La Toyota Celica bulle en Champagne

La Toyota Celica bulle en Champagne

Marie-Noelle et Nicolas Rainon/ Champagne Henriet-Bazin

Après avoir fait fureur dans les années 70, cette japonaise au look de petite américaine coule des jours tranquilles sur la Montagne de Reims. Chez ces vignerons passionnés aussi de vintage en brocante.

A quoi ça tient… Il n’aurait peut être pas acheté cette voiture là si ce petit détail lui avait échappé sur la carte grise : 31 mars 1976. Cette date de première mise en circulation correspondait pile à sa date d’anniversaire ! Et voilà comment Nicolas Rainon, producteur du Champagne Henriet-Bazin à Villers-Marmery sur la Montagne de Reims, a chaviré pour ce coupé Toyota Celica. Sa  première voiture ancienne achetée il y a 10 ans. «Dans ma famille, on a toujours baroudé avec des 4X4 Toyota à commencer par le mythique BJ 40, et j’adorais cette marque pour la fiabilité de ses modèles indestructibles.

La Toyota Celica bulle en Champagne
Une forte inspiration, en plus petit, des coupés américains Mustang et Camaro.

Quand j’ai eu envie de m’acheter une auto de collection, tout naturellement je me suis orienté vers Toyota, et en particulier cette Celica pour son superbe look de coupé à l’américaine comme les Ford Mustang ou les Chevrolet Camaro, mais en plus accessible pour moi à l’époque. Pour 4500 € je me suis offert une « muscle car » au prix » d’une Renault super 5 ! » Déjà à son lancement en 1970, les dirigeants de Toyota avaient visé cette clientèle aux Etats-Unis, et en Europe. En jouant sur ce mimétisme en moins cher et plus robuste.

La Celica a succédé à la superbe Toyota 2000 GT qui a pourtant été un échec commercial.

Et surtout pour tourner la page d’un échec. Celui du prestigieux coupé 2000 GT 2 places, 6 cylindres en ligne 150 ch/220 km/h lancé en 1967 pour donner une renommée mondiale à la marque cantonnée jusqu’alors à des voitures banales et rustiques. Surnommée la « Type E japonaise » pour son superbe profil allongé comme l’anglaise, elle n’aura pas le même succès avec seulement 351 exemplaires vendus dans sa courte existence de 3 ans. Mis à part un succès d’estime après s’être fait remarquer dans le James Bond tourné au Japon « On ne vit que deux fois » avec Sean Connery au volant.

La Toyota Celica bulle en Champagne
Son profil racé a beaucoup contribué à sa légende en rallyes.

Et son tarif élevé lui sera fatal quand sortira sa rivale plus accessible, la Datsun 240 Z devenue un best seller. Tirant les leçons de ce fiasco, Toyota conçoit donc sur un modèle sportif, plus populaire, à 4 places, et meilleur marché en utilisant la base éprouvée de la berline Carina à propulsion.Bonne pioche ! Cette première version de la Celica 4 cylindres 1600 cm3 de 105 et 115 chevaux/185 km/h fera un tabac avec 1,2 million exemplaires vendus jusqu’en 1977.

La Toyota Celica bulle en Champagne
Un coupé aux 4 places confortables y compris à l’arrière.

Avant que 7 générations lui succèdent en atteignant au final en 2005 le chiffre record de 4,1 millions ! Et si plus de 30 ans après sa sortie, la première Celica a séduit Nicolas Rainon, c’est qu’en plus de son look d’enfer, elle bénéficiait d’une aura légendaire en ayant  permis à Toyota de remporter  ses premières victoires en rallyes. Avec des versions 1600 GT, puis 2 litres 145 ch à double arbre à cames qui montaient jusqu’à 205 km/h.

La Toyota Celica bulle en Champagne
Volant trois branches, tableau de bord sport, la Celica avait tout pour faire rêver.

Et au volant de sa Celica de base au tableau de bord très sportif avec sa console centrale garnie de cadrans de contrôle, monsieur tout le monde pouvait s’imaginer renouvelant les exploits des pilotes victorieux des 1000 km de Fuji ou des impitoyables rallyes africains. La magie était en route, pour remporter un premier titre de champion du monde en 1990  avec Carlos Sainz. Et les publicitaires de la marque pouvait s’en donner à cœur joie avec leur slogan qui a fait fureur à l’époque : « My toyota is fantastic ! »

La Toyota Celica bulle en Champagne

LA MÊME MARQUE AUJOURD’HUI :

