Une Opel GT made in France dans les vins du Loir

Une Opel GT made in France dans les vins du Loir

Domaine Gigou/ Famille Gigou 

En 5 ans seulement d’existence, ce coupé a été un best seller avec plus de 100 000 exemplaires produits. Et encore aujourd’hui sa ligne originale fait rêver Joel Gigou sur l’appellation méconnue Jasnières.

Elle a failli ne jamais être fabriquée ! Car cette auto à la ligne originale a d’abord eu une vie clandestine, et très incertaine.  Chez Opel,  personne ne connaissait son existence. Mis à part  le styliste Ehrard Schnell qui avait donné libre cours à son imagination pour créer la voiture de ses rêves dans le plus grand secret, sans que la direction d’Opel soit au courant. Jusqu’au jour où, avec le soutien de son responsable du bureau de style mis dans la confidence, ce coupé allait être dévoilé en 1965 au grand patron d’Opel et son équipe.

Une Opel GT made in France dans les vins du Loir
Un arrière au look sport avec double échappement

Quelle allait être leur réaction sur cette « voiture hors la loi » ? Un projet de plus mis à la poubelle ? A la grande surprise d’Ehrard Schnell , une vague d’applaudissements enthousiastes acheva sa présentation. Le prototype sera même exposé au salon de Francfort. Et devant l’engouement du public, l’état major d’Opel décidera alors de la mettre en production. Trois ans plus tard les premières Opel  GT sortaient donc des usines de montage à Bochum en Allemagne. Mais après que les carrosseries aient été acheminées de France où elle étaient fabriquées chez le sous traitant Brissoneau & Lotz dans l’Oise à Creil . Cette Opel GT est donc franco-allemande !

Une Opel GT made in France dans les vins du Loir
Un vrai tableau de bord de voiture de sport d’un classicisme qui ne vieillit pas.

Au même moment, à la Chartre-sur-le Loir, pas très éloigné du circuit des 24 Heures du Mans, Joel Gigou, se passionnait d’automobiles lorsque les écuries de course s’installaient au garage du coin pour y préparer leurs bolides. Et comme tous les ados de son âge, il s’intéressait aussi aux nouveaux modèles. Mais à 18 ans, il ne se doutait pas qu’au siècle suivant, en 2015, vigneron sur l’appellation Jasnières, il deviendrait propriétaire d’une Opel GT de 1973. «Je l’ai redécouverte en feuilletant des bouquins de voitures anciennes, raconte -t-il.

Une Opel GT made in France dans les vins du Loir
Un profil avant pour le moins curieux avec ses deux « yeux » et sa bosse sur le capot.

Et comme je recherchais une auto de collection qui sortait de l’ordinaire elle m’a vraiment tapé dans l’œil par son élégance sportive.» Une annonce dans le coin pour une occasion pas très loin à Blois va faire l’affaire : l’auto est nickel avec seulement 64 000 km au compteur !  Un des 103 463 exemplaires qui ont été fabriqués de 1968 à 1973. Seulement cinq année de vie pour cette auto surnommée « la Corvette européenne », en raison de sa légère ressemblance avec le fameux coupé sport  de l’américain General Motors… également propriétaire d’Opel.

Une Opel GT made in France dans les vins du Loir
Un profil effilé qui lui a valu son surnom de « Corvette européenne ».

Mais devant le succès remporté aussi aux Etats-Unis par l’Opel GT, certains soupçonnent GM d’en avoir pris ombrage et décidé de mettre fin à sa production ! Sa réussite, l’Opel GT la doit à ses performances et à son prix très attractif qui en faisait une sportive très populaire. Dans  sa version 1900 cm3 de 90 ch, elle montait à 178 km/h, une vitesse pas courante à l’époque. Et avec une excellente tenue de route grâce à sa légèreté avec seulement 970 kg, la rigidité de sa carrosserie, le dynamisme de son chassis et son centre de gravité très bas.

Une Opel GT made in France dans les vins du Loir
Une face avant plutôt originale avec ses phares escamotables et son bosselage.

Pour y parvenir, le styliste Ehrard Schnell avait trouvé une astuce pour abaisser au maximum la hauteur du capot : son curieux bosselage permettait de loger en dessous l’admission du moteur ! Sportive avec ses sièges baquets, et son volant à trois branches devant un tableau de bord de compétition constellé de cadrans, l’Opel GT offrait aussi un plus en matière de sécurité : 2 freins à disque à l’avant, des ceintures trois points, une cage de sécurité avec protections latérales et une colonne de direction rétractable. Le styliste avait aussi donné la priorité à des choix esthétiques au détriment du sens pratique.

