgon
La planche de bord sobre et stylée avec la poignée du frein à main au centre !
Une Panhard Dyna X au Morgon
Et son volant en corne encore plus surprenant vu de près.

Autant de particularités qui avaient contribué à marquer les esprits à sa sortie en 1946 face à sa rivale de l’époque, la nouvelle 4 CV Renault présentée en même temps au Salon de l’Auto. Ces deux voitures incarnaient après guerre le retour à la liberté de circuler. Et à bord de petits véhicules bon marché qui démocratisaient l’usage de l’automobile. « Mais la Panhard X incarnait une véritable révolution qui en fait encore aujourd’hui une voiture de collection atypique, explique Pierre Savoye. Première voiture de série avec carrosserie en aluminium ultra légère, elle ne pesait que 550 kg.

Une Panhard Dyna X au Morgon
Une vraie 4-5 places dans un mouchoir de poche au tissu bien d’époque.

Et du coup, son petit bicylindre refroidi par air de seulement 610 cm3, qui montera ensuite à 745 cm3 comme sur la mienne en 1950, puis à 851 cm3 en 1952, en faisait une voiture nerveuse capable de friser les 130 km/h ! » Etonnant pour l’époque et une voiture de seulement 22 ch qui culminera à 38 ch durant sa courte histoire de 1947 à 1954 avec 47 049 exemplaires. Et ses performances retenaient l’attention de la presse spécialisée automobile à en juger par cet article résumant la Dyna X.

Une Panhard Dyna X au Morgon
Un profil très aérodynamique et tout aluminium avec « portes suicides » à l’avant.

« Il s’agit d’une petite voiture aussi efficace qu’une grosse plus puissante avec moins de frais en essence (6 L/100), en entretien et en assurance qui compensent son prix élevé.» Grâce à sa légèreté et les qualités routières de sa suspension à 4 roues indépendantes elle s’offrira une victoire au rallye de Monte Carlo en 1954, au rallye de Suède, et participera même aux 24 heures du Mans ! Plutôt cocasse pour une auto baroque avec ses formes arrondies qui lui vaudront le surnom de « Louis XV » !

                                                                   MON VIN PRÉFÉRÉ

Au pied de la croix de pierre en haut des 358 m de la Côte du Py à Villié-Morgon, Pierre Savoye, adore contempler ses vignes. Celles léguées à la quatrième génération par son père qui avait patiemment rassemblé des parcelles sur cette colline réputée pour ses Morgon les plus sublimes. Jusqu’à en constituer un vignoble de 28 ha.  Sans dévoiler tous les secrets de SA méthode de vinification sur 17 jours pour extraire le maximum d’arômes en fermentant les grappes avant pressage, Pierre Savoye insiste sur ses 18 mois d’élevage, « mais surtout pas en fûts de chêne qui enlèvent la fraicheur du Gamay. Pour moi, seuls la neutralité et la stabilité de l’inertie thermique des cuve béton gardent la fraicheur fruitée de ce cépage adapté au Beaujolais. Après, c’est la particularité du terroir schisteux de la Côte du Py qui prend le relais avec les tanins qui assurent une longue garde. »

                                                         PROFITEZ EN POUR VISITER

VILLIÉ-MORGON

-LA CÔTE DU PY, montez en haut de ses 358 m jusqu’au croisement du calvaire en pierre d’où on a une superbe vue panoramique sur 5 appellations du Beaujolais

-COL DU TRUGES, dans Villié-Morgon prenez la D18 qui grimpe vers le point de vue grandiose du belvédère de la Terrasse dominant tout le vignoble, et d’où l’on voit le Mont Blanc par beau temps. Si vous poursuivez en redescendant de l’autre côté vers Avenas et Monsols, un autre Beaujolais montagneux et boisé se découvre à vous.

