La retraite tropezienne d’une BMW 328 de 1937

Josef Schengili de château Volterra au volant de sa BMW 328 de 1937

Rarissime, ce roadster mythique coule des jours ensoleillés dans les vignes d’un splendide château à Ramatuelle. Après avoir été une voiture de sport en avance sur son temps chez le constructeur allemand.

Josef Schengili

Chateau Volterra, côtes de Provence

Vous cherchez la rareté ? Alors, près de Saint Tropez, à Ramatuelle, prenez la route du phare de Camarat, vers Château Volterra que l’on finit par atteindre au bout d’un méchant chemin caillouteux. Là, après contrôle par caméra, et ouverture télécommandée de la grille, trois surprises vous attendent. Un roadster BMW 328 de 1937, une villa toscane construite sur un promontoire rocheux avec vue époustouflante sur la mer. Et derrière la bâtisse, un vignoble de 6 hectares mené avec une minutie d’horloger par un Suisse-Canadien haut en couleur dans sa longue barbe fleurie.

Déniché dans une vente aux enchères à New York

Josef Schengili, diplômé de mathématiques a d’abord vécu au Canada où il a fait fortune en créant une start up de logiciels informatiques. C’est ainsi qu’il a pu s’offrir son “jouet”, lors d’une vente aux enchères en 1980 chez Sotheby’s à New York. “La voiture qui m’avait toujours fait rêver était là devant moi. J’ai craqué !” Et voila comment il devint l’heureux propriétaire de cette BMW 328. Une rareté fabriquée uniquement à 464 unités entre 1936 et 1940. Et encore plus rare aujourd’hui avec seulement 150 exemplaires ayant survécu à la guerre et à l’usure du temps !

BMW 328 de 1937 à château volterra
Un superbe cockpit en plein ciel comme ceux des beaux avions d’avant guerre.

 

 

 

 

Une BMW révolutionnaire à l’époque pour ses performances qui lui firent gagner de nombreuses courses. Son six cylindres en ligne 1,9 l à trois carburateurs de 80 ch propulsait cette élégante voiture de sport à 150 km/h. Une vitesse que même les grosses Mercedes 500 k de 5 litres n’arrivaient pas à atteindre ! Mais l’autre secret de ce roadster BMW résidait dans sa taille courte et étroite, son chassis remarquablement équilibré, et surtout, sa légèreté avec seulement 830 kg sur la balance qui lui donnait une agilité hors du commun. En 1940, avec une carrosserie fermée, une 328 remporta la mythique course des Mille Miglia de 1618 km sur route ouverte entre Brescia et Rome devant les armadas d’Alfa Romeo et de Mercedes. Et en 1949, toujours bien pourvue techniquement face à la concurrence, une 328 décrochait la troisième place aux 24 Heures du Mans. C’est dire si Josef Schengili n’est pas peu fier de son roadster récemment passé pour un lifting complet chez BMW Classic. “Après trois ans de restauration à Munich, elle est comme sortie d’usine !” lâche -t- il admiratif.

BMW 328 de 1937 à château volterra
Léger et aérodynamique, ce roadster gagnait des courses devant des voitures plus puissantes.

 

Son autre fierté tient au site extraordinaire de Château Volterra qu’il a déniché en 1999. “J’avais revendu ma société de logiciels. Et après la high tech, j’avais envie de passer au low tech et au low pressure en me rapprochant de la nature par la réalisation d’un rêve : m’occuper d’un vignoble. Car j’ai toujours aimé le bon vin. Et encore plus quand on le fait soi même !” La rencontre avec des investisseurs canadiens qui lui laissent carte blanche va lui permettre de partir prospecter en France. Et c’est donc ici, au sud est de la presqu’île de Saint Tropez qu’il tombe sous le charme d’un château à l’abandon, perché sur le cap Camerat surplombant la mer 100 mètres en contre bas, à l’extrémité d’un plateau planté de vignes. Construit entre 1896 et 1908 par une aristocrate anglaise, dans le style d’une villa toscane, ce château était l’aboutissement d’un chantier démentiel : ses pierres, extraites du cap du Drumont dans l’Estérel, furent transportées via la mer par des tartanes tropéziennes jusqu’au rivage de la propriété, et remontées 100 mètres plus haut par une noria de mules.

château Volterra
Depuis la terrasse du château, le panorama est époustouflant sur la baie de Ramatuelle.

