Un « cul de poule » Citroën C5 HP bourguignon

Un "cul de poule" Citroën C5 HP bourguignon

Michel Champion / Côtes chalonnaises

Sorti en 1922, le deuxième modèle de la marque Citroën a été un des plus emblématiques avec la Traction, la 2 CV et la DS. Son succès en fit la première voiture populaire produite en grande série. 

Cent ans après la création de sa marque, André Citroën peut être fier de son coup ! Chez tous les vignerons de l’Hexagone collectionneurs de voitures anciennes, parmi les marques françaises une seule écrase toutes les autres : Citroën. Grâce aux voitures emblématiques sorties par le constructeur avant gardiste comme nul autre à son époque : Traction, 2CV, DS, sans oublier la première de toutes en 1922, la petite C5 HP surnommée « cul de poule » pour son arrière profilé en pointe. A l’image de celle de Michel Champion en Bourgogne dans les côtes chalonnaises.

Un "cul de poule" Citroën C5 HP bourguignon
Une « voiture jouet » de 3,15 m de long
Un "cul de poule" Citroën C5 HP bourguignon
…avec son fameux arrière en « cul de poule »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A 72 ans, il fait partie de ces lignées de vignerons qui ont été biberonnés aux chevrons : « j’ai appris à conduire sur la voiture de mon père , une C4 Citroën, et mon grand-père, citroéniste aussi, m’a prêté 300 francs en 1964 pour que je m’achète ma première voiture, une 2 CV d’occasion. Puis à 50 ans je me suis acheté par nostalgie une C4 comme celle de mon père, et deux ans après, j’ai concrétisé mon rêve en achetant la plus mignonne et la plus sympa de toutes, encore aujourd’hui, cette C5 HP. »  Celle qui devint célèbre par son autre surnom, « la Citron » avec la couleur jaune de ses débuts. Et par son énorme succès avec 80 232 exemplaires vendus de 1922 à 1926.

Un "cul de poule" Citroën C5 HP bourguignon
Ouvrir le couvercle du coffre permettait aussi aux enfants de s’asseoir en guise de 3 ème place !

Car pour son deuxième modèle depuis le lancement de sa marque en 1919 (après avoir fait fortune avec sa fabrique d’obus du quai de Javel reconvertie en usine automobile), André Citroën a voulu frapper un grand coup :  elle sera la première petite voiture populaire à bas prix grâce à sa fabrication en grande série, sur le modèle des chaines de montage des usines d’Henri Ford qu’il avait rencontré aux Etats-Unis. Son lancement est retentissant avec la première campagne publicitaire dans le ciel par un avion écrivant le nom de Citroën avec des lettres en fumée sur 5 km !

Un "cul de poule" Citroën C5 HP bourguignon
Un tableau de bord rudimentaire mais avec, grand progrès à l’époque, un démarreur électrique.

Et pour la première fois, une formule de vente à crédit contribue à démocratiser l’automobile en France. Avec son sens aigu de la publicité, André Citroën va jusqu’à inciter les enfants à être de futurs clients en lançant des répliques en miniatures, et même 3000 versions en voitures à pédales ! Une politique commerciale qui paie : en 1923, avec une production totale de 32 000 voitures, la marque aux chevrons,  arrivée la dernière sur ce marché, vend plus que « les anciens » du début du siècle, Renault (21 000) et Peugeot (11 000). André Citroën a gagné son pari : il est devenu en quatre ans le premier constructeur automobile européen !

Un "cul de poule" Citroën C5 HP bourguignon
Son arrière en forme de bateau n’en faisait pas une voiture amphibie !

Très facilement manoeuvrable avec son petit gabarit de 3,15 m (contre 3,47 m aujourd’hui pour une C1 Citroën !) et de surcroit, charmante par sa ligne, la « Citron » va aussi devenir la coqueluche des femmes. Dans la vague d’émancipation féminine des années folles de l’après guerre, menée par Joséphine Baker dansant nue avec son régime de bananes, elles peuvent s’affranchir en prenant elles-mêmes le volant. Et André Citroën en fait même un argument publicitaire pour séduire cette nouvelle clientèle avec le slogan : « La femme moderne ne circule qu’en cabriolet »…Citroën bien entendu ! De fait, ce poids plume de 545 kg avec sa carrosserie clouée sur une armature en bois, est léger à conduire sans trop d’efforts au volant. D’autant que son démarreur électrique, une grande nouveauté à l’époque , évite l’éprouvant démarrage à la manivelle. Les élégantes amazones motorisées avaient donc l’assurance de conduire sans se salir, sans se fatiguer. Et sans risque d’excès de vitesse : 50 à 60 km/h au grand maximum, en étant propulsé par un petit  4 cylindres de 856 cm3 fournissant 11 ch chevaux, soit 5CV fiscaux, d’où le nom de C5 HP pour horse power. « C’était suffisant, car pour s’arrêter, cette torpedo n’a que des freins à l’arrière, sourit Michel Champion, un peu à la peine dans les côtes au milieu du vignoble. Et avec cette auto, il ne faut pas se prendre les pieds dans les pédales explique -t- il : l’accélérateur est à droite comme aujourd’hui, mais le frein à gauche et l’embrayage au milieu ! »

Un "cul de poule" Citroën C5 HP bourguignon
Une jolie torpedo deux places mais à une seule porte avec poignée d’ouverture à l’intérieur !