-OENOTOURISME EN BENTLEY, le vigneron de Villié-Morgon Gérard Brisson vous fait naviguer au milieu des vignobles, installé confortablement dans son paquebot britannique qui ondule sur la route, inoubliable ! (0474042160)

Le château de Corcelles encore plus majestueux de nuit (photo Erick Saillet)

-MONSOLS, et son prieuré du XIIème où s’arrêtaient les pélerins de Compostelle. Sur la commune se trouve le mont St Rigaud surnommé « le toit du Rhône » qui offre à 1012 m une vue panoramique à 360° à la fois sur le Massif Central et les Alpes

-CHÂTEAU DE CORCELLES, cet impressionnante bâtisse du XVème avec ses tours et ses toitures originales vaut le détour pour son ancien chais, sa belle cour intérieure, ses cuisines aux cheminées monumentales, ses oubliettes et son vin

-BEAUJEU, joli bourg vallonné, à l’origine du nom beaujolais par les seigneurs de Beaujeu qui en ont fait la capitale historique de la région, avec sa splendide maison du Moyen-Age, l’ancien Hotel-Dieu, l’imposante chapelle des princes et l’église romane St Nicolas, une des plus importante de la région. Ne manquez pas le circuit panoramique de 14 km jusqu’en haut de la montagne de Rochefort

L’église romane St Nicolas à Beaujeu. (Isabelle Duc- Destination Beaujolais)

-VILLEFRANCHE SUR SAÔNE, ne manquez pas le « Circuit des trésors cachés » avec ses hôtels particuliers aux cours intérieures Renaissance

-CHATEAU DE PRAVINS A BLACÉ, à 9 km au nord-ouest de Villefranche, ce charmant manoir Renaissance vaut le détour pour son ancien cuvage et ses dégustations

– St IGNY DE VERS, la chapelle de Vers du XIIème est remarquable pour son toit en tuiles vernissées et ses peintures intérieures style 1900. A côté, l’ancien moulin à farine de Vers se visite

-CHATEAU DE COURBEVILLE À CHESSY, ce bel édifice médiéval et Renaissance est dans la même famille depuis 4 générations, et fut fondé en 900 par une lignée de chevaliers

L’apothicairerie de l’Hôtel Dieu à Belleville

-BELLEVILLE, son splendide hôtel Dieu avec une apothicairerie d’anthologie

-FLEURIE et sa chapelle de la Madone

-SALLES-ARBUISSONAS-EN-BEAUJOLAIS, son remarquable prieuré du Xème dans ce vieux village fondé sous l’autorité de l’abbaye de Cluny

-CHIROUBLES ses vins fruités et son sentier panoramique

Le château de Julienas au milieu de ses vignes.

-JULIENAS, petit village, mais grand appellation en particulier par les vins du joli château de Julienas dont le propriétaire est un passionné de voitures anciennes et de combi Volkswagen

-VAUX EN BEAUJOLAIS, l’incroyable histoire d’un village où l’installation naguère d’un urinoir  troubla le calme et diviser ses habitants !

– JARNIOUX charmant village avec ses ruelles aux maisons en pierres dorées dominées par l’imposant château Renaissance aux 7 tours

A Villié-Morgon Gérard Brisson vous emmène dans les vignobles à bord de sa Bentley de 1965 .

– CHATEAU DE MONTMELAS, ancienne propriété des sires de Beaujeu, bâti du Xème au XVIIème, et dans la même famille depuis 1566, c’est le plus ancien château du Beaujolais avec son vignoble et une vue superbe sur la vallée du Rhône et le Mont Blanc. N’est accessible qu’aux clients  Airbnb logés dans une des tours, mais les caves et les vignes se visitent.

-OINGT, figurant parmi les plus beaux villages de France, ce bourg médiéval aux pierres dorées surplombe la vallée de l’Azergues. L’idéal est d’y pénétrer par la porte de Nizy pour s’engager dans les ruelles, entrer dans l’église St Mathieu et poursuivre jusqu’à la tour d’Oingt qui offre un superbe panorama sur les coteaux alentour. Ne manquez pas non loin de là l’étonnant musée automobile monté par la famille de vignerons Guillard.