Le coupé Toyota GT 86

Toyota GT 86, pas si méchant qu'il en a l'airLes fanas de Toyota sportives ont du patienter pour qu’un coupé remplace enfin le mythique Celica  arrêté en 2005 après 35 ans d’existence et  7 générations de modèles qui ont contribué à donner à la marque nippone une renommée mondiale en remportant de grands rallyes.  C’est dire si le nouveau Toyota GT 86 était attendu au tournant. Et il n’y a pas de quoi bouder son plaisir au volant de cette auto qui a un charme anachronique dans sa conduite. Son 4 cylindres boxer à plat 2 litres de 200 ch est un moteur atmosphérique, sans turbo, qui ne donne toute sa puissance qu’en grimpant dans les tours. Et ce coupé  bien assis sur ses 4 roues se montre rageur dans un grondement très caractéristique qui lui donne un sacré caractère …lire la suite

OENOTOURISME

                                                               MON VIN PRÉFÉRÉ

Leur champagne, Marie-Noelle et Nicolas Rainon  le veulent au plus près de la nature sans engrais ni pesticide pour mieux faire ressortir le terroir très particulier de Villers-Marmery. A cet endroit insolite de la Montagne de Reims, la couche de craie a été concassée par un chaos géologique en mille morceaux dilués en permanence par les infiltrations d’eaux de pluie dans lesquelles les racines des vignes viennent puiser. D’où cette forte saveur crayeuse en bouche et au nez, matinée de la finesse aromatique des chardonnay d’ici souples et charnus, sur cette cuvée Blanc de blancs extra-brut hors norme.(28€)

 

                                                               PROFITEZ EN POUR VISITER ….

REIMS

*La cathédrale, célèbre chef d’oeuvre de l’art gothique depuis 1211, où furent couronnés 25 rois de France après le baptême de Clovis en 498. La plus longue de toutes avec ses 149 m, elle a été miraculeusement rescapée après les destructions des bombardements de 14. Le fameux « Ange au sourire », statue emblématique du porche, peut en effet afficher son soulagement !

La cathédrale de Reims (Photo Carmen Moya)
La cathédrale de Reims (Photo Carmen Moya)

*Les caves à champagne dans les anciennes carrières de craie, Pommery, Veuve Cliquot et son dédale de 20 km de galeries, Taittinger sous l’ancienne abbaye Ste Nicaise, et celles de Lanson  dont les galeries voutées servirent de logements pendant les bombardements de la guerre de 14, et même de chapelle avec un vestige qui subsiste aujourd’hui, une statue de la Vierge toujours accrochée sur la paroi.

*Le festival de façades Art déco, symboles de la reconstruction de la ville détruite à 80 % pendant la guerre de 14

*L’Hotel musée Le Vergeur XIII éme et Renaissance construit par un riche marchand grainetier

Le vieil Hôtel le Vergeur (Photo Carmen Moya)
Le vieil Hôtel le Vergeur (Photo Carmen Moya)

*L’abbaye St Remi, du nom de l’évêque qui baptisa Clovis, ses parties romanes, XVII ème et son grand cloître

*L’impressionnante porte gallo-romaine de Mars du temps où Reims s’appelait Durocortorum et dépassait en importance Lutèce qui deviendra Paris

*Le palais épiscopal du Tau et sa grande salle à voûte de bois en carène de navire renversée où se tenait le festin des rois après leur sacre. Le palais abrite aujourd’hui un musée sur la cathédrale où l’on réalise, en les voyant, que les statues d’origine sur sa façade mesuraient près de 5 mètres de hauteur !

20170307_151846
Le palais épiscopal du Tau

*Hôtel Jean-Baptiste de La Salle édifié à partir de 1545. Belle cour Renaissance avec avec une tour à escalier à vis ajouré

*La demeure XIIIème des comtes de Champagne

*La villa Demoiselle, splendide témoin de l’Art Nouveau construit entre 1904 et 1908 sur la butte Ste Nicaise par Louis Majorelle pour le directeur des Caves Pommery

La villa Demoiselle au style Art nouveau (photo Cecil Mathieu)

*Le musée des Beaux-arts, un des plus beaux de province avec ses collections de tableaux et de sculptures du XVI ème au XX ème : Le Nain, Boucher, Corot, Monet, Pissaro, Renoir, Gauguin, Maillo, Marquet, Foujita, Rouault, Manessier,…

*Le phare de Verzenay, un vrai phare au milieu d’une mer de vignes construit en 1909 par le négociant en champagne Joseph Goulet pour faire la promotion de sa maison. Le rez de chaussée faisait guingette, et en 1940 les Anglais placèrent sur le phare une batterie anti-aérienne. Après restauration  en 1999 le Musée de la Vigne y a ouvert ses portes.

*Les Halles du Boulingrin et leur spectaculaire voute en béton de 19,85 m de haut et  seulement 7 cm d’épaisseur construite en 1927.