Une Opel GT made in France dans les vins du Loir
Les phares pivotent sur eux mêmes…
Une Opel GT made in France dans les vins du Loir
…et se mettent en position éclairage.

 

 

 

 

 

 

 

Ainsi l’arrière aux galbes très élancés du coupé n’avait pas d’ouverture de coffre !  Et la roue de secours qui y était logée devait être extraite depuis l’intérieur de la voiture au prix de contorsions à vous envoyer directement chez un kyné. Et toujours dans l’esprit d’affiner la ligne plongeante de son capot, les phares n’apparaissait qu’après une manœuvre très originale : en actionnant un gros levier à gauche de la console centrale, les deux blocs phares pivotaient sur eux même pour éclaire la route ! Et à force,  les conducteurs d’Opel GT avaient paraît il le bras droit plus musclé !

LA MÊME MARQUE AUJOURD’HUI
L’Opel Grandland X, le frère jumeau du Peugeot 3008

Opel Grandland X le clone du Peugeot 3008Le dernier SUV d’Opel est la version moins fantaisiste du Peugeot 3008 dont il reprend tous les éléments, mis à part le style extérieur et intérieur avec une interprétation typiquement germanique. A chacun son genre pour toucher des clientèles différentes avec des voitures identiques même si elles n’en ont pas l’air…Une façon de partager les frais entre les deux marques pour faire des économies d’échelle. A l’automobiliste de choisir très subjectivement. Car les qualités de conduite de la Peugeot se retrouve dans l’Opel qui a en revanche l’avantage d’être moins chère… lire la suite

OENOTOURISME

                                                               LE VIGNOBLE DE JASNIÈRES

Méconnue, la surprenante petite appellation Jasnières avait failli disparaitre dans les années 70 où il ne restait plus que 7 ha plantés. En 2018, elle en fait dix fois plus et gagne à être connue parmi les vins des coteaux du Loir pour ses chenins et pineaux d’Aunis. Ceux qui prospèrent entre autres sur le versant plein sud du vignoble de Joel Gigou, un des sauveurs de l’appellation quand il s’est lancé dans l’aventure en 1974 avec sa femme Sylvie. « On en a bavé au début » reconnaissent ils. Aujourd’hui, leur vignoble est passé de 3,5 à 13 ha.  Et la relève est assurée avec  leurs enfants Ludovic et Dorothée.

*Coteaux du Loir Pineau d’Aunis 2015, un rouge au nez légèrement poivré, profond sur le fruit, soyeux, avec des arômes de sous bois et une rondeur sur le cuir (8,60 €)

*Jasnières Clos St jacques 2016, ce blanc a un étonnant nez réglissé- anisé et une bouche très minérale qui reflète bien le terroir silex et argilo calcaire de ses vignes de 70 ans (13,90 €)

*Jasnières Délice de Bercé 2012, Du nom de la forêt du Val de Loire d’où viennent les chênes extraordinaires des barriques en petite chauffe qui donnent un grillé subtil. A l’aveugle certains prennent ce blanc pour un Meursault ! Un nez fumé, une bouche à la minéralité légère tout en nuance sur le silex, après un élevage de 2,5 ans (26 €)

 

                                                               PROFITEZ EN POUR VISITER ….

VALLEE DU LOIR

* Poncé-sur-Le-Loir, Château avec escalier Renaissance exceptionnel, grand pigeonnier XVIIIème, jardin classé

*Vouvray-sur-Loir, le moulin Pousset, un des derniers moulins à blé industriel des années 30 ouvert au public avec sa roue monumentale

*Château du Lude, l’un des plus beaux exemples de l’architecture de la première Renaissance française magnifiquement mis en valeur par le son et lumière qui se reflète sur le Loir

*Baugé-en-Anjou, l’Hotel Dieu : considérée comme l’une des plus complètes du patrimoine hospitalier de France, l’Apothicairerie de 1675 présente dans ses étagères en bois sculptées plus de 650 pots en faïences et boites aux contenus mystérieux. A voir aussi le relais de chasse du Roi René d’Anjou édifié de 1454 à 1465 à la fin du gothique flamboyant.