Oingt et ses ruelles fait partie des Plus beau village de France. (Mfrays Creative Commons Attribution)

-SAINTE PAULE, de Oingt, grimpez par la petite route escarpée jusqu’à ce petit village d’où l’on a une vue spectaculaire sur les multitudes collines verdoyantes de vignes, de prés et de villages perchés qui donnent l’impression d’être en Toscane. Tentez votre chance, si il n’est pas dans ses vignes centenaires, de frapper à la porte du  truculent Alain Chatout dont le caveau recèle des trésors à tomber par terre !

-CHARNAY, figure aussi parmi plus beaux villages aux maisons en pierres dorées dont l’emblématique château est devenu la mairie. Intéressant aussi dans les parages le château du Sou, de Bagnols et de Rapetour à Theizé avec sa galerie italienne

-TERNAND, cet ancien village fortifié du XIIIème, opposé en contrebas à Oingt, vous fait agréablement remonter le temps avec son chemin de ronde et ses ruelles en pente


Publicité

                                         POUR UNE ÉTAPE UN CHOIX S’IMPOSE

 

Le Château de Pizay est un hôtel 4 étoiles remarquablement conservé et rénové dans les règles de l’art pour correspondre aux critères de l’hôtellerie du XXIeme siècle doté d’une situation exceptionnelle pour tous les amateurs de grands espaces, de bons vins et de découvertes régionales

L’hôtel, Restaurant et Spa sont le lieu rêvé pour vos escales « Gourmandes », « Bien-être » ou « Romantiques ». Après une escapade touristique dans la région, une promenade dans le jardin à la française dessiné par Le Nôtre ou encore un après-midi de soins sur mesure au Spa, vous irez déguster, en fin de journée, avant le dîner servi l’été en extérieur dans la cour d’honneur, un délicieux cocktail dans le salon/Bar, à la fois lieu de détente et d’expositions, un concept «bar lounge et galerie d’artistes» où l’art de recevoir prend toute sa dimension.

Depuis le Moyen Age, les vins fins du Château de Pizay séduisent les amateurs de Beaujolais les plus exigeants. Elevés dans l’aristocratie des crus choisis, ses nobles descendants vinifiés dans le meilleur respect des traditions sont dégustés dans le monde entier.Sur l’emplacement d’une ancienne villa romaine, près de la voie qui reliait Lugdunum à Autun, Gosmard de « PIZEYS », vassal des Sires de Beaujeu, bâtit les premières tours du Château en 1030. C’est à cette date qu’est mentionné pour la première fois le nom de Pizay dans les chartes de l’Abbaye de Cluny. Les descendants de Gosmard de « PIZEYS » lui succédèrent durant neuf siècles.Au quatorzième siècle, ils font bâtir un robuste donjon et au dix-huitième siècle, l’adjonction d’un jardin à la française parfait le charme et la douceur du Domaine.Le domaine viticole de Pizay s’étend aujourd’hui sur 80 ha de vignes implantées dans plusieurs appellations : Beaujolais Rouge, Morgon, Régnié, Beaujolais Blanc et Brouilly.

www.chateau-pizay.com

Hotel/Restaurant : 04.74.66.51.41 / info@chateau-pizay.com

Spa : 04.74.66.69.93 / spa@chateau-pizay.com

Groupes/Séminaire/Mariage : 04.74.66.69.08 / dircom@chateau-pizay.com

Domaine Viticole/Oenothèque : 04.74.66.26.10 / oenothequepizay@orange.fr

Une Chevrolet Universal 1930 à Cadillac

Une Chevrolet Universal 1930 à Cadillac

Château du Broustaret/ Jean-Christophe Brunet

Cette Chevrolet rarissime, il la bichonne autant que son vignoble bordelais sur l’appellation Cadillac dont il cultive la renommée en louant des rangs de vignes à des passionnés de vins rétribués en bouteilles.