 

 

 

En 1926, changement de propriétaire. Léon Volterra le rachète pour l’offrir à sa jeune épouse comédienne Simone. Et avec lui, le château va connaitre des heures trépidantes. Volterra était en effet propriétaire de salles de spectacles, le Casino de paris, le théâtre Marigny, le théâtre de Paris, et le célèbre music hall des Champs Elysées, le Lido. Metteur en scène des Folies Bergères et aussi imprésario, il lança les carrières de Maurice Chevalier et de Mistinguett. Deux vedettes qui figurèrent parmi les illustres invités des fêtes de château Volterra comme Cocteau, Raimu, Colette, Joséphine Baker…Et Léon Volterra, élu maire de Saint Tropez en 1936 fit déjà de ce petit port tranquille le rendez vous des vedettes en vacances sur la côte. Mais après la guerre, le couple Volterra se sépare. Et à la mort de Simone qui orchestrait toute cette vie mondaine, et soutenait par sa présence le festival de théâtre de Ramatuelle, le château va tomber dans l’oubli et l’abandon pendant dix ans. Mis à part quelques tournages de films où il servit de décor pour les Coeurs brulés et La vieille qui marchait dans la mer avec Jeanne Moreau.

Des vendanges la nuit à la lampe électrique

Néanmoins, le délabrement du château et du vignoble à l’état de friches ne rebutèrent pas investisseurs canadiens qui donnèrent leur feu vert. Sitôt le rachat signé, Josef Schengili s’attaqua à la réfection du château et à la replantation des vignes aujourd’hui cultivées en biodynamique.“Outre le chardonnay et le vermentino pour les blancs, le terrain constitué de sables, d’argile et de pierres, et donc riche en fer, se prêtait parfaitement à la culture des Grenache, syrah et mourvèdre pour les rouges. Avec un fort ensoleillement, tempéré la nuit par les bienfaits du rafraichissement de la mer toute proche pendant les étés brûlants où le soleil gorge de sucre les raisins”, explique –t- il. Et, plutôt rare dans la région, du cabernet sauvignon et du merlot ont aussi été plantés, pour le plus grand bien d’une variété de rouge unique en son genre.

BMW 328 de 1937 à château volterra
Au volant de cette BMW 328, un point de vue d’exception sur 80 ans d’Histoire automobile.

“A l’aveugle, les gens sont perplexes sur ce cabernet sauvignon, s’amuse Josef Schengili. Ils le prennent souvent pour un bon Bordeaux et n’imaginent pas qu’il s’agit d’un Côte de Provence ! Et ce vin exceptionnel nous a valu de nombreux prix. On en a un mur couvert !” Parallèlement , les caves naturellement fraiches par leur enfoncement dans la pente ont été reconstruites et les cuves en béton remplacés par des barriques de chêne fin sur deux niveaux. “Ici, du raisin à la bouteille, tout s’écoule par gravitation jusqu’au chais afin de ne pas malmener le vin par les pompages.” Une minutie qui se retrouve jusque dans les vignes : pour éviter d’abimer le raisin par les grandes chaleurs qui accélèrent l’oxydation des grappes entassées dans les cagettes, Josef Schengili ne vendange que la nuit, et à la main ! “A la fraiche pour un vin plein de fraicheur !”

info@chateauvolterra.com

04 94 49 66 83

LA MÊME MARQUE AUJOURD’HUI

 BMW M240i cabriolet

BMW 235 i M cabrioletElle a tout d’une grande, dans le gabarit d’une petite Série 1 : 3 litres turbo et 340 chevaux dégageant une force tranquille dans le doux feulement d’un 6 cylindres en ligne, un plaisir qui se fait rare aujourd’hui avec le down sizing des cylindrées. Confort, tenue de route, luxe, elle a tout d’une « Béhème » ! (lire la suite)

OENOTOURISME

                                                                               Mon vin préféré

 

Etiquette de château Volterra

Château Volterra cabernet sauvignon 2004

Outre les rosés élevés au château, ce rouge très original est souvent pris pour un grand bordeaux, aux raisins cueillis la nuit et aux aromes puissants, avec une longueur en bouche d’une rondeur sans fin. Les différents cépages (50% mourvèdre, 10% syrah, 20% Grenache) sont fermentés à part en cuve en bois avec une macération pré et post fermentaire. Le cap subit au moins deux pigeages manuels par jour et l’élevage se fait en barriques sur lie. (30 €)