Les Halles du Boulingrin et leur spectaculaire voute en béton (Photo Carmen Moya)
L’étonnante voute en béton armé des Halles du Boulingrin  (Photo Carmen Moya)

*Le fort de la Pompelle . Symbole de la résistance rémoise pendant la deuxième guerre mondiale, il fut le seul de la région à rester aux mains des Français jusqu’en 1918 au prix de 12 000 morts. Aménagé en musée des tranchées  on y trouve une étonnante (et unique!) collection de 500 couvre chefs de l’armée allemande.

*La bibliothèque Carnegie, chef d’oeuvre de l’Art Déco avec son entrée en mosaïque et son gigantesque lustre suspendu en vitrail.

*Le musée automobile de Reims-Champagne, 230 autos et motos de 1908 à nos jours, un festival de Delahaye, Delage, Panhard, et de voitures à pédales ! (84 Avue Georges Clemenceau/ 03 26 82 83 84/musee-automobile-reims-champagne.com)

Le musée automobile de Reims

EPERNAY et alentours

*Flanez le long des 1500 m de l’avenue de Champagne pour admirer tous les hôtels particuliers où se sont installées les grandes marques champenoises au dessus de leurs 110 km de caves. « The most drinkable avenue of the world » comme l’avait surnommé Churchill qui était un connaisseur !

*La tour de Castellane, construite entre 1903 et 1905 comme emblème publicitaire de la marque de champagne. Gravir ses 237 marches vaut la peine pour contempler du haut de ses 65 m la ville d’Epernay et la vallée de la Marne. A voir aussi son musée sur l’élaboration du champagne.

tour de castellane - copie*Le château Perrier, construit au XIX ème dans le style Louis XIII pour Charles Perrier propriétaire de la marque de champagne Perrier-Jouet. En 1940 il abrita le QG des armées britanniques, puis allemandes de 1942 à 1944. Après la libération de la ville par Patton, les Américains s’y établirent à leur tour !

*Le théâtre  Gabrielle Dorziat, du nom d’une comédienne née à Epernay. Inauguré en 1902, il est un des rares théâtre à l’italienne dont la machinerie est encore dans son état d’origine. Mais on n’est pas au coeur du champagne pour rien : les nudités allégoriques des peintures du plafond du foyer chantent l’amour au milieu de guirlandes de raisins. Et sur la façade une sculpture évoque la vigne inspirant l’art théâtral !

Le château Perrier construit au XIX ème pour le paropriétaire de la marque de champagne du même nom.
Le château Perrier construit  pour le propriétaire de la marque de champagne du même nom.

*L’abbaye de Hautvillers, fondée en 650, et célèbre par son moine Dom Pérignon (1639-1715) pour ses trouvailles novatrices dans l’élaboration du champagne par assemblage de crus différents.

*Le château de La Marquetterie à Pierry. Ce pur joyau Louis XV a été construit en 1734 par un neveu du grand architecte Gabriel.  Pendant la Grande guerre, le maréchal Foch en fit son quartier général. Et son énorme Renault à 6 roues, avec laquelle il sillonnait les champs de bataille, y est d’ailleurs exposée. Tombé sous le charme du château alors qu’il y était en service à l’état major en 1915, Pierre Taittinger le racheta en 1932.

La Renault 40 CV Type CG du maréchal Joffre
La Renault 40 CV Type CG du maréchal Joffre exposée au château de La Marquetterie à Pierry.

*L’abbatiale St Pierre d’Orbais . Avec son architecture monumentale et sa flèche gothique qui se voit de loin, elle a été élevée au XII ème par Jean d’Orbais. Celui-ci en aurait fait le prototype de la cathédrale de Reims dont il sera le premier maitre d’oeuvre.

*Le mémorial de Dormans, sa grande tour et son ossuaire rassemblent les restes de 1500 soldats de toutes nationalités (dont seuls 11 furent identifiés) qui furent tués pendant les combats sur le front de la Marne.

L'abbatiale St pierre d'orbais
L’abbatiale St Pierre d’Orbais

                                                                                                                                                            PUBLICITE

                            POUR UNE HALTE UN CHOIX S’IMPOSE

 

Situé au cœur du vignoble de la Montagne de Reims, l’hôtel-restaurant « Le Château de Rilly » vous accueille dans une ancienne demeure de la fin du XVIII ème siècle entièrement rénovée.
L’établissement comprend 15 chambres climatisées, trois salles de restaurant, un bar, un espace détente avec jacuzzi et deux cabines de sauna (possibilité de réserver des soins du corps).
Un parking privé situé à l’arrière du Château est réservée à notre clientèle sans frais supplémentaire.
L’ensemble de l’établissement est placé sous vidéo-surveillance.

Le Château de Rilly
38 Rue de Reims
51500 RILLY LA MONTAGNE
03.26.07.53.21
lechateauderilly@gmail.com