Quand on est vigneron dans le bordelais à Cadillac, il est compréhensible de s’intéresser aux américaines. Mais c’est pour une autre marque que Jean Christophe Brunet a eu le coup de foudre en 2002 : une Chevrolet Universal torpedo 6 cylindres 3,2 l Read more

Une Hotchkiss coupé basque rescapée de l’Histoire

Une Hotchkiss coupé basque rescapée de l'Histoire

Michel et Nicolas Maillart/Champagne Nicolas Maillart

Il ne reste plus que 3 exemplaires au monde de cette superbe Hotchkiss de 1935  patiemment restaurée par ce vigneron de la Montagne de Reims. Un miracle. Car cette auto a échappé au pire : finir à la casse !

Avant de produire des voitures de 1904 à 1954, la marque française Hotchkiss fabriquait des armes ! Et d’abord aux Etats-Unis.  Mais faute d’avoir réussi à persuader les militaires américains d’adopter son matériel, l’ingénieur Benjamin Berkeley Hotchkiss, originaire du Connecticut,  finit par s’exiler en France en 1867. Read more

Une MG TC « so british » chez un épicurien du vin

Une MG TC "so british" chez un épicurien du vin

Ce gourmand des bonnes choses de la vie rêvait d’avoir son vin et une belle anglaise. Il a aujourd’hui les deux.  En ayant pris le pari risqué de relancer dans le bordelais l’appellation oubliée Sainte-Foy.

Château Hostens-Picant /Yves et Nadine Picant

« C’est ma voiture chausse-pied ! » s’amuse Yves Picant qui ne manque pas d’humour. De fait, ce vigneron haut, et large, en couleur est un personnage gargantuesque, imposant par sa carrure et ses rugissements, gourmand de la vie, de bons vins et de belles voitures. Mais sa préférée est cette minuscule MG TC de 1947 dans laquelle il prend plaisir à se glisser malgré tout. Read more

Rarissime, la Fiat 500 Maggiolina vous salue bien !

Rarissime, la Fiat 500 maggiolina vous salue bien !

Château Réal Martin / Jean-Marie Paul

Ce vigneron du Var est ravi. D’avoir retrouvé l’exemplaire unique de cette Fiat 500 métamorphosée par un carrossier italien. Et de se promener avec en déclenchant sur son passage des élans de sympathie.

Par quel mystère s’est elle retrouvée là ? Juste à côté de chez Brad Pitt et Angelina Jolie dans leur vignoble de Miraval  ? Car cette belle italienne est une star aussi. Depuis sa révélation au salon de Turin en 1957. La Maggiolina, avait été fabriquée cette année là en un seul exemplaire pour accompagner le lancement de la nouvelle Fiat 500. Read more

Champagne pour une Ferrari 348 TS

Champagne pour la Ferrari 348 TS

Champagne Vincent Brochet

Ce vigneron champenois, aussi pilote à ses heures, aime taquiner l’accélérateur sur son bolide frappé du petit cheval cabré. Une belle italienne de 28 ans très envoutante qui l’a longtemps fait rêver!

L’image a fait le tour du monde. En voulant ouvrir une bouteille de champagne, le capitaine Haddock avale le bouchon qui lui saute dans le gosier ! Tonnerre de Brest ! C’était en 1953 à la sortie d’Objectif lune, page 53. Un épisode cocasse où le virulent capitaine recrachait le bouchon après une grande tape dans le dos par Tintin. Mais une séquence pas si anodine qu’elle en avait l’air : dans une famille près de Reims, un petit détail a tout de suite sauté aux yeux des Brochet vignerons à Ecueil. Read more

Lamborghini Espada, la splendeur en folie

Lamborghini Espada, la splendeur en folie

Champagne Marie Demets / Alain et Pierre Demets

Vestige d’une époque sans limitations de vitesse et avec essence bon marché, cet extravagant bolide à 4 places rivalisait avec les Ferrari. Et a longtemps subjugué ce vigneron aubois par sa ligne hallucinante.

