Une Citroën C6 cabriolet à Saint-Emilion

Citroën C6 cabriolet de Château Pavie

A Château Pavie, Gérard Perse adore transporter ses clients dans une autre époque à bord de cette C6 cabriolet de 1931. Une façon de faire partager sa passion pour son vin et la marque aux chevrons.

On l’appelait « La Belle Epoque ». Et ça l’était vraiment pour les constructeurs automobiles français qui étaient alors les rois du pétrole dans les années 20-30. Imaginez aujourd’hui Citroën décliner systématiquement tous ses modèles de voitures en coupé, cabriolet, familiale, roadster, torpedo, faux cabriolet, commerciale, boulangère…En tout, 11 carrosseries différentes sur l’auto dont nous allons parler ! Il y a belle lurette depuis la DS et ses versions chic carrossées par Chaperon que cette époque est malheureusement révolue. Citroën C6 cabriolet de Château PavieC’est pourquoi un petit tour par Saint-Emilion à Château Pavie vaut le détour. Gérard Perse qu’on ne présente plus avait repris ce domaine en déshérence en 1998 après avoir revendu ses supermarchés en région parisienne. Il en a fait depuis un Premier Grand Cru classé A (aussi prestigieux qu’Ausone ou Angélus !) que les Américains  et les Chinois s’arrachent : « 95 % de ma production est vendue hors de France » déclare Gérard Perse. Mais son domaine cache un grand millésime 1931 : un cabriolet « médecin » C6 Citroën.

Citroën C6 cabriolet de Château Pavie
Sur la C6  cabriolet le luxe était de rigueur et on ne mégotait pas sur les chromes.

« Une petite merveille dont il ne reste plus que 6 exemplaires encore en circulation » explique -t- il avec un petit brin de fierté. En 1928, André Citroën qui vendait plus de voitures que Renault, alors que sa firme démarrée en 1919 était plus récente, voulait devenir « LA » marque de prestige française avec un modèle 6 cylindres comme les belles américaines. D’où ce nom de C6 affichant clairement la couleur. Son 6 cylindres en ligne 2,4 l de 45 ch était le premier en Europe à bénéficier du brevet américain dont André Citroën avait racheté l’exclusivité des droits pour l’Europe : le moteur flottant !

Une grande nouveauté Citroën en 1928 : le premier moteur flottant 6 cylindres en ligne.

Ce système de fixation sur silent-blocs en caoutchouc entre le chassis et le bloc moteur évitait ainsi la désagréable transmission des vibrations du va et vient des pistons à travers la carrosserie ! Et toute la publicité Citroën vantait donc le confort ce de son auto révolutionnaire qui filait tranquillement à 105 km/h. Et presque en silence, comparé aux voitures concurrentes, car André Citroën était le premier à avoir importé des USA les vitres en verre Sécurit anti-coupant dont l’épaisseur plus importante insonorisait aussi l’habitacle.

Premières vitres en verre sécurit et 4 places moelleuses, le confort Citroën.

« Il faut se dire qu’à l’époque ce modèle joliment carrossé incarnait la voiture de prestige comme le sont aujourd’hui les BMW ou les Mercedes. Et les femmes élégantes raffolaient parader au volant d’un très chic C6 cabriolet qui les mettait bien en vue » raconte le Citroëniste passionné de Château Pavie. Une C6 spéciale fut même offerte en 1930 au pape Pie XI dans une version coupé-de ville où le chauffeur conduisait à l’air libre, séparé des passagers dans leur intérieur calèche. Depuis mai 1929 la C6 avait changé de nom pour s’appeler C6 E avec un E comme élargie de 7 cm pour lui donner une allure plus imposante, et mieux la différencier de la C4 qui lui ressemblait trop.

Casquette et parebrise entrouvrable, tout pour parer au soleil et aux grosses chaleurs.