L'apothicairerie de Baugé -sur- Loir et ses 650 pots de faïence (Photo L.Massilon)
L’apothicairerie de l’Hôtel Dieu à Baugé -sur- Loir, et ses 650 pots de faïence (Photo L.Massilon)

TOURS

*Le centre historique avec les vieilles ruelles, dont la charmante rue Briçonnet, qui gravitent autour de la pittoresque place Plumereau aux maison à pans de bois

*L’hôtel Goüin, un des rares bel édifice Renaissance à Tours

*L’ancienne basilique romane St Martin/ Il n’en reste que l’imposante tour Charlemagne et la tour de l’horloge

*Cathédrale St Gatien/ Construite du XIIIème au XVI ème elle décline toute l’évolution du style gothique et offre de magnifiques vitraux

*Le musée du compagnonnage avec ses magnifiques maquettes de charpentes ou d’escalier à vis en bois installées dans les vestiges romans de l’abbaye St Julien. L’ancien cloitre abrite aussi le musée des vins  de Touraine

*Le musée des Beaux Arts installé dans l’ancien archévêché du XVII ème et ses collections de Rembrandt, Delacroix, Degas, Boucher, Largillière…

La place Plumereau dans le vieux Tours (Photo Anaïs-Dutour)
La place Plumereau, point central de rencontre dans le vieux Tours (Photo Anaïs-Dutour)

AMBOISE

*Le château, sa grosse tour cavalière avec la rampe tournante qui permettait aux attelages de chevaux de monter de la rue à la terrasse pour approvisionner le château, son fameux balcon où furent pendus en 1560 les conjurés ralliés au protestantisme qui voulaient enlever le jeune roi catholique François II. L’épuration et ses 1500 morts marqueront le début des guerres de religion en France qui dureront 40 ans. La chapelle St Hubert, en gothique flamboyant et aux magnifiques frises sculptées, renferme la tombe de Léonard de Vinci. Au cours de son histoire, le château servira de prison d’état sous Louis XIV et de résidence surveillée en 1848 pour l’émir Abd El-Kader avec sa suite de 100 personnes.

*Le clos Lucé , demeure de Leonard de Vinci qui y vécut trois ans jusqu’à sa mort en 1519 quand François 1er l’invita à venir s’installer en France. Fascinant de découvrir les maquettes de ses machines futuristes : le premier aéroplane, l’hélicoptère, le char d’assaut, le pont tournant…

*La Pagode de Chanteloup/ Cette folie chinoise de pur style Louis XVI, se reflétant dans un grand bassin, a été construite en 1775 par le duc de Choiseul. Dernier vestige du château disparu au XIX ème, elle offre du haut de ses 44 m un panorama grandiose sur la vallées de la Loire et la forêt d’Amboise.

Le château royal d'Amboise embrasé par le soleil couchant (photo Leonard de Serres)
Le château royal d’Amboise embrasé par le soleil couchant (photo Leonard de Serres)

CHENONCEAU Se reflétant au dessus du Cher à l’emplacement d’un ancien moulin, le plus féminin des châteaux de la Loire, bâti par Catherine Bohier puis habité par Diane de Poitiers à qui on doit les magnifiques jardins aux allées fleuries en diagonales, et Catherine de Médicis qui fit construire sur le pont la grande galerie à deux étages.

CHEVERNY Dans la même famille depuis 6 siècles, c’est un des châteaux privés le mieux meublé et décoré de France qui a été le premier à  ouvrir ses portes au public en 1922. Hergé s’en est complètement inspiré en reprenant la partie centrale devenue le château de Moulinsart du capitaine Haddock !

CHAUMONT-SUR-LOIRE  Dominant la Vallée de la Loire, il illustre à la fois avec ses tours extérieures l’architecture défensive de l’époque gothique et à l’intérieur l’architecture d’agrément de la Renaissance voulue par Catherine de Medicis qui en fut propriétaire de 1540 à 1550 avant de le céder à Diane de Poitiers. Très originales, les « Grandes écuries » du XIX ème furent considérées à l’époque comme les plus luxueuses d’Europe.

CHAMBORD 156 m de façade : la « Folie monumentale » de François 1er hérissée de 228 cheminées ouvragées, aux 440 pièces et à l’escalier en pierre à double révolution attribué à Léonard de Vinci dans lequel on se croisait jamais.