Autre originalité : cette voiture est une deux places, mais n’a qu’une seule portière ! Pour prendre le volant, le conducteur doit donc se faufiler par la portière de droite, car l’emplacement de celle de gauche est pris par la roue de secours ! Quant au coffre, il se résume à ce couvercle qui s’ouvre comme sur une boite de conserve dans laquelle bien des gens se souviennent avoir voyagé assis dans leur enfance. Avant qu’une troisième place à l’arrière prenne la place ce coffre central en 1924. Ce qui valut à la C5 HP, déjà bien pourvue en surnoms, un nouveau sobriquet : la Trèfle !

 

LA MÊME MARQUE AUJOURD’HUI

Citroën C5 Aircross, le SUV qui survole les bosses

Citroën C5 Aircross
Avec sa garde au sol de 23 cm, le C5 Aircross est un SUV passe partout

Après le C3 Aircross, Citroën surfe sur la mode actuelle des SUV en passant à la taille supérieure sur ce C5 de 4,50 m qui mesure 35 cm de plus et offre le plus grand coffre de sa catégorie avec une capacité de 580 l à 720l grâce à des banquettes arrières séparées et coulissantes. Outre des sièges très moelleux avec un nouveau type de mousse, le confort est surprenant sur les routes bosselées grâce à sa nouvelle suspension aux amortisseurs à doubles butées hydrauliques progressives qui évitent les rebonds en compression ou en détente et réduisent ainsi les débattements de la caisse. Et dans ce C5 Aircross à l’intérieur cossu, Citroën n’a pas lésiné sur les équipements connectés dernier cri…lire la suite

OENOTOURISME

                                                                Le vignoble

Vous voulez faire une affaire ? Allez donc dans le caveau de Michel Champion à Cercot-Moroges. La lignée des vignerons de la famille depuis 1740 s’est arrêtée avec lui en 2002 lors de sa dernière vinification faute de successeurs. Mais il vit encore sur un stock de 50 000 bouteilles remontant  jusqu’en 1992. « C’est ma poire pour la soif et arrondir ma retraite ! » Ce caveau, au décor très rétro avec ses vieilles publicités automobiles, renferme de bonnes surprises avec des côtes chalonnaises de 1995  à 12 €, et des 1999 à 9 € seulement. Tel : 03 85 47 90 94

                                                        Profitez en pour visiter…

*Russily, joli village perché au fond d’un vallon d’où l’on a un panorama superbe sur Givry, et par beau temps, le Mont Blanc !

*Couches et le château médiéval de Marguerite de Bourgogne, l’épouse répudiée de Louis X le Hutin qui aurait fini ses jours ici comme « prisonnière libre » après sa disparition de Château-Gaillard en Normandie où elle était incarcérée pour adultère. Site intéressant avec son donjon carré, ses tours, ses prisons, son pont levis, sa chapelle et son réseau de galeries souterraines.

Jour de marché à Chalon sur Saône sur la vieille place de la cathédrale St Vincent
Jour de marché à Chalon-sur-Saône sur la vieille place de la cathédrale St Vincent

*Chalon-sur-Saône, ancien port gallo-romain, ses vieilles rues charmantes aux maisons à colombages autour de la cathédrale Saint Vincent, son hôpital XVIII ème, son musée sur l’inventeur de la photo Nicéphore Niepce enfant du pays

*Le village de Nolay et ses vieilles halles à la superbe charpente couverte en dalles de pierre (800 kg au m2!)

*Sully et son château Renaissance entouré d’eau où naquit le maréchal Mac Mahon. Avec son grand parc aux essences rares, et ses dépendances harmonieusement alignées de chaque côté de la grande allée du château, madame de Sévigné surnommait l’endroit « Le Fontainebleau de Bourgogne » !

SAMSUNG DIGITAL CAMERA
Le château de Sully-sur-Loire surnommé le « Fontainebleau de Bourgogne »

*Le Creusot et son ancienne manufacture, son célèbre marteau pilon géant qu’on entendait à 10 km

* Saint Gengoux-le-National, charmant village médieval et son église romane construite par les moines de Cluny

*Le château de La Rochepot, spectaculairement dressé sur le piton de la Roche Nolay : ses toits en tuiles vernissées multicolores, sa cour Renaissance et le puits en fer forgé profond de 72 m, son armurerie et sa cuisine monumentale

Le château de Rully et son vignoble.
Le château de Rully et son vignoble.

*Le Mont Saint Vincent et sa vue panoramique époustouflante jusqu’au Mont Blanc

*Le chateau de Cormatin, ses fastueux salons Louis XIII, ses tapisseries, ses plafonds à caissons peints, son parc

*Rully pour son vin et sa forteresse médiévale au grand donjon carré à l’énorme cheminée intérieure