Puis en 1931 sortait la C6 G avec un nouveau moteur passé à 2 ,6 l de 50 ch qui montait à 110 km/h. Au final, la C6 produite de 1928 à 1932 à 55 330 exemplaires ne remportera pas le succès escompté, et laissera la place à la nouvelle Rosalie. Mais pourquoi cet attrait chez Gérard Perse pour la marque aux chevrons et en particulier cette C6 ? Simple, comme pour beaucoup de de Français qui ont été bercés dans les Citroën paternelles de leur enfance et en ont gardé un souvenir mythique par ses modèles phares. « Mon père a d’abord eu une Ami 6, puis 7 DS, une CX… Dans la famille j’ai toujours entendu parler de Citroën et de rien d’autre. »

Citroën C6 cabriolet de Château Pavie
Gérard Perse apprécie aussi le confort des places arrières de sa C6 cabriolet.

« Comme notre domaine reçoit beaucoup de visiteurs étrangers, la C6 et son allure très classe incarnait vraiment pour moi l’ambassadrice du prestige français et de sa splendeur à l’époque. En 2014 , j’ai donc saisi l’occasion  d’en acheter deux qui se sont présentées dans des petites annonces. Une familiale, à Dôle dans le Jura, qui me fait penser à un carrosse par sa ligne cossue et son luxe intérieur. Puis quelques mois plus tard à Valenciennes dans le Nord, cette version « cabriolet médecin », qui s’appelait ainsi. Aujourd’hui, nos clients sont ravis d’être transportés dans une autre époque à bord de ces autos pour visiter le vignoble de Château Pavie. »

Citroën C6 cabriolet de Château Pavie
Le « compteur de vitesse lucarne » où les chiffres défilaient au dessus des compteurs kilométriques.

Et  il peuvent s’amuser de certains détails qui caractérisent cette C6.  Comme le thermomètre de température d’eau qu’il faut lire, avec une bonne vue, à l’extrémité du capot sur le bouchon de radiateur ! Inutile aussi de rechercher sur le tableau de bord un compteur de vitesse à aiguille indiquant votre allure. Il n’y en a pas ! Ou plutôt si, mais sous une forme originale qu’on a retrouvée 50 ans plus tard. Souvenez vous sur les GS et les CX des chiffres qui défilaient, non pas par affichage sur un écran numérique, mais devant une petite lucarne avec un verre loupe grossissant. D’avant garde cette C6 malgré son look !

LA MÊME MARQUE AUJOURD’HUI

Citroën C4 Cactus 130 Pure Tech

Nouvelle Citroën C4 CactusQuatre ans après son lancement, la très originale Cactus rentre dans le rang avec un look plus discret pour attirer davantage de clients. Et avec des qualités de grande routière hors normes : elle innove avec un nouveau procédé de suspension maison  ultra confortable doté d’amortisseurs à double détente hydraulique progressive, et en plus des sièges super moelleux. Une vraie avaleuse de bitume en douceur ! De quoi rappeler à certains  le tapis volant des DS…lire la suite

OENOTOURISME
                                                         Dégustation

0002906ETI-007Tout le monde ne peut pas s’offrir le plaisir de déboucher un Château Pavie 2012 à 375 euros, dont les bouteilles sont d’ailleurs vendues à 95% à l’étranger, en particulier en Chine et aux Etats-Unis. De toute façon, ce sublime vin de très longue garde, aux arômes et aux tanins puissants, et à l’extraction très concentrée, peut encore s’affiner quelques années avant d’atteindre son summum. Pour une tablée plus immédiate, reste un joli lot de consolation plus accessible : Arômes de Pavie à 60 € la bouteille. Comme son nom l’indique, ce vin vous emmène olfactivement dans l’univers raffiné de Pavie et de son élaboration minutieuse, mais ici à partir de vignes plus jeunes. Sa robe d’un rubis foncé très dense habille une belle puissance aromatique constante du terroir sur le fruit noir, avec une finale de velours tout en rondeur.

La salle de dégustation
La salle de dégustation

 

                                              Profitez en pour visiter

*SAINT-EMILION

Le plus beau, et le plus réputé village du Bordelais.