Le château de Cheverny qui a servi de modèle à Hergé pour celui de Moulinsart (photo Chicurel)
Le château de Cheverny dont s’est inspiré Hergé dans Tintin pour celui de Moulinsart (photo Chicurel)

BLOIS

*Résidence de 7 rois de France, ce château affiche les évolutions architecturales entre la tour style Louis XII, l’escalier monumental de l’aile François Ier , la façade à loggias italiennes surplombant la ville et l’aile Mansart de 1638

*Maison de la magie Robert Houdin. Une visite d’initiation dans cet hôtel particulier du 19 ème

*Tour Beauvoir Donjon carré du XI ème qui offre une belle vue sur la ville

*Hôtel de Villebresme du XV ème. Deux batiments à décor gothique reliées par une passerelle à pans  de bois au dessus de la rue.

***********************************************************************************************************

                        POUR UN SÉJOUR INOUBLIABLE UN CHOIX S’IMPOSE

                                                 Membre des Relais & Châteaux

Château de Noizay

Etape idéale pour des randonnées en anciennes, le château de Noizay offre l’avantage d’un parking sécurisé dans l’enceinte de son grand parc de 24 hectares, et permet ainsi de goûter un moment de vie de château en toute tranquillité. Vous tomberez sous le charme de cette demeure style Renaissance décorée avec élégance et raffinement, entre tradition et modernité, par Cécile William sa propriétaire. Situé au cœur des châteaux de la Loire, entre Amboise et Tours, Noizay invite à la sérénité le temps d’une nuit ou d’un séjour en amoureux, en famille, entre amis ou en voyages d’affaires.

Avec ses 19 chambres,  son restaurant gastronomique autour d’une belle carte des vins honorant la Loire, sa terrasse en plein air  pour déjeuner l’été, vous vivrez une expérience unique dans ce lieu empreint d’Histoire : il fut le siège en 1560 des conjurés d’Amboise qui voulaient enlever le jeune roi François II . S’ajoute à ce cadre sublime une gamme de prestations de qualité : piscine chauffée et terrain de tennis privé, location de vélos , hélicoptère et vol en montgolfière à proximité qui vous feront quitter Noizay pour la découverte des vignobles de Vouvray et de la région…pour mieux y revenir…

A 55 mn TGV de Paris et 2h 30 en voiture Promenade de Waulsort-37210 Noizay-02 47 52 11 01 /noizay@relaischateaux.com /www.chateaudenoizay.com

*************************************************************************************************************

SAUMUR

*Le château fortifié aux multiples tours à toit conique construit au XIVème sur un promontoire escarpé par Louis Ier duc d’Anjou, transformé en prison sous Napoleon Ier, en caserne puis en musée des Arts décoratifs.

Le musée des blindés à Saumur.

*Le musée du cheval qui illustre l’histoire de la célèbre école de cavalerie du Cadre Noir de Saumur

*Le musée des blindés et l’armada de ses 200 véhicules de combat

BRÉZÉ  Ses deux châteaux près de Saumur, l’un en surface de la Renaissance, et juste en dessous la forteresse souterraine, la plus grande d’Europe, creusée au Moyen Age pour se protéger du pillage par les Normands qui remontaient la Loire.

AZAY LE RIDEAU

* La perle romantique du Val de Loire/ Edifié sous François Ier, le célèbre château se reflète dans les deux miroirs d’eau qui l’entourent. Balzac l’a décrit comme « le diamant taillé à facettes serti par l’Indre »

*Son frère jumeau et moins connu, le château Renaissance de l’Islette à 2km d’Azay, qui abrita les amours tumultueuses de Rodin et Camille Claudel

*Musée Maurice Dufresne avec son impressionnante collection de 3000 pièces pour un étonnant retour vers le passé de l’aviation et de l’automobile.

Le musée automobile Maurice Dufresne à Azay-le-Rideau
Le musée automobile Maurice Dufresne à Azay-le-Rideau

LE COUDRAY  Le château du Coudray, forteresse du XV ème avec ses écuries animées, et ses 14 jardins de contes de fée pour les enfants

CHINON

*Les vestiges de la forteresse royale longue de 500 m sur son éperon rocheux en surplomb de la ville médiévale le long de la Vienne

* La rue Haute St Maurice, axe principal de la vieille ville jalonné par de vieilles maisons à pans de bois,  le palais du Bailliage, l’hôtel du gouverneur, le musée Le Carroi dans l’ancien hôtel des Etats généraux

*L’église St Etienne et son portail gothique flamboyant

*Le musée animé du vin et de la tonnelerie

BOURGUEIL

Ses caves déjà célébrées par Rabelais et son abbaye fortifiée St Pierre fondée au Xème par les bénédictins. Du XIIIème restent le cellier et les grands greniers. Et dans le batiment du XVIII ème, un monumental escalier suspendu à rampe en fer forgé, un grand réfectoire vouté et une salle à manger lambrissée.