Cinquante ans après sa sortie, cette fascinante Lamborghini Espada fait encore figure d’ovni futuriste. Sa ligne effilée et aiguisée comme une épée (Espada en espagnol, d’où son nom) est une folie automobile sans rivale comme a pu l’être avant elle la Lamborghini Miura, également dessinée par le génial styliste Marcello Gandini chez le carrossier Bertone.  Read more

La Daimler DS420 de la Reine marche au cognac

La Daimler DS420 de la Reine marche au cognac

Asseyez vous à la place de la reine d’Angleterre derrière le chauffeur ! Avec cette proposition alléchante, Jacques Denis, le plus british des vignerons du cognac  remporte un franc succès auprès de ses clients.

Marie et Jacques Denis, Cognac Jacques Denis

Les touristes de passage dans le petit village de Saint-Preuil près de Cognac ne s’y attendent pas du tout. Et surtout les Anglais ! Oui, c’est bien à bord de la voiture de « The Queen Elizabeth », une Daimler DS 420, que jacques Denis vous balade au milieu des vignobles vallonnés de la Grande Champagne. Unique en son genre, ce n’est pas un hasard si cette imposante  limousine de 2 m de large (à 3cm près) et 5,74 m de long, avec son extravagant arrière galbé surmonté d’une malle d’un autre âge Read more

Une Mercedes franco-allemande à Margaux

Une Mercedes 300 SEL franco-allemande à Margaux

Le propriétaire de ce domaine réputé de Margaux adore les voitures allemandes des années 60-70 en avance sur leur temps. Et en particulier cette Mercedes 300 SEL dessinée par un styliste français.

Chateau Siran / Edouard Miailhe

Chez lui ça n’est pas du snobisme, mais un réel plaisir d’être au volant : Edouard Miailhe adore rouler tous les jours dans sa superbe Mercedes. Néanmoins,  détrompez vous, il ne s’agit pas de la dernière énorme Classe S bourrée d’aides électroniques à la conduite. Non, plutôt d’une antiquité. Une vieille 300 SEL de 1970 encore vaillante pour ses artères où coule du super 98 pour alimenter un V8 injection de 3,5 l qui  peut dégager 200 chevaux. Read more

La Renault Vivastella des champagnes Gremillet

La Renault Vivastella des champagnes Gremillet

Jean-Michel Gremillet, et ses enfants Anne, Jean-Christophe

Le patron fondateur de cette grande marque de champagne dans l’Aube s’est passionné pour ce modèle prestigieux de Renault. A une période où la marque voulait rivaliser avec les luxueuses Delahaye.

C’était la grande époque ! Celle où la marque Renault incarnait en France le symbole de la voiture haut de gamme très prisée par les élites. Pour preuve : cette luxueuse limousine  Renault Vivastella de 1933, propriété du patron fondateur des champagnes Gremillet, n’a été fabriquée qu’à 192 exemplaires de 1929 à 1939. Read more

La classe de la DS dans un grand cru classé

La classe de la DS dans un grand cru classé

Tristan et Loïc Kressmann/ Château Latour-Martillac

Dans le bordelais, ce vignoble des Graves abrite des vins  sublimes et un grand millésime sorti en 1955 : la mythique DS Citroën qui a révolutionné l’automobile. Par son style et sa suspension de tapis volant.

Quand elle est sortie en 1955 au salon de l’auto sous la splendide verrière du Grand Palais à Paris, Tristan Kressmann avait 7 ans.  Et déjà un intérêt certain pour les voitures avec un père qui travaillait chez Peugeot tout en veillant au vignoble familial de Latour-Martillac  dans les Graves près de Bordeaux. Mais forcément, cette étrange DS Citroën sortie de nulle part qui montait toute seule sur ses roues au démarrage, avec sa suspension révolutionnaire, ne pouvait que le frapper dans sa mémoire. Read more

Un sacré millésime à Chinon, le BMW Z1

Un sacré millésime à Chinon, le BMW Z1

Sylvie et Arnaud de la Vigerie/ Domaine Olga Raffault

Ce roadster sorti en 1988 a relancé une tradition perdue chez BMW. Tout avait été fait pour frapper l’imagination. Et 30 ans plus tard, ce Z1 à la conception révolutionnaire reste unique en son genre.