*Accroché sur sa colline, au milieu d’un océan de vignes, tel un fier navire dont le mat domine l’horizon : la flèche du clocher de 4500 tonnes bâti au dessus de l’ église monolithe la plus vaste d’Europe. Avec ses 38 m de long et 20 m de large, elle a été taillée dans le rocher pendant 40 ans au XI ème siècle . Mais ses voutes de 11 m de hauteur sont moins élevées que celles de l’église souterraine d’Aubeterre-sur-Dronne (20 m) en Charente. Grimper les 196 marches du clocher offre en récompense des efforts un magnifique panorama sur la cité et son vignoble.

Le clocher au dessus de l'église troglodyte (photo Le Clech)
Le clocher emblématique de Saint-Emilion au dessus de l’église troglodyte (photo S.Le Clech)

*La tour du Roy , donjon carré du XIII ème qui offre aussi en complément une belle vue sur le village dans le sens opposé de celle du clocher

*L’ancienne église des Cordeliers et son cloitre . Le troisième beau point de vue sur St-Emilion où l’on voit à la fois le donjon et le clocher de l’église troglodyte

*La porte de la Cadène, spectaculaire avec sa voute en ogive entre une immense tour carrée et un bâtiment gothique. Elle jouxte la dernière maison à pans de bois du village. La porte de la Cadène, qui n’a rien à voir avec celles des fortifications, était inclue dans la cité. Son nom viendrait du gascon “cadena” signifiant la chaine qui la fermait en séparant la population noble de la ville haute de celle plus modeste de la ville basse.

Vue depuis le clocher vers la chapelle des au dessus de la place du marché.
Vue sur la place du marché de Saint-Emilion depuis le clocher, face à l’église des Cordeliers.

*L’église collégiale et son cloître. Bâtie entre le XII ème et le XV ème elle est une des plus imposantes de Gironde. Styles roman et gothique cohabitent jusque dans le magnifique cloître à double colonnades torsadées.

*Les anciennes halles au grain sur la place du marché où convergent toutes les ruelles de Saint- Emilion dont la fameuse en pente, le Tertre de la tente, avec son pavage chaotique.

*Les catacombes et leur nécropole avec à l’entrée une étrange coupole à double paroi dans laquelle grimpait un escalier . Autre curiosité : la grotte ermitage où vécut au VIII ème siècle St Emilion, le moine breton fondateur de la cité, et connu pour ses miracles. Un culte se développa autour de sa vénération avec la création de nombreux monastères qui accueillaient aussi les pèlerins de St Jacques de Compostelle.

La porte Cadène en haut de Saint Emilion
La porte de la Cadène en haut de la cité

*Dans les environs de Saint-Emilion :

 *Les deux châteaux forts de Puisseguin

*L’imposant château de Castegens à Belvès-de-Castillon où se joue chaque année le spectacle remémorant la bataille de Castillon qui marqua la fin de la guerre de Cent Ans contre les Anglais.

*L’église Notre-Dame de Tayac, bel exemple d’architecture romane qui surplombe les étendues de vignes.

*Montagne et ses moulins

 *Saint Hippolyte Sur le plateau de Ferrand dominant les vignes se trouve un château du XVII ème et des grottes aménagées dans des anciennes carrières monumentales.

*Saint-Sulpice-de-Faleyrens, témoin d’un lointain passé, en plus de son église romane, c’est là que se trouvait en bord de Dordogne le port de St-Emilion, dit de pierrefitte, du nom d’un menhir de 5 mètres de haut qui s’y dresse encore.

*St Michel-de-Montaigne, à 20 km de St-Emilion. Du château du célèbre philosophe reste la tour du XIV ème où il trouvait l’inspiration pour écrire. Reconstruit au XIX ème le château, très marqué Viollet-Le-Duc, possède une architecture originale avec un mélange de styles médiéval, Renaissance et néo-gothique

LIBOURNE et environs

 *Construite comme toutes les bastides du Moyen-Age sur le modèle à l’équerre des camps romains, l’ancienne place Royale de Libourne bordée d’arcades est le point central de la ville où se tient depuis 600 ans le marché le plus prestigieux de la région le mardi, le vendredi, et le dimanche.

