La Mégane GT, une Gordini qui se la joue discrète

Renault Mégane GT

Sous sa robe élégante, mais pas aguicheuse, la berline moyenne gamme de Renault afolle quand même le compte tours…Méfiez vous de l’eau qui dort !

Bleues, elles le sont toutes les deux. Mais entre la mythique R8 Gordini et la Mégane GT c’est bien le seul point commun. Ici pas de bandes blanches sur le capot, pas de rugissement rageur du moteur. Signe des temps ? L’efficacité est la discretion ont pris le pas sur le côté vroum vroum des années 70 où la Gordini faisait chanter les chevaux et crisser ses pneus. Et pourtant , derrière sa grille de calandre en nid d’abeilles, la Mégane GT TCe 205 EDC a de quoi coiffer largement au poteau son illustre parente : 205 ch contre 88 ch, 1618 cm3 contre 1300, 230 km/h contre 170, démarrage départ arrêté de 7,1 secondes contre 12 pour passer de 0 à 100 km/h…la démonstration de 40 ans d’évolution technique qui les séparent.

Megane GT tableau de bord
(Yannick Brossard)

Et aussi un bouleversement du marché automobile avec l’irruption des SUV comme le Quasquai de Nissan et son jumeau tricolore le Kadjar qui mettent à mal les berlines moyennes comme elle. Du coup, pour booster sa nouvelle Megane 4 ème génération, Renault la sort en version “survitaminée” et surclassée avec des équipements qu’on ne trouve que sur la gamme au dessus, la Talisman. Bref, elle a tout d’une grande, comme le clamait le fameux slogan publicitaire de Renault dans les années 80 pour sa R5. Cette Mégane GT a ainsi un grand écran tactile, deux prises Usb, une caméra de recul, l’avertisseur d’angle mort, l’easy park assist pour les créneaux sans toucher le volant, une boite double embrayage à 7 rapports avec passage par palettes au volant (mais fixes malheureusement, d’où une prise mal aisée en rotation). Mais surtout quatre roues directrices.  qui font virer la voiture àplat avec une précision d’horloger suisse dans les enchainements de virages en montagne. Sans avoir besoin de jouer sur les dérapages contrôlés comme naguère sur les R8 Gordini, la Mégane GT fait donc preuve d’une agilité stupéfiante avec son 1600 cm3 vif et souple. Il lui manque juste un petit supplément d’âme avec un zeste de sonorité vrombissante qui irait de pair avec le logo Renault sport plaqué sur la planche de bord, et les sièges sport en alcantara au très bon maintien latéral.

                                    EN VILLE LA MEGANE GT BRAQUE COMME UNE TWINGO

Certes, génétiquement, on n’est pas dans une Mégane Gordini mais une GT, comme grand tourisme. Aussi à l’aise dans les grands trajets par son confort, qu’en ville. Car, pour se glisser dans la circulation urbaine, elle bénéficie, en rotation inverse des roues avant-arrière, d’un rayon de braquage digne d’une petite Twingo. Bref, une GT des routes et des rues.

Cylindrée : 4 cyl 1618 cm3 turbo

Puissance : 205 ch/11 cv

0 à 100 km/h : 7,1 sec

Vitesse maxi : 230 km/h

Consommation : de 5 à 8,8l/100

Co 2 : 134 g/km

Malus : 150 €

Prix : 31 900 €

LES PLUS : affichage tête haute, nervosité, silence, tenue de route, 2 prises Usb, roue de secours, sièges sport avec bon calage latéral, coffre spacieux de 434 l

LES MOINS : palettes fixes, limiteur-régulateur pas sur le volant et trop en arrière sur la console centrale pour être visible tout en regardant la route