Les étonnantes cuisines de l'abbaye de Fontevrault
Les étonnantes cuisines de l’abbaye de Fontevrault (Photo Darrault)

FONTEVRAUD-L’ABBAYE Fondée en 1099, l’abbaye est exceptionnelle en Anjou avec son église abbatiale abritant les tombeaux des Plantagenêt, ses deux cloitres, le réfectoire à voute gothique long de 45 m  et l’étonnante tour octogonale des cuisines, aux 8 absidioles correspondant chacune à un foyer, et surmontée, sur sa toiture byzantine conique en écailles, de clochetons qui sont en fait les sorties des 20 cheminées.

VILLANDRY. Le dernier des grands châteaux construits au bord la Loire à la Renaissance, puis réaménagé au XVIII ème. Unique en son genre par son incroyable parc floral dessiné et taillé comme une incroyable architecture qu’on peut admirer du haut de la tour.

LANGEAIS et ses alentours

*le château de Langeais, à la fois forteresse du Moyen Age et résidence princière Renaissance avec ses meubles sculptés et ses riches tentures. Animations en costumes d’époque, avec reconstitution du mariage de Charles VIII et Anne de Bretagne en son et lumière.

*Château de Gizeux, à 15 minutes de Langeais, demeure de la famille du Bellay pendant 350 ans, il est aujourd’hui la plus grande demeure habitée et meublée de Touraine . La famille ouvre à la visite pour y admirer les deux galeries de peintures murales du XVI ème et XVII ème, les salons, la salle à manger , les caves. Plus des activités et visites costumées pour les enfants.

Le château d'Ussé qui inspira Charles Perrault pour celui de la Belle au bois dormant.
Le château d’Ussé, ancienne forteresse complètement transformée à la Renaissance.

*Château d’Ussé Hérissé de tours aux allures féériques,  il inspira Charles Perrault  pour son château de la Belle au Bois Dormant.

*Château de Marcilly-sur-Maulne, imposante bâtisse de style Henri IV-Louis XIII avec une chapelle intérieure dans le pavillon central.

*Grottes pétrifiantes de Savonnières-Villandry/ Un voyage inattendu au cœur de la terre

*Château-Renault/ Son musée du cuir ouvert dans une ancienne tannerie (www.museeducuir.org)

*La Cave des Roches à Bourré, 1km de visites guidées et de dégustation dans une champignonnière en activité depuis 1893

LOCHES

*La ville fortifiée du Moyen age et son château célèbre pour ses prisons de Louis XI et Agnès Sorel, la  favorite du roi Charles VII, qui y demeura

* L’ancienne collégiale romane

Azay-le-Rideau, la perle romantique du val de Loire. (Photo Leonard de Serres)
Azay-le-Rideau, la perle romantique du val de Loire. (Photo Leonard de Serres)

*Carrière de Vignemont /Au pied de la falaise, l’entrée de la carrière vous emmène dans un dédale saisissant de 5 km de galeries où l’on découvre la vie des carriers d’autrefois et les habitations troglodytes qui y ont été aménagées, avec un pressoir encore présent.

*Train à vapeur du lac de Rillé et le parc accrobranches. A 15 km au nord de Bourgueil, deux anciennes locomotives avec leurs wagons vous emmènent pour une balade ferroviaire de 3 km (aecfm.fr/02 47 96 42 91)

* La petite France, musée animé des trains miniatures à Savigné-sur-Larthan. Une fabuleuse collection de 1920 à nos jours sur 600 m2. Après la visite, les enfants circulent sur les trains électriques du jardin !

*Traversées sur la Loire à bord des anciens bateaux de navigation en bois depuis La Chapelle-sur-Loire (02 47 58 68 30) et visite du musée des mariniers à Chouzé-sur-Loire

Le petit train à vapeur du lac de Rillé.