La Grande place du marché de Libourne (Photo le Clech)
La Grande place du marché de Libourne entourée d’arcades (Photo S. Le Clech)

*L’Hôtel de ville, et son beffroi du XV ème, remanié dans un style néo-gothique. Belle cour intérieure

*Le musée des Beaux-Arts avec ses collections de Rodin, Princeteau ou Jordaens au deuxième étage de l’Hôtel de ville

*La tour Richard et la tour Barrée, vestige des anciennes fortifications en bordure des quais

Le grand escalier de l'ancienne caserne Proteau (Photo Le Clech)
Le grand escalier de l’ancienne caserne Proteau à Libourne. (Photo S. Le Clech)

*La chapelle Notre-Dame-de-Condat. Seul vestige du château de Condat, sa nef unique gothique présente une particularité : la présence à Bordeaux de Viollet-Le-Duc a permis de la revêtir des mêmes peintures que celles de la Sainte Chapelle à Paris !

*La caserne Proteau, ex école de gendarmerie, et son splendide grand escalier de pierre. Les bâtiments vont être transformés en hôtel de luxe.

*Abzac, son château XVII ème à l’imposante cour carrée entourée de cinq bâtiments à toiture périgourdine s’ouvre sur son vignoble. Et la terrasse du château domine la rivière avec à ses pieds un imposant moulin barrage du XVIIIème.

Le parc en terrasses du château de Vayres qui domine la Dordogne.
Le parc en terrasses du château de Vayres qui domine la Dordogne.

*Le château de Vayres, un des plus beaux monuments d’Aquitaine, est un balcon sur la Dordogne avec ses jardins à la française, qui descendent jusqu’au bord du fleuve. Son architecture conjugue harmonieusement Moyen Age, Renaissance et classicisme du XVII ème.

*Le Moulin de Porchères Construit en pierres de taille en 1850 dans un cadre bucolique sur l’Isle qui se jette à Libourne dans la Dordogne, il est un des derniers moulins à avoir conservé toutes ses machines de minoterie.

*Guitres A voir, l’abbatiale romane Notre-Dame , perchée sur son rocher surplombant la vallée de l’Isle, est une des plus grandes de Gironde. Elle surprend par ses dimensions et sa charpente du XV ème en forme de coque de bateau renversée. Autre détour qui vaut la peine : la gare-musée construite en 1875 d’où part encore pour une promenade en forêt un vieux train à vapeur avec des wagons de 1900 aux banquettes en bois.Guitres-Train touristique-CCordonatto-CATY1189 - copie

                                                                                                                                                                     Publicité

                            POUR UNE HALTE UN CHOIX S’IMPOSE

Logo Hostellerie de Plaisance

 

                                 MEMBRE DES RELAIS & CHÂTEAUX

Terasse 114 - copie(1)

Une expérience unique et hors du temps au coeur du village de Saint-Emilion

Hôtel 5 étoiles et La Table de Plaisance doublement étoilée

Pour les amateurs de rallye-promenade en voitures anciennes, l’Hostellerie de Plaisance répond à leur première préoccupation : pouvoir garer en lieu sûr leurs belles autos dans un parking fermé en plein coeur de Saint-Emilion aux ruelles étroites. Vous pourrez ensuite déguster tranquillement quelques grands crus dans le cadre exceptionnel de l’Hostellerie de Plaisance, où la famille Perse vous accueille dans sa maison élégante et décontractée, avec une vue imprenable sur les vignobles et le village médiéval inscrit au patrimoine de l’Unesco, un vrai bijou.

La décoration intérieure excelle dans l’art de mêler raffinement et confort. Au restaurant, laissez vous guider par le chef et sa cuisine inspirée, au fil des saisons, par les produits du marché et les trésors fournis par les éleveurs régionaux.

Hostellerie de Plaisance

5 place du Clocher

33 330 Saint-Emilion

05 57 55 07 55

contact@hostelleriedeplaisance.com

www.hostelleriedeplaisance.com