Elle est la seule ! Vous en connaissez d’autres, des voitures où l’on n’ouvre pas la portière, mais où on la baisse pour s’installer au volant ? Comme un volet coulissant, disparaissant dans le bas de la carrosserie. Cette originalité a fait tout le charme de la BMW Z1 à 2 places quand elle est sortie en 1988. Pour une durée de vie très courte qui a contribué à sa légende avec seulement 8000 exemplaires produits en quatre ans. Read more

Une BMW 850 i sous le soleil provençal

Une BMW 850 i sous le soleil provençal

Marc Lépine / Château Bizard

Dans la course à la puissance des années 90, la star des BMW allait taquiner les Ferrari ou les Jaguar. Au grand plaisir de ce vigneron de la Drôme : 30 ans après son acquisition, il la garde précieusement. 

Quand elle est sortie à l’automne 1989, cette BMW 850 i se voulait la première super car de la marque bavaroise qui rejoignait l’élite automobile. Celle des coupés Ferrari, Jaguar, Mercedes et Lamborghini, les seuls propulsés par de fantastiques V12 à la sonorité noble. A Munich, l’heure de la riposte avait sonné chez le constructeur qui ne voulait plus laisser le champ libre à ses concurrents germaniques Porsche et Mercedes dans la course à la puissance. Read more

Une Ferrari Dino 308 GT 4 au vin jaune

Une Ferrari Dino 308 GT 4 au vin jaune

Dans ce haut lieu du vignoble jurassien, ce bolide de 1980 coule des jours tranquilles après une existence mouvementée dans l’histoire de la marque au petit cheval cabré et celle de son boss Enzo Ferrari.

Chateau d’Arlay, Alain de Laguiche

Furieux ! Ce jour-là de 1973, les murs tremblent dans son bureau de Maranello : Enzo Ferrari, bien connu pour son caractère rugueux, jure en tempêtant qu’on ne l’y reprendra pas deux fois. Plus jamais !  C’est la première, et la dernière fois qu’il aura confié la réalisation d’une de ses voitures à un autre designer que son styliste fétiche Sergio Pininfarina. Car on s’est payé sa tête ! L’objet de son courroux s’appelle Nuncio Bertone, l’autre grand carrossier de Turin qui lui avait créé cette Dino GT 4 Read more

Un fana de Jeepster sur Bourgueil

Un fana de Jeepster sur Bourgueil

Christophe Deschamps / Le Chêne Arrault

Unique en France, ce vigneron a une passion dévorante pour les Jeep : une fois qu’il en a restauré une, il passe à la suivante ! Et sa collection en compte une vingtaine. Dont cette superbe Jeepster de 1948.

Ah que la guerre était belle ! De 1941 à 1945, l’armée américaine avait acheté  637 770 jeeps. Mais la paix revenue, Willys-Overland le constructeur de ce tout terrain mythique a du se trouver une reconversion pour continuer de faire tourner ses usines. Et c’est ainsi qu’à partir de 1946 la Jeep militaire spartiate s’est muée en précurseur de nos SUV d’aujourd’hui à usage civil avec les Station wagon . Et parfois en jouant les pionniers dans des versions luxueuses, les Jeep Wagoneer Read more

Une Opel GT made in France dans les vins du Loir

Une Opel GT made in France dans les vins du Loir

Domaine Gigou/ Famille Gigou 

En 5 ans seulement d’existence, ce coupé a été un best seller avec plus de 100 000 exemplaires produits. Et encore aujourd’hui sa ligne originale fait rêver Joel Gigou sur l’appellation méconnue Jasnières.

Elle a failli ne jamais être fabriquée ! Car cette Opel GT à la ligne originale a d’abord eu une vie clandestine, et très incertaine.  Chez Opel,  personne ne connaissait son existence. Mis à part  le styliste Ehrard Schnell qui avait donné libre cours à son imagination pour créer la voiture de ses rêves dans le plus grand secret, sans que la direction d’Opel soit au courant. Jusqu’au jour où, avec le soutien de son responsable du bureau de style mis dans la confidence, ce coupé allait être dévoilé en 1965 au grand patron d’Opel et son équipe. Read more