 

                                                                       Profitez en pour visiter

 

*Saint Tropez, le joli port de pêche devenu le rendez vous chic du show biz, ses yachts alignés en face du célèbre café Senequier, sa place des lices avec les parties de pétanque sous les platanes, son église baroque au campanile de fer forgé, la rue de la Ponche passant sous une porte ancienne et menant à une grève dominé par la tour Vieille et où sont ancrés des barques de pêcheurs, sa citadelle avec vue panoramique sur la mer, son musée de l’Annonciade et sa centaine de tableaux de 1890 à 1940 des grands artistes de l’époque qui ont vécu ou travaillé à Saint Tropez, Signac, Marquet, van Dongen, Derain, Vuillard, Gromaire, Braque, Vlaminck, Utrillo, Dufy…

Le port de Saint Tropez
Le célébrissime port de Saint Tropez.

*Ramatuelle et ses ruelles étroites qui serpentent dans ce village perché sur une colline au coeur des vignobles. Un curieux monument aux morts des Services Spéciaux de la Défense Nationale rappelle que Durant la deuxième guerre mondiale les sous marins anglais accostaient sur cette côte pour assurer la liaison avec la Résistance.

*Gassin, vieux village campé à 201 m d’altitude à l’intérieur de la presqu’île, une belle vigie sur le golfe de St Tropez, et une vue panoramique superbe depuis le radio phare de Paillas au col du même nom

*Aiguebelle, Cavalière, Pramousquier, loin de la foule, des petites plages discrètes bien à l’abri dans des petites criques entre Cavalaire et le Lavandou

La Chartreuse de La Verne
La Chartreuse médiévale de la Verne (photo Carrerot)

 

*Grimaud, sous les ruines grandioses du chateau démantelé par Louis XIII, flânez dans ce bourg du moyen age notamment sa rue des Templiers bordée d’arcades de basalte

*La Chartreuse de la Verne, ensemble médiéval magnifiquement restauré sur son éperon rocheux, en face de la D 14 en venant de Grimaud après le col de Taillude

*Collobrières, pittoresque village ombragé dont la spécialité est le marron glacé et l’exploitation du liège des forêts environnantes

                                                                                                                                                                              Publicité

POUR UNE HALTE UN CHOIX S’IMPOSE

Nouveau Logo pour document - copie

 

MEMBRE DES RELAIS & CHÂTEAUX

_U9A8426 - copie

bp-castellet-exterieur-018 - copie

 

 

 

 

 

 

A chaque moment de sa vie, une bonne raison de séjourner au Castellet…

Bienvenue à l’Hôtel & Spa du Castellet*****, situé entre terre et mer au cœur de la Provence.

Membre de la belle Maison Relais & Châteaux depuis 2006, notre prestigieux hôtel vous propose 41 chambres et suites, toutes orientées plein sud et composées d’une terrasse privative donnant sur le parc ou la forêt de pins.

Venez y découvrir une cuisine moderne et inventive, orchestrée par le Chef Christophe Bacquié, doublement étoilé, Meilleur Ouvrier de France et membre Les Grandes Tables du Monde.

Notre cave à vin, vitrée et lumineuse saura éveiller vos sens et souligner chaque saveur de votre dîner.

Pour une formule plus conviviale, installez-vous à la table de notre bistrot chic, le San Felice.

Après vos escapades, détendez-vous dans notre spa Espa & Valmont de 700 m² où luxe, calme et liberté de se sentir bien sont les maîtres mots. Découvrez également nos deux piscines, notre golf ainsi que l’ombre des gazébos où, le soir venu, un jeu de lumières souligne la beauté du parc.

Pour plus de confort et sécurité, nous mettons à votre disposition un parking couvert mais également un parking fermé et sécurisé afin de profiter de votre séjour en tout sérénité.

Hôtel & Spa du Castellet*****

3001 Route des Hauts du Camp – 83330 Le Castellet – France

Tel. : +33(0)4 94 98 37 77 – Email. : welcome@hotelducastellet.com

Site web. : www.hotelducastellet.net